2 min de lecture Risque sanitaire

Coronavirus : FFP2, chirurgical, tissu... Quelle protection pour chaque masque ?

ÉCLAIRAGE - Le Haut conseil de santé publique déconseille l'utilisation de masques en tissu artisanaux trop perméables face au variant anglais de la Covid-19. Mais faut-il préférer un masque FFP2, chirurgical ou de catégorie 1 ?

Des masques chirurgicaux (Image d'illustration).
Des masques chirurgicaux (Image d'illustration). Crédit : Karolina Grabowska / Pexels
Emmanuelle
Emmanuelle Brisson et AFP

Cela fait maintenant bientôt un an que les Françaises et les Français doivent composer avec la pandémie de coronavirus. D'abord majoritairement privés de masques pour la plupart, ils ont ensuite appris à vivre avec, s'y sont sont habitués pour la plupart, en dépit des gênes, des modifications comportementales, des levées des confinements.

De nombreuses questions demeurent toutefois, à l'heure où plusieurs variants de la Covid-19 émergent. Quel type de masques porter dans quelle situation ? Comment les porter ? Peut-on les réutiliser ? Mode d'emploi pour s'y retrouver au moment où plusieurs pays durcissent leurs règles

Commençons par le masque FFP2. Considéré comme "un bouclier", c'est le masque le plus filtrant, puisqu'il bloque 94% des aérosols, les particules les plus fines (autour de 0,6 micromètre). Théoriquement réservé aux soignants, il a pour objectif de protéger la personne qui le porte, lors de situations particulièrement à risques. 

Le masque FFP2 : plus efficace mais aussi plus cher

Contrairement aux autres masques il épouse la forme du visage et ne baille pas. FFP2 est l'appellation européenne, mais des équivalents existent ailleurs, comme le N95 aux États-Unis. Face à l'émergence de variants plus contagieux de la Covid-19, l'Autriche et la Bavière ont décidé d'imposer le FFP2 dans les commerces et les transports. Une décision qui ne fait toutefois pas l'unanimité.

À lire aussi
Coronavirus France
Paris : Castex écarte l'idée d'un confinement de trois semaines, "des fadaises" selon lui

"Les rendre obligatoires peut poser de nombreux problèmes", indique le directeur de l'Institut de recherche appliquée en santé de Birmingham et grand partisan du port du masque en population générale. Certains spécialistes expliquent aussi que ce masque quasi-hermétique est plus contraignant à porter car il faut faire davantage d'efforts pour respirer

L'autre frein est qu'il coûte plus cher qu'un masque dit "classique". "Ça n'est pas supportable pour la population générale de porter des masques à 1 euro pièce que toute la famille doit changer régulièrement", déclare le Dr Michaël Rochoy, cofondateur du collectif français Stop-Postillons.

Le masque chirurgical : le plus répandu

Également issu du milieu médical, ce masque en matière plastique (le polypropylène) a fait irruption dans nos vies avec la Covid-19. Tout le monde ou presque sait désormais comment le porter : face blanche sur le visage, face bleue vers l'extérieur. 

Contrairement au FFP2, le masque chirurgical n'a pas pour objectif premier de protéger son porteur, mais d'empêcher qu'il contamine son entourage. Si tout le monde en met, il peut donc apporter une protection collective. Le masque chirurgical bloque au moins 95% des particules de 3 micromètres. Il est conseillé de ne pas le porter plus de quatre heures. 

Le masque en tissu : la nouvelle alternative

Vient enfin le masque en tissu. Après avoir longtemps assuré que ce masque était inutile pour la population générale, les autorités sanitaires mondiales ont changé d'avis fin mars 2020. Sur fond de pénurie du masque médical, le masque en tissu s'est généralisé. 

En France, contrairement à d'autres pays, des normes de filtration ont été définies pour le masque en tissu industriel. Celui dit de catégorie 1 filtre 90% des particules, contre 70% pour la catégorie 2.

Les nouveaux variants ont poussé le Haut conseil de la santé publique (HCSP) à recommander d'éviter le masque de catégorie 2, jugé pas assez filtrant, et le masque artisanal, sur lequel il n'existe aucun contrôle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Risque sanitaire Crise Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants