1 min de lecture Société

Homophobie dans les stades : "On arrête trop de matches", dit Noël Le Graët

Le président de la Fédération française de football considère que le football "travaille, et depuis longtemps" sur la lutte contre l'homophobie, "comme sur le racisme".

Noël Le Graët, président de la FFF
Noël Le Graët, président de la FFF Crédit : AFP / Archives, Franck Fife
Louis Rigaudière et AFP

Des propos qui suscitent de nombreuses réactions. Le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, estime vendredi 6 septembre dans un entretien qu'"on arrête trop de matches" et que "la Fédération ne donnera pas d'instruction aux arbitres", sauf en cas de manifestation homophobe de "tout un stade".

"Je trouve qu'on arrête trop de matches ! Cela fait plaisir à certains ministres, mais moi, ça me gêne. Le football ne peut pas être pris en otage pour des propos vulgaires. Ce n'est pas le foot, mais la société en général qui doit y réfléchir. (...) On a l'impression que tous les stades sont devenus homophobes. Je conteste avec véhémence cette image qu'on donne de nous", a déclaré Noël Le Graët dans une interview accordée à Ouest-France.

Le président de la Fédération française de football considère que le football "travaille, et depuis longtemps sur le sujet, comme sur le racisme", citant notamment le programme éducatif fédéral et les règlements disciplinaires qui existent. "Le football défend des valeurs", rappelle-t-il.

Pour le moment, ni Marlène Schiappa ni Roxana Maracineanu n'ont réagi aux propos de M. Le Graët mais le ministère des Sports a précisé que Mme Maracineanu allait appeler M. Le Graët ce vendredi 6 septembre.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Homophobie Football
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants