1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : ce que l'on sait de la progression du variant Omicron en France
2 min de lecture

Coronavirus : ce que l'on sait de la progression du variant Omicron en France

Selon le ministère de la Santé, le variant Omicron représenterait 7 à 12% des cas quotidiens en France et pourrait devenir majoritaire dès la fin du mois de décembre.

Un chercheur danois analyse des variants du coronavirus (illustration)
Un chercheur danois analyse des variants du coronavirus (illustration)
Crédit : HENNING BAGGER / RITZAU SCANPIX / AFP
Coronavirus en France : le variant Omicron gagne du terrain
00:03:09
Coronavirus en France : le variant Omicron gagne du terrain
00:03:09
Agathe Landais - édité par Florine Boukhelifa

Alors que la France est toujours en pleine cinquième vague du variant Delta, les épidémiologistes redoutent déjà la sixième vague de contaminations amenée par le variant Omicron. Ce dernier pourrait d'ailleurs devenir majoritaire dès la fin du mois de décembre ou début janvier et inquiète beaucoup.
 
Notamment parce qu'Omicron est incomparablement plus contagieux que tous les autres découverts jusqu'à présent. Les nouveaux variants qui émergent sont toujours plus contagieux que les précédents pour réussir à s'imposer : le variant anglais l'était plus que la souche de Wuhan, Delta l'était encore plus, mais là, Omicron semble battre des records. Au Danemark, le nombre de nouveaux cas double tous les trois jours, tous les deux jours en Angleterre. Avec le variant Delta, le nombre de cas doublait seulement tous les 5 à 7 jours.

En France, 347 cas ont été détectés selon les dernières données datées du vendredi 17 décembre. Un chiffre largement sous-estimé, alors que le ministère de la Santé estime qu'Omicron représenterait plutôt 7 à 12% des cas quotidiens. Selon nos calculs, cela signifie qu'entre 3.500 et 6.000 personnes seraient infectées chaque jour par ce variant.

Des symptômes moins graves ?

Alors que le virus se transmet de la même manière, les gestes barrières, donc le lavage des mains, le port du masque, l'aération des pièces, et la distanciation physique, restent efficaces, peu importe le variant. Concernant le dépistage, tous les tests, antigéniques, PCR, et autotests, sont capables de détecter une contamination au variant Omicron.
 
Concernant les symptômes, qui seraient moins sévères, les épidémiologistes estiment qu'il est trop tôt pour en arriver à cette conclusion. L'OMS, elle, avait parlé de symptômes plus légers et de moins de formes respiratoires de la maladie. Si ces données se confirment, cela ne signifie pas qu'il faut s'en réjouir pour autant : ce virus est tellement contagieux qu'il va infecter beaucoup plus de monde. Il y aura donc statistiquement plus de formes graves, avec des conséquences sur le système de soin.

Les personnes vaccinés et qui ont reçu leur dose de rappel sont protégées contre le variant Omicron. Celui-ci résiste cependant beaucoup plus qu'aucun autre auparavant aux vaccins, il n'est donc pas suffisant d'avoir uniquement reçu deux doses. Selon les données anglaises, avec deux doses de Pfizer, la protection apportée passait de 80% deux mois après la dernière piqûre, à seulement 34% de protection quatre mois après. Une chute vertigineuse, mais la protection remonte à 75% après le rappel.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/