1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Fiasco du Stade de France : que s'est-il vraiment passé ?
4 min de lecture

Fiasco du Stade de France : que s'est-il vraiment passé ?

ÉCLAIRAGE - Un mois après la finale de la Ligue des champions au Stade de France, Gérald Darmanin a présenté ses excuses. Le ministre de l'intérieur affirme "prendre sa part de responsabilité dans la mauvaise gestion de la sécurité" le soir du 28 mai. Ce mea culpa tardif intervient après des semaines de polémiques et des dizaines d'heures d'auditions au Sénat. RTL revient sur ce fiasco.

Les spectateurs de la finale de la Ligue des champions bloqués à l'entrée du Stade de France samedi 28 mai 2022
Les spectateurs de la finale de la Ligue des champions bloqués à l'entrée du Stade de France samedi 28 mai 2022
Crédit : THOMAS COEX / AFP
Fiasco du Stade de France : que s'est-il vraiment passé ?
00:04:24
Gautier Delhon-Bugard

Ce samedi 28 mai, à la sortie du RER D, des milliers de supporters venus assister à la finale de la Ligue des champions empruntent le mauvais itinéraire pour se rendre au Stade de France. Aucun panneau ne leur indique le chemin. Ces fans se retrouvent donc face à un point de pré-filtrage inadapté. La foule s'agglutine. 

Le préfet de police décide alors de lever ce barrage afin d'éviter un drame. À ce moment-là, des milliers de personnes se retrouvent sur le parvis, les portes d'accès sont saturées. Débutent alors le chaos, les jets de gaz lacrymogènes et les agressions. 

En conférence de presse, sur les plateaux télés ou devant les sénateurs, c'est comme une litanie pour Gérald Darmanin : "Il y a eu entre 30.000 et 40.000 personnes de plus que ne peut accueillir le Stade de France sur le parvis, avec des billets falsifiés ou sans billets du tout". 

Pourtant ces chiffres sont remis en cause. D'abord lorsque l'on visionne les centaines de vidéos sur les réseaux sociaux, ce surplus de supporters parait exagéré. Le maire de Liverpool, Steve Rotheram, présent au stade ce soir-là conteste également cette version. "Il doit avoir des preuves de ce qu'il avance. S'il y a 40.000 faux tickets alors nous sommes curieux de voir ça, mais franchement nous savons tous que tout ça a été inventé sur place, c'est grotesque. Je pense qu'ils ont essayé de dévier l'attention. Parce que ce qu'il s'est vraiment passé, c'est une défaillance de l'organisation". 

À lire aussi

Dans son rapport d'enquête, le délégué interministériel aux grands évènements sportifs estime qu'il est difficile de documenter plus précisément cette proportion de 30 à 40.000 supporters sans billet valide. L'UEFA affirme que seuls 2.600 faux billets ont été scannés au niveau des grilles d'entrée. 

Ce volume de faux billet aurait-il pu être anticipé ?

Non, affirme le gouvernement. Et pourtant, les autorités ont reçu trois jours avant le match une note de la délégation nationale de lutte contre le hooliganisme, annonçant le risque de voir des milliers de supporters sans billets valides affluer vers le stade. Et puis RTL vous l'a révélé, l'UEFA a également alerté la France d'une fraude d'une ampleur inédite quelques jours avant la finale. Les organisateurs ont aussi pointé la grève dans les transports, responsable selon eux de l'arrivée massive et inattendue de supporters par le RER D. 
Mais la RATP avait bien prévenu tout le monde, personne ne pouvait l'ignorer. Le rapport Cadot précise même que ce mouvement social et "ses conséquences sur l'orientation des flux " étaient connus de tous les acteurs. 

Des fans anglais violents ?


Dès le coup de sifflet final, Gérald Darmanin tweete depuis le PC Sécurité du Stade de France et pointe du doigt les supporters britanniques responsable selon lui d'avoir "forcé les entrées et parfois violenté les stadiers". 

Le ministre de l'Intérieur a-t-il raison ? Et bien non c'est plutôt le contraire, les supporters ont été eux-mêmes victimes de violences. Les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux et les témoignages en attestent. Matt s'exprime ce soir-là au micro de RTL. "La police nous a repoussés, donné des coups de matraque. Je leur ai dit, 'mais j'ai mon billet à 200 euros, laissez-moi entrer'. La seule réponse que j'ai eue c'est du gaz lacrymogène dans le visage, c'était horrible". Et puis, environ 400 jeunes, des locaux ont agressé et dépouillé les fans. Au total 80 plaintes ont été déposées selon le parquet de Bobigny, notamment par les supporters victimes de violences. 2700 fans anglais munis de billets valides n'ont même pas pu assister à la rencontre. 

Le préfet de Police principal responsable ?

L'étau se resserre autour de Didier Lallement, le préfet de police. Selon le rapport Cadot, ses équipes ont fait retirer les panneaux qui indiquaient la direction du stade à la sortie du RER D, quelques jours avant la finale. Cette décision a été prise à la suite d'une erreur d'aiguillage des supporters niçois lors de la finale de la coupe de France. Le rapport précise que "ce choix a été fait avant que le préavis de grève (sur le RER B) ne soit déclenché. Il aurait été souhaitable que cette signalétique soit réinstallée dès le risque de perturbations connues". Ce dysfonctionnement est à l'origine du gigantesque mouvement de foule. Ensuite, les sénateurs en charge des auditions remettent en cause le dispositif policier : la priorité était la gestion des flux de supporters, il n'y avait donc pas assez d'effectifs pour lutter contre la délinquance.

Didier Lallement est-il le grand responsable ? Alba Ventura a posé la question au ministre de l'Intérieur. "Le préfet de Police a fait son travail ce soir-là, mais il est certain qu'on a un changement d'organisation à faire. Cela ne veut pas dire que l'on doit s'en prendre à telle ou telle personne". Et que dire de la communication de Gérald Darmanin ? Malgré son mea culpa tardif, le ministre de l'Intérieur n'a pas hésité à charger les supporters de Liverpool de tous les maux, sans aucune enquête. Certains l'accusent même de mensonges. En tout cas le résultat est désastreux. "Je ne viendrai plus jamais à Paris pour un match de foot", s'emporte cette supportrice au lendemain de la rencontre. L'image de la France est écornée par ce spectaculaire fiasco à un an de la Coupe du monde de rugby et deux ans des JO. 

La rédaction vous recommande

 

À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/