2 min de lecture Ligue 1 Uber Eats

Ligue 1 : le Conseil d'État suspend les relégations d'Amiens et Toulouse

L'institution a par ailleurs rejeté ce mardi 9 juin le recours de l'Olympique Lyonnais pour la reprise du championnat.

Le Amiens SC lors de sa rencontre face au PSG le 15 février 2020
Le Amiens SC lors de sa rencontre face au PSG le 15 février 2020 Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
et AFP

Les clubs d'Amiens et du Toulouse FC pourraient-ils échapper à la relégation en Ligue 2 ? Le Conseil d'État s'est en tout cas exprimé ce mardi 9 juin à ce sujet et a suspendu leur relégation. L'institution s'est également prononcée sur le recours de l'Olympique Lyonnais concernant une reprise cet été du championnat de Ligue 1, et l'a rejeté.

Le juge des référés "valide la fin de la saison et le classement mais suspend les relégations", est-il écrit dans un communiqué de presse résumant cette ordonnance très attendue. Le magistrat enjoint la Ligue de football professionnel (LFP), en lien avec la Fédération française (FFF), de réexaminer, d'ici au 30 juin 2020, la question du format de la Ligue 1 pour le prochain exercice, qui pourrait se jouer à 22 équipes au lieu de 20 actuellement.

La cour administrative suprême a donné raison aux clubs d'Amiens et de Toulouse, qui contestaient une rétrogradation "arbitraire" et "injuste", alors qu'il leur restait neuf journées à disputer pour tenter de se maintenir sur les terrains. 

Lyon, grand perdant du verdict

Mais pour Lyon, qui réclamait la reprise de la saison ou, à défaut, une "saison blanche" reconduisant les qualifications européennes de l'année précédente, c'est une défaite. Le juge a validé la décision d'arrêter le Championnat actée par le Conseil d'administration de la LFP le 30 avril, ainsi que le classement final, décidé selon un indice de performance. 

À lire aussi
Les Lillois à la fête le 22 novembre 2020 à Villeneuve-d'Ascq Ligue 1 Uber Eats
Lille-Lorient : spectaculaire, le Losc revient à 2 points du PSG

Le président de l'OL Jean-Michel Aulas défendait publiquement la possibilité de reprendre l'exercice interrompu, par le biais de play-offs, alors que l'Italie, l'Allemagne, l'Angleterre et l'Espagne ont repris ou vont le faire. Le Conseil d'État a également condamné le club lyonnais à verser 3.000 euros à la LFP au titre des frais de procédure

Vers un championnat à 22 ?

S'il a validé l'ordre du classement final, le juge des référés a souligné qu'il n'était pas automatique de procéder à des rétrogradations. 

 "La décision de procéder à un classement des Championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 n'entraîne pas nécessairement, par elle-même, la relégation en Ligue 2 des deux derniers du championnat de Ligue 1, non plus, d'ailleurs, que l'accession en Ligue 1 des deux premiers de Ligue 2", a-t-il écrit dans l'ordonnance. 

La relégation des deux clubs entraîne aussi une "atteinte grave et immédiate" à leurs intérêts, note le juge. Cette décision risque de chambouler le football français, alors que le président de la FFF Noël Le Graët s'était attelé à faire respecter les montées et les descentes dans chaque division, en professionnel comme en amateur. 

La balle est désormais entre les mains de la LFP qui, en lien avec la FFF, doit réexaminer le format de la prochaine saison de Ligue 1. Au cœur du débat, la convention qui lie les deux instances et qui écarte, pour la saison 2019-2020, la possibilité d'un championnat à 22 équipes

"La convention actuellement en vigueur, qui prend fin le 30 juin 2020, ne régit pas la saison 2020-2021" et "ne sera plus applicable pour la saison 2020-2021", précise le juge.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ligue 1 Uber Eats Coronavirus TFC
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants