4 min de lecture Europa League

Lyon-Roma : les 3 points forts des Italiens

PRÉSENTATION - Deuxièmes du championnat italien et tombeurs de Villareal au tour précédent, les Romains sont parmi les favoris dans cette Ligue Europa et face à Lyon.

Radja Nainggolan, Francesco Totti et Mohamed Salah lors e Rome-Torino le 19 février 2017
Radja Nainggolan, Francesco Totti et Mohamed Salah lors e Rome-Torino le 19 février 2017
Luca Dangréaux
Luca Dangréaux

L'Olympique Lyonnais ne se présente pas face au plus abordables des adversaires. Sa double confrontation en huitième de finale de Ligue Europa (match aller ce jeudi 9, match retour le 16 mars) l'oppose à l'AS Rome, club habitué aux compétitions européennes (comme l'OL il est vrai) et véritable favori pour le succès final.

Les Lyonnais se sont baladés au tour précédent face aux Néerlandais de l'AZ Alkmaar. Deux larges succès qui leur ont donné confiance et ont initié une série de victoires et de buts assez impressionnante. Le 16 février dernier, le groupe de Bruno Genesio s'était rendu à Alkmaar et avait planté quatre buts (victoire finale 4-1). La rencontre retour (23 février), au Parc OL, avait tourné à la démonstration (7-1)  S'en sont suivis deux succès faciles en championnat face à Dijon (4-2) et Metz (5-0) avec cette statistique impressionnante : l'attaque lyonnaise a marqué 21 buts sur ses cinq derniers matches.

Ce jeudi ce n'est ni Alkmaar, ni Dijon ni Metz qui se présente à Décimes mais le deuxième de Serie A. L'ancien Lyonnais Clément Grenier ne jouera pas puisque ces 12 minutes passées sur le terrain de Séville avec Lyon en Ligue des champions le privent de toutes rencontres européennes avec son nouveau club. Luciano Spalletii est privé du milieu français prêté (seulement un match joué depuis le 28 janvier) mais peut compter sur Radja Nainggollan, son duo Dzeko-Salah et sa défense, les trois points forts du club de la Louve cette saison.

1. Nainggola, le NInja à tout faire

Le milieu de terrain de l'AS Rome est sans aucun doute le meilleur joueur de ce groupe. L’increvable Daniele De Rossi (33 ans) en sentinelle, le remuant Diego Perrotti et le puissant Kevin Strootman pourraient gêner le milieu lyonnais. Mais le danger numéro un pour Bruno Genesio se nomme Radja Nainggolan. Son éclosion n'étonne pas vraiment les observateurs du football italien (il était courtisé par les plus grands clubs du pays et le PSG lors de son départ de Cagliari en 2014), elle n'en reste pas moins bluffante.

À lire aussi
Le trophée de la Ligue Europa au siège de l'UEFA à Nyon, le 20 mars 2015 Europa League
Ligue Europa : découvrez les adversaires de Rennes et Saint-Étienne en poules

Depuis son arrivée dans la capitale italienne, il joue en moyenne 35 matches de championnat par saison, 53 de moyenne par an. Une endurance et une capacité à répéter les (bons) efforts comme peu en sont capable. Réduire le "Ninja" à ses capacités physiques serait une naïve erreur. C'est également un joueur décisif. En 2014-2015 il a marqué cinq buts, six la saison suivante. Depuis le début de l'exercice 2016-2017 Spalletti a eu la bonne idée d'en faire un milieu offensif et non plus un milieu relayeur. Nainggolan participe moins aux tâches défensives de son équipe et joue plus proche du duo d'attaquant Dzeko-Salah.

>
Inter - Roma - 1-3 - Highlights - Giornata 26 - Serie A TIM 2016/17

Un repositionnement des plus productifs. Le 26 février dernier l'AS Rome se déplaçait sur le terrain de l'Inter Milan, un club qui n'avait plus perdu depuis dix rencontres de Serie A dans son stade. Les Romains sont repartis de Lombardie avec une victoire (1-3) grâce à un splendide doublé de son numéro 4 et capitaine lorsque les deux enfants du club (De Rossi et Totti) sont absents. Depuis août il a inscrit neuf buts en championnat et a délivré une passe décisive.

2. Une paire d'attaque

Luciano Spalletti devrait aligner une équipe disposée en 3-4-3 au Parc OL. Parmi les trois joueurs offensifs on retrouve donc Nainggolan mais aussi Mohamed Salah et Edin Dzeko. Deux attaquants là-encore très décisifs et qui font de Rome un vrai danger.

L'Égyptien est le joueur le plus technique, le plus créatif et le plus doué de son équipe. Son pied gauche peut apporter un danger constant et a déjà prouvé son efficacité. La saison dernière il a marqué 14 buts et fait 8 passes décisives en 34 rencontres. Comme Radja Nainggolan, il est régulier dans ses performances. Ses bases, en 2016-2017, sont impressionnantes : en 20 rencontres, il en est déjà à 9 réalisations et six offrandes.

Des offrandes dont profitent souvent Edin Dzeko. L'attaquant du club de la Louve est le deuxième meilleur du championnat transalpin (19 réalisations), seulement dépassé par Andrea Belotti (22 buts avec le Torino). Preuve de son exceptionnelle forme du moment, le Bosnien est en passe d'atteindre le meilleur total de buts de sa carrière. Déjà passé par le VfL Wolfusburg (2007-2011), puis par Manchester City (2011-2015), il n'a dépassé la barre des 20 buts que deux fois dans sa carrière (26 en 2008-2009, 22 en 2009-2010).

En Ligue Europa, le grand attaquant (1,93 m) n'est pas moins inspiré. Il est déjà l'auteur de huit (!) buts en autant de rencontre. En seizièmes de finale de "C3" face aux Espagnols de Villareal, les Romains s'étaient imposé sans discussion sur la pelouse du Sous-Marin Jaune (0-4) avec un triplé de l'ancien Mancunien.

3. La deuxième meilleure défense de Serie A

C'est bien connu, l'Italie est le pays roi pour les défenses. Elle est d'ailleurs la deuxième meilleure de Serie A, suivie derrière le coffre-fort de la Juventus et de son inviolable trio Chiellini-Barzagli-Bonucci. Les Turinois ont concédé seulement 18 buts en 27 journées, la Roma suit avec 25 buts concédés. En comparaison, Lyon en a pris 32 en autant de rencontres.

Depuis le début du mois de février Spalletti aligne trois défenseurs centraux que sont Antonio Rudiger (Allemagne), Federico Fazio (Argentn) et Kostas Manolas (Grèce). Un trident solide, organisé mais qui sera amputé du premier cité au Parc OL. Une chance pour les Lyonnais. Rudiger devrait être remplacé Juan Jesus.

Ce trio est suppléé, en coupe d'Europe par le gardien brésilien Allison. Remplaçant du Polonais Wojciech Szczesny, il a déjà encaissé dix buts en huit rencontres européennes. Une frilosité qui ressemble à l'un des rares points faibles de cette équipe.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Europa League Coupe d'Europe AS Rome
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants