1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : Jean-François Delfraissy en faveur d'un nouveau confinement
1 min de lecture

Coronavirus : Jean-François Delfraissy en faveur d'un nouveau confinement

Le président du Conseil scientifique estime ce dimanche qu'il y a "urgence" et que la semaine prochaine sera décisive.

Le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy au Sénat à Paris, le 15 septembre 2020.
Le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy au Sénat à Paris, le 15 septembre 2020.
Crédit : Thomas SAMSON / AFP
Jérémy Billault
Journaliste

"Il faudra probablement aller vers un confinement" dont les conditions relèvent d'une "décision politique", pour faire face aux variants du coronavirus qui "changent complètement la donne" sanitaire en France, a déclaré le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy, dimanche 24 janvier.

"Il y a urgence", a martelé le médecin : "Plus on prend une décision rapide, plus elle est efficace et peut être de durée limitée. Nous sommes dans une semaine un peu critique", a-t-il ajouté. "On est le pays d'Europe actuellement, avec l'Italie, dans la meilleure situation sanitaire", a-t-il relevé. Mais "c'est une fausse sécurité, la situation ne va pas pouvoir perdurer" à cause des variants qui se répandent, a-t-il poursuivi.

"Alors qu'on est dans une situation apparemment relativement stable, si nous continuons sans rien faire de plus, nous allons nous retrouver dans une situation extrêmement difficile, comme les autres pays (européens), dès la mi-mars", a-t-il prévenu.

"La capacité vaccinale est limitée"

Dans ce contexte, le confinement doit-il être strict comme au printemps 2020, ou doit-on permettre de laisser par exemple les écoles ouvertes comme en novembre ? "C'est une décision éminemment politique", a renvoyé le président du Conseil scientifique, qui guide les choix de l'exécutif.

À lire aussi

Il a avancé l'idée de regrouper ou d'allonger les vacances scolaires de février pour "se retrouver dans des meilleures conditions pour début mars pour rouvrir les écoles". Revenant sur les projections de vaccination, Jean-François Delfraissy "ne partage pas" la conviction du gouvernement que l'ensemble de la population pourrait être vacciné d'ici l'été.

"La capacité vaccinale est limitée", a-t-il déclaré, parce que "l'industrie pharmaceutique (ne parvient pas) à fournir de façon massive" les doses du vaccin. "De février à fin avril (...), on a une course entre arrivée du variant et vaccination", a-t-il synthétisé.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/