2 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus à Paris : pourquoi faut-il relativiser les indicateurs ?

VU DANS LA PRESSE - Il y aurait deux biais au calcul du nombre de tests positifs à Paris. Les passagers arrivant à Roissy ou Orly et qui n’ont pas de lieu de résidence connu lors du dépistage, sont recensés à Paris.

Un professionnel de santé en train de réaliser un test pour le coronavirus (Image d'illustration).
Un professionnel de santé en train de réaliser un test pour le coronavirus (Image d'illustration). Crédit : Tobias Schwarz / AFP
Venantia
Venantia Petillault

Alors que la capitale est désormais classée "zone de circulation active du virus", la prise en compte de certains passagers arrivant par avion ainsi que les vacances ont un réel impact sur le nombre de tests positifs affiché.

En effet, il y aurait une répercussion sur le taux d'incidence (le nombre de cas pour 100.000 habitants à Paris). Alors qu'il était de 65,7 du 4 au 10 août, il aurait été artificiellement gonflé, rapporte Le Parisien. Ce jeudi 13 août, le site de données "Géodes" de Santé publique Franche affichait alors ce message : " Les données (...) présentent des taux d'incidence, de positivité et de dépistage incluant les dépistages réalisés dans les aéroports à l'arrivée des vols internationaux. Un correctif est en cours de développement pour que ces données recueillies dans le cadre des dépistages réalisés dans les aéroports ne soient plus comptabilisées dans ces indicateurs."

Puis, le quotidien a également relevé que le point épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France rapportait que le taux d'incidence à Paris incluait "les dépistages aux aéroports de Roissy et d'Orly dont les voyageurs dépistés à l'arrivée sont actuellement imputés au département 75 en l'absence d'adresse connue de ces personnes". 

Donc, un passager qui est dans l'incapacité de communiquer son lieu de résidence en France, sera recensé à Paris. Selon les informations du quotidien, le biais viendrait notamment du fait qu'un laboratoire basé à Paris aurait enregistré les individus à l'adresse de son siège social lorsque ceux-ci n'avaient pas renseigné leur code postal sur leur fiche. Ainsi, si certains de ces voyageurs sont dépistés positifs, cela fait artificiellement grimper le nombre de cas dans la capitale.

18 % des tests positifs en dehors du lieu de résidence

À lire aussi
Des personnes âgées dans un Ehpad, en France (illustration) Coronavirus France
Coronavirus : comment va se dérouler la vaccination en Ehpad ?

Le deuxième biais a été découvert par Le Parisien, lors du précédent point épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France du 6 août. En effet, les tests étaient recensés au lieu de résidence habituel mais cela vaut également pour toutes les personnes dépistées sur leur lieu de vacances. "Pour les régions avec de fortes progressions (du taux d'incidence), comme l'Île-de-France, une part de cette progression est certainement imputable à une transmission en zone de vacances", notait Santé publique France.

Ce jeudi 13 août, Santé publique France a apporté des précisions supplémentaires : 21 % des personnes testées l'ont été en dehors de leur département de résidence en juillet. Cela concerne 18 % des tests positifs, soit 9 points de plus qu'en juin.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Épidémie Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants