1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : le PDG de Moderna préconise "une 3e dose pour les personnes à risque"
1 min de lecture

Coronavirus : le PDG de Moderna préconise "une 3e dose pour les personnes à risque"

VU DANS LA PRESSE - Dans un entretien au "JDD", le PDG de Moderna, Stéphane Bancel a donné ses recommandations en matière de vaccination, notamment sur les rappels.

Stéphane Bancel, le PDG de Moderna, fait partie des huit milliardaires français résidant aux États-Unis
Stéphane Bancel, le PDG de Moderna, fait partie des huit milliardaires français résidant aux États-Unis
Crédit : HANDOUT / MODERNA / AFP
William Vuillez & AFP

Faut-il une troisième dose de vaccin anti-Covid, un rappel, notamment face aux nouveaux variants du coronavirus ? Pour accélérer la campagne vaccinale en France, à partir de la semaine prochaine, le vaccin du laboratoire Moderna sera utilisé en France en dehors des centres de vaccination, par les médecins et les pharmaciens.

Dans un entretien au JDD, le PDG de Moderna, Stéphane Bancel a donné ses recommandations en matière de vaccination. Selon lui, "l’arrivée des variants augmente le niveau de la menace. C’est pourquoi il faut anticiper. Et vacciner avec une troisième dose toutes les personnes à risque dès la fin de l’été, notamment les résidents des Ehpad qui ont reçu leur première dose au début de l’année", explique-t-il.

"Tous les adultes, mêmes jeunes, devront ensuite recevoir un rappel afin de protéger les personnes fragiles non vaccinées. Le principe de précaution, qui est parfois un frein, doit prévaloir en temps de pandémie : il sauve des vies", poursuit-il au JDD. La société de biotechnologie américaine va déposer "début juin" une demande d'autorisation de mise sur le marché dans l'Union européenne de son vaccin anti-Covid pour les 12-17 ans, a encore déclaré Stéphane Bancel

À ce jour, seul le vaccin de Pfizer/BioNTech est autorisé pour les 16-18 ans en Europe. Pfizer a aussi demandé une autorisation pour les 12-16 ans et l'a déjà obtenue aux États-Unis. "L'idéal serait de les protéger avant la fin du mois d'août. Si on ne vaccine pas massivement, le risque d'une quatrième vague ne peut être écarté", a expliqué Stéphane Bancel, qui dirige la biotech depuis 2011.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/