1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Cancer : "Nous avons fait de grandes avancées avec l'immunothérapie", dit Letourneau
2 min de lecture

Cancer : "Nous avons fait de grandes avancées avec l'immunothérapie", dit Letourneau

INVITÉ RTL - Le cancer est la première cause de mortalité en France, mais les recherches permettent d'améliorer l'espérance de guérison des malades, explique Christophe Letourneau.

Le cancer est la première cause de mortalité en France pour les deux sexes
Le cancer est la première cause de mortalité en France pour les deux sexes
Crédit : AFP / PHILIPPE HUGUEN
Cancer : "nous avons fait de grandes avancées avec l'immunothérapie", dit Letourneau
06:44
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier

Initialement prévu à Chicago, le congrès mondial du cancer dédié à la recherche se tient actuellement en visioconférence, en raison de la pandémie de coronavirus. En France, cette maladie concerne 3,8 millions de personnes, et plus de 380.000 nouveaux cas sont découverts chaque année. Le cancer est ainsi la première cause de mortalité dans le pays, avec 150.000 décès par an.

Mobilisés dans la lutte contre le coronavirus, les chercheurs n'ont cependant pas mis de côté leurs travaux sur le cancer et de nouvelles découvertes ont été réalisées. Ainsi, "nous avons eu de grandes avancées avec l'immunothérapie", explique Christophe Letourneau, chef du Département des Essais cliniques précoces, à l’Institut Curie à Paris. Particulièrement sur le mélanome, pathologie sur laquelle "nous avons eu des patients qualifiés d'incurables avec une survie de moins d'un an qui sont aujourd'hui guéris.

L'immunothérapie permet de rebooster le système immunitaire, qui va à son tour s'attaquer directement aux cellules cancéreuses pour les détruire. Un problème subsiste cependant, "une minorité de patients répond à ce traitement, mais quand ils y répondent, ils le font extrêmement bien", détaille Christophe Letourneau.

Bientôt des vaccins contre le cancer ?

Le congrès mondial du cancer met en avant plusieurs travaux, notamment les nanoparticules. Toutes petites, en métal, celles-ci sont injectées dans la tumeur avant la radiothérapie, ce qui permet de démultiplier l'effet du traitement.

À lire aussi

Le chef du Département des Essais cliniques précoces de l’Institut Curie évoque également des avancées sur de possibles vaccins contre le cancer. "Nous avons des vaccins qui sont dirigés contre certains virus eux-mêmes à l'origine de certains cancers, ainsi que des vaccins personnalisés pour la tumeur du patient concerné, en vue de rebooster son système immunitaire", explique-t-il.

La technologie de l'ARN messager pourrait également servir à la lutte contre le cancer. Déjà sur la table des chercheurs depuis plusieurs années, son utilisation a été rendue possible grâce à l'accélération de la recherche dans le cadre de la pandémie et la mise au point des vaccins contre le coronavirus. "Des essais cliniques sont ouverts, mais nous avons uniquement des résultats préliminaires et non qui démontrent l'efficacité de cette technologie", indique Christophe Letourneau.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/