9 min de lecture Divertissement

Audrey Hepburn était trop marquée par "les horreurs de la guerre" pour incarner les méchantes

La comédienne nous a quitté il y a 27 ans. Luca Dotti, son fils, était l'invité de Stéphane Bern ce matin.

A la bonne heure - Stéphane Bern À la Bonne Heure ! Stéphane Bern iTunes RSS
>
Dominique Besnehard, Alain Dag'Naud, Luca Dotti et Caroline Pigozzi dans "À la Bonne Heure !" du lundi 25 mai 2020 Crédit Image : My Fair Lady | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
David Buron

Le 20 janvier 1993, l'immense Audrey Hepburn s'éteignait en Suisse, où elle résidait après avoir mis fin à sa carrière de comédienne. Sublimée par les plus grands réalisateurs américains (Billy Wilder, Stanley Donen, King Vidor...) et par les créations de son ami le couturier Hubert de Givenchy, l'actrice avait, par son style androgyne, bouleversé la mode des années 50/60. Mais c'était aussi une femme que les horreurs de la seconde guerre mondiale avaient profondément marqué, elle qui vécut aux Pays-Bas avec sa mère jusqu'en 1945. 

Invité ce matin de Stéphane Bern, son fils, Luca Dotti, se rappelle qu’enfant il aurait aimé voir sa mère jouer dans un James Bond aux côtés de son ami Roger Moore: "Je trouvais les films de maman trop doux, trop romantiques et je rêvais de la voir jouer un agent du SPECTRE, avec un plan pour détruire le monde !" Mais selon son fils, l'actrice avait trop en tête les épreuves subies pendant l'occupation pour se glisser dans ce genre de rôle: "Elle me répondait toujours qu'elle avait vu les horreurs de près. La méchanceté, ce n'était pas son truc." (extrait à réécouter en haut de la page)

Le nouveau jeu de Stéphane Bern

Pour vous divertir, toutes générations confondues, l'équipe de l'émission vous propose un nouveau jeu qui vous emmène des rois de France aux rois de la pop, des trésors de nos villages aux trésors de la chanson, du cinéma, de tout ce qui fait le patrimoine... avec des stars que nous prenons chaque jour au téléphone pour débriefer vos réponse !

Quatre nouvelles énigmes au menu ce matin, et quatre chances de gagner des cadeaux ! Pour cela, dès que vous croyez avoir la bonne réponse à l’énigme, envoyez un SMS au 64900 (0,35cts/sms) avec le mot clé "JEU" suivi de votre réponse. Vous passerez peut-être à l’antenne afin de la vérifier avec Stéphane Bern et un invité qualifié.

À lire aussi
Caroline Dublanche présente "Parlons-Nous" sur RTL de 22h30 à 1h30 Parlons-nous
L'incompréhension face à une rupture soudaine

Retrouvez Stéphane Bern dans A La Bonne Heure ! du lundi au vendredi de 11h30 à 12h30, sur RTL, pour une émission spéciale confinement.

Énigme n°1

"J’aimerais vous faire deviner une ville… Surnommée « le balcon du Sud-Ouest » grâce à son emplacement géographique, elle est établie sur un éperon qui domine un méandre de la Charente… Carrefour de voies de communication majeures, cette cité a été énormément convoitée tout au long de son histoire, au point de subir de nombreux sièges…
Du haut de son rocher, et forte d’un patrimoine historique et religieux important, elle est reconnue ville d’Art et d’Histoire en 1987… Ce qui lui vaut d’attirer de nombreux touristes chaque année…
En littérature, deux quartiers de la ville sont dépeints sous la plume d’Honoré de Balzac dans « Illusions perdues » : « En haut la noblesse et le pouvoir, en bas le commerce et l'argent ; deux zones sociales constamment ennemies en tous lieux ; aussi est-il difficile de deviner qui des deux villes hait le plus sa rivale… » D’ailleurs, l’auteur de « La Comédie Humaine » a aussi écrit « La Grenadière » en une nuit, alors qu’il résidait dans une propriété proche de la cité…
C’est également dans cette ville que François Ravaillac a vu le jour en 1578, avant de marquer l’Histoire de France en assassinant le roi Henri IV le 16 mai 1610 à Paris…
Une anecdote tombée dans les limbes de l’Histoire à présent : Saviez-vous que pendant près d’un siècle, jusqu’à l’arrivée des Hollandais, New York aurait porté le nom de la ville que nous cherchons ce matin ? C’est Giovanni da Verrazzano, un navigateur au service de François 1er, qui l’aurait baptisée ainsi… A noter que François 1er a un lien direct avec la réponse de notre énigme… Il était le comte de cette ville
C’est aussi dans cette ville qu’a eu lieu le premier vol humain en 1801 ! Cette année-là, le général Guillaume Resnier de Goué s’est élancé du haut des remparts, affublé d’ailes qu’il avait fabriquées. Après un vol de 300m, il a atterri de l’autre côté de la Charente… Résultat : Une jambe cassée…On a connu pire …
De nos jours, la ville que nous cherchons est connue pour « buller » chaque année en janvier… En effet, elle accueille depuis 1974 le célèbre Festival International de la Bande Dessinée… Un événement qui contribue largement à sa renommée dans le monde entier…
Et puis impossible d’évoquer cette cité sans parler d’un autre festival, celui du Film Francophone, créé en 2008 par les producteurs Marie-France Brière, Dominique Besnehard et Patrick Mardikian…

Alors, quelle est cette ville ?"

La réponse: Angoulême. 
Au téléphone pour en parler avec nous: Le producteur et ex agent Dominique Besnehard, cofondateur du Festival du film francophone d'Angoulême. 

Dominique Besnehard dans les locaux d'RTL le 26 octobre 2019
Dominique Besnehard dans les locaux d'RTL le 26 octobre 2019 Crédit : RTL

Énigme n°2

"Il n’est pas impossible que pendant le confinement, vous vous soyez adonné à ce jeu ou même que vous ayez repris des problèmes que vous aviez abandonnés … C’est donc, vous l’avez compris, un jeu qu’il faut trouver.
C’est un jeu relativement récent puisqu’on peut dater sa naissance à 1913 et qu’on connaît son créateur un certain Arthur Wynne ; britannique de naissance mais installé aux Etats Unis et de son état, journaliste et violoniste amateur mais chevronné.
Autant vous le dire tout de suite, la première mouture de ce jeu n’est pas folichonne. Ca s’appelle un Word Cross Puzzle et un enfant de 5ème aurait pu résoudre les problèmes posés en un petit quart d’heure.

D’ailleurs le rédacteur en chef du journal «  the New York world » qui le publie est sceptique. Plus que ça même, il se dit qu’il veut bien faire plaisir à Arthur mais que ça ne marchera jamais …
Eh bien si ça marche. Et Wynne , de dimanche en dimanche puisque c’est le jour de parution du journal améliore sa technique. Au passage, un typographe oublie un mot dans le nom que je vous avais donné ( ah ben non je ne le redonne pas, il y avait la réponse dedans, trop tard, fallait être attentif …)  et c’est un vrai succès. Au point que les usagers des bibliothèques se plaignent que de nouveaux venus arrachent es mains des habitués  les encyclopédies et les dictionnaires …
Les pasteurs américains ont beau se plaindre de ce jeu inutile et puéril, rien n’y fait. Il passe les frontières . En France les premiers sont publiés dès 1924 dans l’hebdomadaire Dimanche illustré et même le Times de Londres qui avait mis un point d’honneur à ne pas succomber à la mode  est obligé de faire comme tout le monde.

En France, de grands auteurs comme Tristan Bernard puis plus près de nous Georges Perec s’y sont adonnés avec un réel talent qui montre que ce jeu peut être aussi une passion d’intellectuels à la condition qu’ils ne soient pas dénués d’humour …

Alors quel est ce jeu ?"


La réponse: Les mots croisés. 
Au téléphone pour en parler avec nous: Le verbicruciste Alain Dag'Naud. 

Une grille de mots croisés
Une grille de mots croisés Crédit : DR

Énigme n°3

"S'il fallait résumer d'un mot la personnalité dont je vais vous parler, ça serait : « élégance ». Rarement une star fut à ce point à rebours des canons de son époque et, pourtant, elle s'imposa, dès son premier film à Hollywood, parmi celles avec qui il fallait compter. Dans une époque où triomphaient les sulfureuses Marylin, Rita Hayworth et autres Liz Taylor, sa grâce, sa discrétion, sa modernité firent mouche. Alec Guiness, l'un de ses premiers partenaires, résumait cela d'une très jolie formule : « elle avait une beauté de jeune faon et une présence remarquable. » Laissez moi vous raconter les premières années, difficiles, de cette immense actrice…
Ce n'est pas aux États-Unis, ni même en Angleterre, qu'elle naît, mais en Belgique, en 1929. Le couple que forment ses parents est aisé mais mal assorti et son  père manifeste assez tôt une attirance pour le régime nazi. Ses parents divorcent peu avant la guerre et lorsque les premiers combats éclatent, l'adolescente s'installe aux Pays-Bas, la patrie de sa mère. Jusqu'en 1945, comme la plupart des habitants, elle et sa famille vivent des heures difficiles marquées par les privations et la faim. C'est à cette époque que la future icône joue ses premiers rôles si l’on peut dire, en dissimulant dans ses chaussures des messages secrets destinés à la Résistance. Au sortir du conflit, la jeune femme n'a qu'une envie : devenir danseuse ! Elle tente sa chance à Londres, mais hélas, son talent n'est pas suffisant. Elle se tourne alors vers le théâtre et les petits rôles au cinéma…
C'est en 1951 que son destin bascule, alors qu'elle joue dans une bluette qui se tourne à Monte Carlo. Dans le hall d'un grand hôtel, pendant une pause, elle danse et minaude pour faire passer le temps et c'est ainsi que Colette, la grande Colette, la remarque. L'écrivaine cherche une comédienne pour jouer le rôle principal d'une de ses pièces. à Broadway ! Et lorsqu'elle voit la jeune actrice elle s'écrie : « La voilà ! La voilà ma Gigi ! »
La jeune actrice, à l'allure si européenne (et donc si « exotique »!) triomphe à New York, ce qui lui ouvre directement les portes d'Hollywood ! Dès son premier grand rôle elle remporte l'oscar de la meilleure actrice et, dans les années qui suivent, enchaîne les chefs d’œuvres sous la direction de Billy Wilder, King Vidor, Stanley Donen… Soulignée par les magnifiques créations de son ami Hubert de Givenchy, sa silhouette androgyne bouleverse la mode des fifties.
En 1968 la comédienne décide, malgré le succès, de mettre un terme à sa carrière. Elle donne alors cette explication : « Jouer ne me vient pas naturellement. Je dois fournir un travail énorme pour le moindre petit morceau qui sort de moi. »

Alors, avez-vous reconnu cette immense actrice ?"

La réponse: Audrey Hepburn.
Au téléphone pour en parler avec nous: Luca Dotti, le fils qu'Audrey Hepburn a eu avec le psychiatre italien Andrea Dotti. 

Hubert de Givenchy a réalisé les tenues d'Audrey Hepburn dans "Drôle de frimousse" (1957).
Hubert de Givenchy a réalisé les tenues d'Audrey Hepburn dans "Drôle de frimousse" (1957). Crédit : NANA PRODUCTIONS/SIPA

Énigme n°4

"C’est le nom d’un pape que j’aimerais vous faire deviner maintenant. Sans doute pas le plus célèbre des Saint Pères, ni, et pour cause, quelqu’un qui aura marqué l’Eglise de son règne, mais un personnage plutôt sympathique et dont l’histoire vaut d’être contée.
Il est né en 1912 à Forno di Canale dans le Nord est de l’Italie. C’est un fils d’ouvrier qui, après d’honnêtes études, devient prêtre dans sa paroisse puis professeur au séminaire. C’est Jean XXIII qui le consacre évêque de Vittorio Venetto en 1958. Dix ans plus tard, il devient le patriarche de Venise.
Il aime la simplicité. Au lieu d’utiliser, comme ses prédécesseurs, le bateau frappé aux armes épiscopales, il prend le vaporetto comme tout le monde. Dans ses sermons, il a l’habitude de s’adresser aux enfants et il publie un recueil de lettres adressées aussi bien à Jésus qu’à Pinocchio qui lui valent autant de popularité chez les fidèles que de mépris chez certains prélats qui n’aiment pas sa naïveté.
Paul VI , lui, l’aime bien. Il le nomme cardinal et lorsqu’il vient lui rendre visite à Venise, il pose son étole sur ses épaules. Faut-il y voir un signe ?
Pas vraiment. Lorsque le 26 août 1978 s’ouvre le conclave qui doit désigner le successeur de Paul VI qui vient de mourir, personne ne songe à ce cardinal Luciani  … Tous les regards se tournent vers le cardinal de Florence ,  Giovanni Benelli, héraut des libéraux et Giusepe Siri, archevêque de Gènes candidat des conservateurs.
C’est Benelli qui, voyant qu’il ne réunirait jamais de majorité sur son nom suggéra le nom de Luciani. Au 3ème tour, son nom se détache. Seulement il prend peur et déclare son refus de devenir pape. Mais sous la pression de nombreux cardinaux, il finit par accepter.
Le nouveau pape n’a que 66 ans. Il semble avoir la personnalité idéale pour rassembler une église divisée après Vatican II entre conservateurs et progressistes.
Mais lui ne se sent pas à la hauteur de sa tâche. Il est persuadé d’être incompétent, et il n’est pas sûr que les services du Vatican aient tout fait pour l’en dissuader.
Plusieurs témoins confirment son dépit.  Sauvent, ils l’ont entendu  dire : je ne devrais pas être ici ou encore « mon Dieu emmenez moi » …
Et puis, il garde un secret : il est en mauvaise santé, ce que les cardinaux ignoraient au moment de l’élire.
Son règne ressemble, pour lui, à un chemin de croix.
Le 28 septembre 1978 à 20h15 après une journée fatigante lors de laquelle il a notamment essayé de régler la question de sa succession à Venise, il monte dans ses appartements. Ses proches sont inquiets. « Si vous ne vous sentez pas bien, pensez à presser le bouton de la sonnette » lui dit un de ses secrétaires.
Il n’y aura aucun appel et à 5 h00 du matin, voyant que le plateau du petit déjeuner est toujours devant la porte de la chambre papale, une sœur alerte les proches du Saint Père. Lorsqu’on ouvrira la porte, on le découvrira assis sur ses oreillers, une feuille du document qu’il était en train de lire  tenant encore entre ses doigts.
Cette mort subite fera couler beaucoup d’encre. Et si le Pape avait été assassiné ? Les rumeurs s’amplifieront d’autant qu’aucune autopsie du Pape n’a été pratiquée … Mais il semble bien que sa mort soit due à la nature plus qu’à un complot …

Le Pape est encore mort titrera le journal Libération.
Mais sous quel nom Albino Luciani, celui qu’on appelait le pape au sourire, a-t-il régné ?
"



La réponse: Le Pape Jean-Paul 1er.
Au téléphone pour en parler avec nous: Caroline Pigozzi, journaliste et écrivaine spécialiste des thèmes liés à l'histoire du Vatican. 

Jean-Paul Ier
Jean-Paul Ier Crédit : Vatican
L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Divertissement Stéphane Bern Jeux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants