2 min de lecture Rugby

Coupe du Monde de rugby : que valent les États-Unis, adversaires du XV de France ?

ÉCLAIRAGE - Le rugby peine à se faire une place au pays du football américain, du basket ou du hockey. Mais les "Eagles" semblent en progression.

Blaine Scully (de face, au centre) parle à ses partenaires américains le 26 septembre 2019 à Kobe
Blaine Scully (de face, au centre) parle à ses partenaires américains le 26 septembre 2019 à Kobe Crédit : Filippo MONTEFORTE / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
et AFP

Récente affiche de gala lors du Mondial de basket en Chine, avec à la clef un exploit des Bleus en quarts de finale, un France - États-Unis en football ou en rugby ne suscite en amont quasiment aucune émotion, ne rappelle aucun souvenir. Question de culture, d'histoire. Au pays de l'Oncle Sam, le "soccer" se développe à peine, quand le rugby à XV ne soutient pas la comparaison avec le football américain.

Et pourtant, le premier France - USA disputé avec un ballon ovale remonte à 1920. Il y en a eu sept autres depuis, le dernier en 2004, avec une victoire des Bleus "seulement" 39-31. En Coupe du Monde, les deux pays se sont affrontés une fois, en 2003, avec un écart plus conséquent pour le XV français (41-9). Le neuvième choc est donc prévu mercredi 2 octobre, à Fukuoka.

Si son classement mondial est meilleur que celui des Tonga (13e contre 15e), le deuxième adversaire des hommes de Jacques Brunel dans ce Mondial après l'Argentine (23-21) semble le plus faible de la poule C. Les Tongiens ont déjà dominé des nations supérieures sur le papier dans un passé récent (France, Australie, Écosse, Italie, Géorgie), les Américains jamais.

Trois succès en Coupe du Monde

C'est en toute discrétion que le "Team USA" a participé à sept des huit précédentes éditions de la Coupe du Monde avant de débarquer au Japon. Bilan : trois succès en 25 rencontres, le dernier en 2011 face à la Russie (13-6). Cette année, il a débuté par un revers 45-7 contre l'Angleterre, qui lui a infligé sa plus lourde défaite en 1999 (106-8).

À lire aussi
Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert le 24 novembre 2018 à Villeneuve-d'Ascq sondage
Coupe Davis : 59% des Français approuvent la nouvelle formule sur une semaine

Au tour des Bleus d'en profiter pour prendre le point de bonus offensif (pour quatre essais marqués ou plus), même si la prudence est de mise. Yoann Huget : "On ne peut pas avoir un manque d'humilité en se disant qu'on va prendre les cinq points. Il faut avoir de l'ambition, mais d'abord construire le match en première mi-temps". Louis Picamoles : "On sait que les USA sont une équipe en construction, qui a beaucoup de qualités".

Bastareaud à New York en fin d'année

Les Américains comptent dans leurs rangs deux joueurs évoluant en France, David Ainu'u (Toulouse) et Éric Fry (Vannes). Leur star, Titi Lamositele, originaire des Samoa, a remporté trois fois la Coupe d'Europe avec le club anglais des Saracens. Leur sélectionneur, le Sud-Africain Gary Gold (52 ans) est en poste depuis janvier 2018.

Dernière anecdote sur le rugby américaine : Mathieu Bastareaud (non retenu pour ce Mondial par Jacques Brunel) a décidé de le rejoindre en fin d'année en s'engageant avec le Rugby United New York. Peut-être un dernier défi à 31 ans.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Rugby Coupe du monde de rugby XV de France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants