1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus en France : isolement obligatoire pour les voyageurs en provenance d'Inde
2 min de lecture

Coronavirus en France : isolement obligatoire pour les voyageurs en provenance d'Inde

L'Inde rejoint la liste des pays dont les voyageurs sont déjà soumis à une quarantaine obligatoire : le Brésil, le Chili, l'Argentine, l'Afrique du Sud et le département français de Guyane.

Des voyageurs masqués à l'aéroport d'Orly le 1er août 2020 (illustration).
Des voyageurs masqués à l'aéroport d'Orly le 1er août 2020 (illustration).
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Marie Gingault & AFP

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a annoncé ce mercredi 21 avril que les voyageurs en provenance de l'Inde seront désormais soumis à un isolement obligatoire de dix jours, à compter de leur arrivée en France. 

"Pour quelques pays où la situation sanitaire est gravissime et particulièrement inquiétante et préoccupante, nous serrons encore la vis", a-t-il déclaré à l'issue du Conseil des ministres. Gabriel Attal a ainsi annoncé que l'Inde rejoint la liste des pays dont les voyageurs sont déjà soumis à une quarantaine obligatoire, à savoir le Brésil, le Chili, l'Argentine, l'Afrique du Sud, et le département français de Guyane.

Le porte-parole a également précisé que le gouvernement tiendrait une conférence de presse jeudi, lors de laquelle seront abordés les sujets des frontières, des écoles ainsi que de la campagne de vaccination. Gabriel Attal a par ailleurs confirmé que le calendrier avancé par Emmanuel Macron constituait bien "la base de travail", avec une réouverture des écoles prévue le 26 avril, une levée des restrictions de déplacement au 3 mai et une réouverture de "certaines terrasses" et lieux de culture mi-mai.

Des résultats "encourageants" mais "encore insuffisants"

Sur tout le territoire, "il apparaît que nous pourrions être au pic (de l'épidémie) ou proches de l'être", a indiqué Gabriel Attal en faisant le point sur la semaine passée. "Les premiers effets" des restrictions "sont perceptibles, le nombre de nouveaux cas détectés diminue", ainsi que le taux d'incidence et le nombre de patients hospitalisés sur une semaine, "et le nombre de personnes en réanimation tend à se stabiliser", a-t-il souligné.

Ces résultats "encourageants" sont toutefois "encore insuffisants", a tempéré le porte-parole. "À ce stade, l'épidémie recule deux fois moins rapidement qu'en novembre", et "la pression hospitalière reste extrêmement forte", a-t-il rappelé, soulignant une situation très disparate sur le territoire. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/