2 min de lecture Voile

Vendée Globe : Dalin toujours leader à J-7 de l'arrivée aux Sables d'Olonne

Charlie Dalin était toujours en tête, mercredi 20 janvier, à l’approche des Açores. Mais rien n’est joué pour la victoire finale.

Charlie Dalin sur "Apivia"
Charlie Dalin sur "Apivia" Crédit : Apivia
fred veille
Frédéric Veille édité par Gregory Fortune

Bien malin qui peut dire, mercredi 20 janvier, qui remportera la 9e édition du Vendée Globe, même si quatre hommes semblent bien partis pour succéder à Armel Le Cléac’h au palmarès de ce tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Il faut attendre le passage des Açores, l'arrivée de la dépression venue du Nord-Ouest et le moment où les bateaux vont pointer leur étrave vers la France pour obtenir, d'ici trois jours, un classement moins théorique que celui actuellement en vigueur.

Dans cette remontée de l’Atlantique, Louis Burton à la barre de "Bureau Vallée 2" fait route vers les Açores plus à l’ouest que Charlie Dalin, qui lui fait route directe vers les Sables-d’Olonne. Après 73 jours de course, le skipper de "Apivia", leader, mais avec un foil bâbord endommagé, possédait 127 milles d’avance (un peu plus de 200 km) sur Louis Burton, qui navigue plus vite et qui impressionne chaque jour un peu plus.
"C’est formidable, surtout quand on considère où il en était et où il en est maintenant, savoure son épouse Servane Escoffier qui, avec ses deux enfants, attend avec impatience le retour de Louis aux Sables-d'Olonne. Le reste n’est que du bonus. Il est certain que nous avons très envie de le serrer dans nos bras, mais il reste encore quelques jours à patienter. Nous sommes un peu comme des enfants avant Noël, qui attendent que le Père Noël entre dans la maison".

Ruyant 3e, Hermann 4e, Seguin 5e

3e au classement provisoire, Thomas Ruyant est lui aussi privé de toute la puissance de son bateau de dernière génération avec, comme Charlie Dalin, des soucis de foil endommagé. "Je suis à cloche-pied depuis deux mois, indique le skipper de 'Linked Out' à la vacation du jour. Normalement, c’est dans ces conditions que l’on fait parler la poudre avec nos bateaux. C’est frustrant, mais c’est comme ça".

Derrière lui l’Allemand Boris Herrmann revient très fort et son "Sea Explorer" possède toujours ses grands foils. Mais "comme j’ai toujours peur d’avoir des problèmes techniques, je reste très prudent", explique le skipper, très concentré. Enfin, Damien Seguin, 5e, continue d’impressionner. À huit jours de l’arrivée théorique, le champion paralympique, premier skipper handicapé à participer au Vendée Globe est toujours dans la course au podium. 

Quelle belle image il envoie

Tony Estanguet à propos de Damien Seguin
Partager la citation
À lire aussi
Vendée Globe
Jean Le Cam : "Le Vendée Globe est une course qui n’est pas physique, c’est la tête qui fonctionne"

"Quelle belle image il envoie, il est en train de faire un Vendée Globe de malade, souligne Tony Estanguet, président du Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Nous sommes super impressionnés. C’est grâce à des champions comme Damien que les choses évoluent".

Selon les dernières estimations, les premiers concurrents de cette 9e édition devraient arriver aux Sables d’Olonne mercredi 27 janvier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Voile Vendée Globe
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants