1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Équipe de France : fatigue, tâtonnement, deuil... Les raisons de ce mois de juin totalement raté
3 min de lecture

Équipe de France : fatigue, tâtonnement, deuil... Les raisons de ce mois de juin totalement raté

ÉCLAIRAGE - 2 points pris sur 12 possibles, aucune victoire et seulement trois buts marqués... Comment analyser un bilan aussi pauvre ? Faut-il s'inquiéter à cinq mois du Mondial au Qatar ?

Benzema, Mbappé, Rabiot, Kimpembe, Kamara et Konaté avec les Bleus au Stade de France le 13 juin 2022
Benzema, Mbappé, Rabiot, Kimpembe, Kamara et Konaté avec les Bleus au Stade de France le 13 juin 2022
Crédit : Franck FIFE / AFP
Équipe de France : fatigue, tâtonnement, deuil... Les raisons de ce mois de juin totalement raté
00:03:49
Philippe Sanfourche - édité par Gregory Fortune

Un penalty dès la 5e minute a donc scellé le sort des Bleus, lundi 103 juin face à la Croatie. Cette défaite 1-0 au Stade de France à celle inaugurale en ce mois de juin face au Danemark (1-2). Entre les deux, pas mieux que deux matches nuls en Autriche (1-1) et en Croatie (1-1). Résultat, l'équipe de France est mathématiquement éliminée de la course aux demi-finales en Ligue des Nations.

2 points pris sur 12 possibles, aucune victoire et seulement trois buts marqués... Comment analyser un bilan aussi pauvre ? La fatigue de la fin de saison ne peut pas être l'excuse qui couvre tous les maux, mais c'est quand même la principale explication. L'Angleterre non plus n'a pas gagné un match, l'Allemagne également. Ce n'est pas un hasard : les sélections qui concentrent tous les joueurs des clubs dominants sont à la rue dans cette compétition imposée au chausse-pied par l'UEFA.

Didier Deschamps avait prévu de faire tourner, de procéder à 6 ou 7 changements entre chaque match. Mais les blessures, de joueurs majeurs comme Raphaël Varane, N'Golo Kanté ou Kylian Mbappé en début de rassemblement ont ajouté de la difficulté à la difficulté. Au final, ce sont 8, 9 voire 10 changements qui lui ont été imposés à chaque rencontre. Dans cette situation, il devient impossible de conserver une idée collective et un liant pour intégrer les jeunes joueurs.

Tâtonnements

Il y a aussi cette impression perturbante que le sélectionneur a beaucoup plus tâtonné qu'à l'accoutumée, avec des choix parfois assez inexplicables et d'ailleurs timidement expliqués par l'intéressé. Didier Deschamps rabâche par exemple depuis six mois qu'il veut peaufiner son système de jeu avec trois défenseurs. Il construit sa liste de 24 joueurs en conséquence, et avait justifié certaines absences, comme celle de l'attaquant du FC Barcelone Ousmane Dembélé, jugé inapte à évoluer dans cette tactique. 

À écouter aussi

Et puis au final, il a tout changé : sur quatre matches, on aura vu trois fois le retour à une défense à quatre, avec des joueurs du coup pas à leur poste comme Jules Koundé, Benjamin Pavard, ou carrément inutilisé comme Jonathan Clauss (12 minutes de jeu)... Le Basque de 53 ans a semblé subir durant ce rassemblement, dans le jeu, et un petit peu en dehors également, avec le décès de son père qui lui a fait manquer le premier match.

Cela a sans doute rejailli sur la vie de groupe. Il était en plein deuil, c'est forcément une circonstance atténuante. Et dans ces cas-là, le haut niveau est terrible ça ne pardonne rien : quand le chef est un petit peu affaibli, on s'aperçoit que les élèves sont plus dissipés.

Faut-il être inquiet pour la Coupe du monde ?

Les problèmes évoqués ci-dessus sont conjoncturels et vont être réglés par de bonnes vacances, une bonne préparation dans les clubs. Les joueurs vont revenir plus frais en septembre pour les deux derniers matches avant le Mondial au Qatar (21 novembre-18 décembre).

Ce qui est plus inquiétant, c'est le constat que sans l'ossature, la colonne vertébrale du groupe champion du monde, les Bleus descendent de deux étages. On parle souvent de cette colonne vertébrale qui pour l'instant tient aux extrémités : Hugo Lloris dans les buts, Karim Benzema et Kylian Mbappé devant. 

Mais tous les cadres qui étaient absents ou amoindris n'ont pas été remplacés : Raphaël Varane, Paul Pogba, N'Golo Kanté. Quant à Antoine Griezmann, il est en souffrance. On ne s'improvise pas cadre dans une équipe, on ne s'improvise pas champion du monde. Si ces garçons-là ne sont pas de retour dans les meilleures conditions dans cinq mois, c'est à l'aveugle que les Bleus vont aller tenter de défendre leur titre.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/