1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Forfait de Simone Biles aux JO : "Personne n'est épargné par ce conflit intérieur", dit un psychologue
1 min de lecture

Forfait de Simone Biles aux JO : "Personne n'est épargné par ce conflit intérieur", dit un psychologue

INVITÉ RTL - Makis Chamalidis, psychologue du sport, évoque la détresse psychologique que peut ressentir la gymnaste Simone Biles.

Simone Biles aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2021
Simone Biles aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2021
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Makis Chamalidis était l'invité de RTL Midi
02:54
Christophe Pacaud - édité par William Vuillez

C'est l'information majeure du début de ces Jeux Olympiques : la superstar américaine de la gymnastique Simone Biles, qui a créé la surprise mardi 27 juillet en abandonnant lors de la compétition par équipes, est forfait pour le concours général de jeudi. L'Américaine évoque notamment un problème mental. "On a vu déjà par le passé, des grandes stars comme Naomi Osaka, ont montré que par moment il y a un trop-plein", nous explique Makis Chamalidis, psychologue du sport. 

"Même les grandes stars ont leurs démons, qu'il faut traiter. Personne n'est épargné par ce conflit intérieur. Ça pose aussi la question de la préparation, de leur équilibre. Il ne faut pas oublier que ce sont des gens qui ont choisi d'être un peu déséquilibrés, d'être sur le fil du rasoir. C'est une prise de risque qu'il faut assumer", explique-t-il. 

Le psychologue fait le lien entre l'état psychologique de la gymnaste et le scandale d'abus sexuels qui a frappé la fédération américaine de gymnastique. L'entraîneur de l'équipe américaine aux Jeux Olympiques de Londres en 2012 avait été inculpé pour agressions sexuelles et trafic d'êtres humains dans le club de gymnastique qu'il avait fondé avant de se suicider.

"Je pense quand même qu'il y a un lien avec ce procès d'abus sexuels, ça pèse. Les histoires d'abus sexuels laissent des traces énormes, des traumatismes qu'il faut prendre le temps de travailler. Ça ne peut pas se faire d'un jour à l'autre. Il faut revenir sur l'être humain avant de parler de l'athlète", explique Makis Chamalidis. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/