1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : comment fonctionne le vaccin à ARN Messager ?
2 min de lecture

Coronavirus : comment fonctionne le vaccin à ARN Messager ?

INVITE RTL - Découverte à Paris en 1961, l'ARN Messager a une histoire très française. Elle est sécurisée du fait qu'elle se dégrade très vite. Explications de Steve Pascolo, chercheur à l'université de Zurich et cofondateur de Cure Vac.

Photo de flacons du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19. (Illustration)
Photo de flacons du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19. (Illustration)
Crédit : THOMAS KIENZLE / AFP
Steve Pascolo était l'invité de RTL mercredi 4 août 2021
11:45
Steve Pascolo était l'invité de RTL mercredi 4 août 2021
11:45
Jérôme Florin & Marie Gingault

L'ARN Messager a une histoire très française. "C'est une molécule naturelle", rappelle l'immunologiste Steve Pascolo, chercheur à l'université de Zurich et cofondateur de Cure Vac. "Chacune de nos milliards de cellules a des milliers d'ARN Messager, c'est une molécule naturelle, transitoire qui est en permanence produite par nos cellules, puis dégradée", explique Steve Pascolo, qui souligne que l'ARN Messager a été découvert à Paris en 1961 et que cette molécule a valu le Prix Nobel de l'Institut Pasteur en 1965 à Jacques Monod. 

"En biologie, dans toutes les cellules de tous les organismes, l'ADN donne de l'ARN qui donne une protéine. L'ADN c'est comme un livre de recettes, c'est très stable, ça reste dans les noyaux, il y a toutes les recettes pour la vie. L'ARN c'est une photocopie de certaines pages de ce livre de recettes, c'est une photocopie de l'ADN qui est transitoire", a détaillé Steve Pascolo, invité sur RTL ce mercredi 4 août. 

Le corps produit son propre vaccin

"Cette photocopie dans les cellules, à partir de l'ADN, est lue dans la cellule pour donner une protéine et cette photocopie est détruite, c'est pour ça que l'ARN a ce côté très sécurisé, parce que cette molécule dans le vivant et lorsqu'on l'injecte sous forme de vaccin, est très vite détruite. Elle est utilisée, elle est lue par la cellule pour faire une protéine puis l'ARN est détruit", indique le spécialiste.

En 20 ans, la stabilité de l'ARN Messager synthétique a été considérablement améliorée, assure-t-il. "Maintenant, ces vaccins ARN sont très stables, et gardent l'aspect sécurisé grâce au fait que cette molécule est très vite dégradée". Ainsi, l'ARN que l'on nous injecte sous forme de vaccin, disparaît "après quelques heures, maximum quelques jours". Le corps produit donc son propre vaccin. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/