1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. OM - Luis Henrique : "Le secret de Sampaoli, c’est la confiance qu’il m’accorde"

OM - Luis Henrique : "Le secret de Sampaoli, c’est la confiance qu’il m’accorde"

INVITÉ RTL - Détendu, souriant, ce Luis Henrique de fin de saison tranche avec celui que l’on avait aperçu timoré sur le terrain lors de ses premières apparitions sous les ordres de Villas-Boas en 2020.

Luis Henrique au micro RTL de Hugo Amelin
Luis Henrique au micro RTL de Hugo Amelin
Crédit : Hugo Amelin
OM - Luis Henrique : "Le secret de Sampaoli, c'est la confiance qu'il m'accorde"
09:12

L’ailier de l’Olympique de Marseille Luis Henrique (19 ans), arrivé l’été dernier en France en provenance du club carioca de Botafogo, revit depuis l’arrivée de Jorge Sampaoli sur le banc. Auteur de cinq passes décisives, il cherche maintenant à marquer son premier but en Ligue 1 et s’inspire des grands joueurs qui ont marqué l’histoire du football brésilien. 

Détendu, souriant, ce Luis Henrique de fin de saison tranche avec celui que l’on avait aperçu timoré sur le terrain lors de ses premières apparitions sous les ordres d’André Villas-Boas en 2020. Le nouvel entraîneur argentin de l’OM lui a donné un nouvel élan en le replaçant piston gauche. 

"Oui, ça a été une surprise pour moi, cette nouvelle position, confie-t-il. C’est nouveau mais j’en suis très content car ça m’offre du temps de jeu. Le secret d’El Loco, c’est la confiance qu’il m’accorde. En plus, il connaît bien le jeu et les joueurs brésiliens puisqu’il a entraîné là-bas, ça facilite le rapport que l’on peut avoir". 

Parmi mes souvenirs marquants : le Barca-PSG, la fameuse 'remontada'

Luis Henrique

L’objectif de l’OM pour les deux dernières journées de Ligue 1 est de conserver la 5e place pour se qualifier en Europa League. Ce n’est plus la Ligue des champions, mais la coupe d’Europe représente toujours quelque chose d’important pour l’attaquant débarqué d’Amérique du Sud il y a moins d’un an. 

À lire aussi

"C’est un rêve. J’espère avoir l’occasion de rejouer en Europe. Je l’ai beaucoup regardé à la télé quand j’habitais au Brésil. Parmi mes souvenirs marquants : le Barca-PSG, la fameuse 'remontada' gagné 6-1 par le FC Barcelone. Et puis le Tottenham-Ajax où Lucas signe un triplé". Deux cartons réussis par des Brésiliens, puisque Neymar avait aussi été le grand artisan de la "remontada" catalane. 

Mon papa est toujours l'entraîneur le plus dur avec moi

Le foot est une histoire de famille pour Luis Henrique puisque son papa a été joueur professionnel. "Il est issu d’un milieu très modeste, avec une vie très difficile. Le football lui a permis de grandir socialement et de ne pas prendre un mauvais chemin. Il n’a pas joué à très très haut niveau, mais dans des équipes de l’Etat de Paraíba, d’où je suis originaire. Après sa carrière, il a monté une école de foot. J’y ai joué de 3 à 14 ans. On baignait dans ce milieu, donc c’était naturel pour moi de devenir pro. Il a toujours été et est toujours l’entraîneur le plus dur avec moi (sourires)".

Comment se passe l’adaptation à Marseille, en dehors du foot ? "Ce que j’adore, c’est jouer avec mon chien, Apollo. Je passe pas mal de temps avec lui. Ma copine, Maria Luiza, est arrivée fin janvier. Elle m’aide beaucoup dans la vie de tous les jours. En plus elle est sportive et joue un peu au foot, donc on se fait des petites 'brésiliennes' à la maison (jeu qui consiste à se passer la balle sans que celle-ci ne touche le sol, ndlr)". 

J’adore Cassis

Luis Henrique

"J’ai monté un gymnase aussi, pour faire de la musculation en dehors des entraînements. On écoute pas mal de musique, c’est la vie à la Brésilienne : du foro, du baile funk... Et puis je me balade un peu. J’adore Cassis. J’ai rencontré des supporters en visitant Notre-Dame la Garde aussi, on a fait des photos, ils sont très sympas avec moia.

Jeune ailier, Luis Henrique n’a pas forcément vu jouer les grands attaquants brésiliens des décennies précédentes. Mais YouTube lui permet de rattraper son retard. "J’ai regardé toutes les compilations de Ronaldihno, de Ronaldo, 'il phenomeno'... Après, le joueur qui a vraiment accompagné ma carrière, c’est Neymar. Quand il jouait à Santos et que j’étais ado, je m’étais fait la même coupe Mohican. Je regarde aussi des vidéos, de Mbappé, Pogba... Les Français sont pas mal aussi". 

L’interview s’est terminée par un petit jeu, une tradition de RTL foot : commenter son propre but (fictif) comme un commentateur brésilien. Sachez simplement que Luis Henrique a choisi de dribbler le gardien après une passe décisive de Dimitri Payet, avant de se célébrer avec les supporters. Prémonitoire ? Il lui reste deux matches pour débloquer son compteur. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/