2 min de lecture Médecine

Coronavirus : décès d'une greffée de poumons infectés par la Covid-19

Une femme transplantée de deux poumons infectés à la Covid-19 est décédée aux États-Unis, ont annoncé ses médecins. Pourtant, les prélèvements en amont avaient été négatifs.

Des médecins analysant une radio des poumons (illustration)
Des médecins analysant une radio des poumons (illustration) Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

C'est une première qualifiée de "tragique" par les médecins. En effet, une femme du Michigan est décédée de la Covid-19 aux États-Unis deux mois après avoir été greffée de deux poumons. Et il semble bien que le virus ait été introduit par les poumons greffés. Pourtant, tous les tests avaient été faits au préalable sur la donneuse, dont la famille assure qu'elle n'avait pas voyagé récemment et ne présentait pas de symptômes. 

"Nous n'aurions absolument pas utilisé les poumons si le test Covid avait été positif", s'est défendu le Dr Daniel Kaul, directeur du service des maladies infectieuses et des greffes, cité par Slate, qui reprend une information de Kaiser Health News. Le Dr Kaul a d'ailleurs été coauteur d'un rapport sur ce cas, publié dans l'American Journal of Transplantation, ajoutent nos confrères. 

Un "cas tragique" car très rare

Malgré les prélèvements dans le nez et la gorge des deux patientes revenus négatifs, la receveuse a développé des symptômes trois jours après avoir reçu les poumons. Après la fièvre et des problèmes respiratoires, des examens ont montré en plus des signes d'infection pulmonaire. Le médecin de l'hôpital d'Ann Harbor ayant manipulé les organes a lui aussi été infecté. 

"Tous les tests de dépistage que nous faisons normalement et que nous sommes capables de faire, nous les avons faits", affirme le Dr Daniel Kaul. La patiente a eu des tests négatifs à la suite des prélèvements dans le nez et la gorge, et il a fallu des prélèvements dans le système respiratoire pour des retour positifs à la Covid-19. Traitée avec du remdesivir et au plasma sanguin d'anciens malades, l'état de la malade ne s'est pas amélioré. 

À lire aussi
États-Unis
États-Unis : des singes vaccinés contre la Covid-19 à San Diego, une première

Le Dr Kaul évoque un "cas tragique" car extrêmement rare. Les infections virales par des donneurs d'organes ne se produisent que dans 1% des des greffes. De plus, il n'est pas certains de voir le virus transmis par le don d'autres organes comme le cœur ou les reins. "Il semble que pour les donneurs non pulmonaires, il peut être très difficile de transmettre le Covid, même si le donneur est infecté (...) Je ne pense pas que les patients doivent avoir peur du processus de transplantation", veut rassurer le Dr Daniel Kaul. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médecine Coronavirus États-Unis Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants