3 min de lecture Euro 2016

Euro 2016 : Hongrie, Islande, Irlande... Comment les "petits" ont intégré la cour des grands

DÉCRYPTAGE - L'Euro 2016 a vu des nations dites "petites" se qualifier pour les huitièmes de finale, grâce à de l'intensité et de l'enthousiasme.

Les fans de l'Irlande du Nord au Parc des Princes lors de l'Euro 2016 le 21 juin face à l'Allemagne
Les fans de l'Irlande du Nord au Parc des Princes lors de l'Euro 2016 le 21 juin face à l'Allemagne
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

La Hongrie termine première du groupe F, l'Irlande bat l'Italie et se qualifie dans le groupe E, l'Islande qui devance le Portugal de Ronaldo dans le groupe F et l'Irlande du Nord qui arrache un billet pour les huitièmes de finale tout comme la Slovaquie. L'Euro 2016 offre un plateau des huitièmes de finale avec toutes les équipes attendues mais aussi et surtout une vague de fraîcheur et d'enthousiasme venue de pays loin d'être habitués aux phases finales de compétitions internationales. La nouvelle formule à 24 y est pour beaucoup mais pas seulement. 

Ainsi ce résultat n'est pas dû à des "hold-up" sur le terrain lors de matches arrachés aux forceps. La Hongrie et le Pays de Galles ont par exemple terminé en tête de leur groupe respectif, devant des équipes comme le Portugal ou l'Angleterre. La présence de chacune de ces équipes est légitime dans la mesure où elles ont toujours mis toutes leurs armes dans la bataille, sans jamais sombrer au score. Fighting spirit, organisation sans faille et fraîcheur physique sont les clés de ces outsiders que les grosses équipes regardent avec méfiance. 

Le Pays de Galles et la Hongrie en patrons

La Hongrie termine donc en tête du groupe F où le Portugal était attendu comme favori. C'est en fait ce dernier qui a failli rejoindre la maison après trois matches et ne se sauve que par un miraculeux 3-3 et 3 matches nuls lors de la première phase. À l'inverse, les Magyars se sont montrés plus lucides dans le jeu, plus organisés et avec une trame collective cohérente. Seule l'Islande a failli les piéger dans un match où les coéquipiers du gardien en survêtement Gabor Kiraly ont fait face à 10 joueurs regroupés en défense. Il y a du talent dans cette équipe, comme celui de Dzsudzsak ou de Zoltan Gabor, mais il y a aussi un collectif rodé et discipliné tactiquement. 

À lire aussi
Pascal Praud Euro 2016
Euro 2016 : "Voilà un train qui est arrivé en avance", se félicite Pascal Praud

Et c'est le même schéma que les Gallois ont appliqué pour terminer premiers de leur poule B. Des joueurs de Premier League, des joueurs même de deuxième ou troisième division anglaise et un but commun, ne rien lâcher et se sacrifier pour le collectif. Dans cette équipe personne ne se cache, du soutier de l'ombre à la star Gareth Bale que l'on a vu avaler les kilomètres. Ce dernier est l'une des seules stars à tenir son rang et à hisser son équipe vers le haut pour le moment. Aaron Ramsey (Arsenal) et Joe Allen (Liverpool) sont les lieutenants de très haut niveau de l'attaquant du Real. Si cette équipe reste physiquement fraîche elle peut encore passer un tour contre l'Irlande du Nord. Car pour ce genre d'équipe le physique sera une donnée importante. 

Service

La fraîcheur et l'enthousiasme des "petites" nations

Qui ne s'est pas régalé en voyant l'Irlande du Nord l'emporter sur des Ukrainiens résignés sous une pluie torrentielle à Lyon ? Ce jour-là on a vu une équipe moins bien lotie techniquement mettre une intensité folle pour arracher une victoire 2-0. Un constat valable pour l'Islande ou l'Eire, futur adversaire des Bleus. Composées de joueurs n'évoluant pas dans les plus grand clubs, ces équipes disposent de joueurs qui ont disputé moins de rencontres et disposant d'un état athlétique optimal. Et l'absence de grosse chaleur lors du premier tour a sans doute aidé à ne pas les voir s'écrouler lors des derniers matches de groupes.

Des chevauchées folles, une intensité de tous les instants sur les duels et une fraîcheur mentale indéniable sont l'une des causes de la réussite de ces nations surprises. En outre la formule certes alambiquée de cet Euro à 24 équipes a permis à des équipes de se qualifier avec seulement 3 points et a maintenu le suspense jusqu'au bout des matches de poules. L'Islande et la République d'Irlande se sont qualifiées grâce à des buts dans les ultimes minutes. Si le physique tient bon et avec le soutien de supporters chaque jour plus incroyables, ces adversaires pourraient encore piéger certaines équipes pas assez vigilantes.

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
Euro 2016 Hongrie Islande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783815737
Euro 2016 : Hongrie, Islande, Irlande... Comment les "petits" ont intégré la cour des grands
Euro 2016 : Hongrie, Islande, Irlande... Comment les "petits" ont intégré la cour des grands
DÉCRYPTAGE - L'Euro 2016 a vu des nations dites "petites" se qualifier pour les huitièmes de finale, grâce à de l'intensité et de l'enthousiasme.
https://www.rtl.fr/sport/football/euro-2016-hongrie-islande-irlande-comment-le-petits-ont-integre-la-cour-des-grands-7783815737
2016-06-23 15:20:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/rztbq_M0zfmmXna36VH2mA/330v220-2/online/image/2016/0622/7783803017_les-fans-de-l-irlande-du-nord-au-parc-des-princes-lors-de-l-euro-2016-le-21-juin-face-a-l-allemagne.jpg