1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Allergies : comment se protéger des allergies aux pollens ?
3 min de lecture

Allergies : comment se protéger des allergies aux pollens ?

Aujourd’hui, on va parler de l’allergie aux pollens et des bons réflexes à adopter pour mieux s’en protéger et limiter son impact.

La pollution et le réchauffement climatique favoriseraient les allergies aux pollens.
La pollution et le réchauffement climatique favoriseraient les allergies aux pollens.
Crédit : AFP / PHILIPPE HUGUEN
Allergie aux pollens : comment s'en protéger ?
00:04:02
Allergie aux pollens : comment s'en protéger ?
00:04:02
Micro générique Switch 795x530
Aline Perraudin

Le printemps est là et la nature se réveille. C’est le retour des beaux jours, mais aussi des pollens qui progressent. Combien de Français sont concernés par l’allergie aux pollens ?

En France 30% des adultes et 20% des enfants souffrent d’allergie au pollens. On parle aussi de rhinite allergique ou de rhume des foins. Elle empoissonne le quotidien des personnes concernées car elle provoque des symptômes gênants  : des éternuements fréquents, le nez bouché et qui coule en permanence, la gorge irritée. Avec souvent associés, les yeux qui larmoient ou  qui démangent comme s’il y  avait du sable dans les yeux. 

L’allergie aux graminées, au bouleau surtout dans le nord de la France, au cyprès, au thuya et au genévrier principalement dans le sud de la France, et à l’ambroisie, sont parmi les plus fréquentes.

Que faire pour réduire l'impact de l'allergie ?

Déjà il faut savoir qu’on peut surveiller l’arrivée des pollens et donc anticiper les pics d’émissions. Le Réseau national de surveillance aérobiologique publie sur son site internet, pollens.fr, des cartes de prévision selon chaque département et chaque espèce de plantes  ou d’arbres allergisants. 

À lire aussi

Des applis comme Alertes Pollens permettent aussi de connaître le niveau d’émission de pollens près de chez soi. En fonction de cela, on peut prendre quelques mesures, adopter des gestes barrières, pour limiter son exposition.

Il faut éviter au maximum de s’exposer aux pollens. L’éviction totale est impossible, mais on peut limiter son exposition aux pollens en adoptant quelques bons réflexes au quotidien. Aérer chaque jour son logement est indispensable pour renouveler l’air. 

Aérer tôt chez soi, changer régulièrement ses draps

Mais pour faire rentrer le moins possible de pollens, il faut ouvrir ses fenêtres au bon moment  : tôt le matin ou  tard le soir, quand il fait le moins chaud car c’est sous l’effet de la chaleur que l’émission de pollens bat son plein. A l’extérieur, on met des lunettes de soleil pour protéger ses yeux des pollens. Matin et soir, on lave son nez avec du sérum physiologique ou un spray d’eau de mer isotonique pour éviter l’accumulation de pollens sur les muqueuses.

Le problème, c’est qu’effectivement les pollens s’infiltrent partout. C’est la raison pour laquelle on conseille,  de retour à la maison, de changer de vêtements pour ne pas apporter soi-même des pollens chez soi. On lave à l’eau son visage et ses cheveux. Les hommes qui ont une barbe, penseront aussi à la rincer. 

Si c’est trop contraignant, on brosse bien ses cheveux au-dessus du lavabo et on change sa taie d’oreiller tous les jours. En effet, il faut surtout éviter l’accumulation des pollens dans la chambre à coucher et dans le lit pour ne pas être trop gêné pour dormir. On évite, bien sûr, de faire sécher son linge à l’extérieur car les pollens se collent dessus quand il est humide.

Repousser les sorties à midi quand il fait beau

On repousse, si possible,  les sorties le midi quand il y a du vent  et qu’il faut beau car la concentration de pollens dans l’air suit la courbe du soleil, avec un pic à l’heure du déjeuner. En voiture, il est conseillé de rouler avec les fenêtres fermées. 

Enfin, on essaie de limiter les activités en plein air lors de pics de pollution. La pollution  atmosphérique aggrave la  situation. Elle irrite les voies respiratoires. Ce n’est pas tout,  elle fragilise aussi  les pollens. Ils vont éclater en petites particules et pénétrer plus facilement dans les voies respiratoires. 

Pendant un pic de pollution, il est donc important de bien prendre ses traitements. Et on évite de faire des efforts physiques pour ne pas respirer encore plus de pollens.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.