1 min de lecture Xénophobie

Rugby : suspensions en équipe d'Argentine à la suite de tweets xénophobes

Trois joueurs des Pumas d'Argentine, dont le capitaine Pablo Matera, ont été suspendus pour la publication de tweets xénophobes entre 2011 et 2013.

Le capitaine des Pumas argentins Pablo Matera suspendu pour propos xénophobes dans sa jeunesse
Le capitaine des Pumas argentins Pablo Matera suspendu pour propos xénophobes dans sa jeunesse Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

Le rugby argentin est éclaboussé par un scandale visant trois internationaux des Pumas, dont le capitaine Pablo Matera, dont des tweets xénophobes ont été retrouvés et relayés sur les réseaux sociaux. Le troisième ligne de la sélection, qui évolue au du Stade Français (Paris), a même été parmi les sujets les plus discutés sur Twitter en Argentine. L'ampleur de la polémique est telle que l'Union argentine de rugby (UAR) a pris la décision de suspendre les joueurs incriminés. 

Une suspension à titre conservatoire pour "des propos discriminatoires et xénophobes" publiés entre 2011 et 2013, a annoncé lundi 30 novembre soir l'UAR dans un communiqué. La Commission de discipline de l'institution a été chargée d'ouvrir une procédure contre Guido Petti, Santiago Socino et Pablo Matera, auquel le brassard de capitaine est en outre retiré.

Pablo Matera a de son côté publié des excuses publiques via le média Tyc Sports relayé par BFMTV. "Toutes mes excuses à tous ceux qui ont été offensés par les atrocités que j'ai écrites. À ce moment-là, je n'imaginais pas qui j'allais devenir. Aujourd'hui, je dois assumer la responsabilité de ce que j'ai dit il y a neuf ans", a indiqué le joueur, affirmant qu'il avait "honte". 

"Je suis désolé aussi pour mon équipe et ma famille, pour le moment qu’ils traversent à cause de mes actions, et je remercie les gens qui m’aiment pour leur soutien", a ajouté Pablo Matera. Alors qu'il avait 19 ans et représentait son pays en sélection de jeunes, le rugbyman avait publié des propos particulièrement choquant. "La haine des Boliviens, des Paraguayens, etc. est née de cette bonne qui a un jour laissé tomber un cheveu dans votre nourriture", avait-il entre autres déclaré. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Xénophobie Rugby Réseaux sociaux
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants