5 min de lecture Politique

Schiappa : quel bilan un an après sa nomination au gouvernement ?

ÉCLAIRAGE - Nommée au secrétariat d'État à l'égalité femmes-hommes il y a un an, Marlène Schiappa porte aujourd'hui le projet de loi sur les violences sexistes et sexuelles. On fait le bilan de sa première année au gouvernement.

Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes, à l'Assemblée nationale.
Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes, à l'Assemblée nationale. Crédit : Martin BUREAU / AFP
Emeline Ferry
Emeline Ferry
Journaliste

Convaincante ou agaçante, la secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, ne laisse pas indifférent. Depuis un an, Marlène Schiappa porte les sujets de parité et de droits des femmes au sein du gouvernement.

Inconnue jusqu'au 17 mai 2017, jour où elle a été nommée au secrétariat d'État, elle est devenue l'un des membres les plus médiatiques de la politique française. À 35 ans, cette militante féministe au parcours atypique a grimpé les échelons pour s'imposer comme l'une des voix incontournables du combat pour les droits des femmes. 

Lutte contre le harcèlement de rue, projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles adopté mercredi 16 mai à l'Assemblée nationale, prises de position médiatiques... À l'occasion de son premier anniversaire au secrétariat d'État à l'égalité, RTL Girls fait le bilan de ses premières actions.

À lire aussi
La sénatrice Elizabeth Warren pourrait être la prochaine candidate démocrate à l'élection présidentielle américaine États-Unis
Elizabeth Warren : 6 infos à savoir sur la première opposante de Donald Trump

De grands projets mais peu de moyens

Premier constat au moment de sa nomination : Marlène Schiappa n'est pas ministre, mais secrétaire d'État. Une déception pour les féministes françaises... Pendant sa campagne, Emmanuel Macron avait annoncé la création d'un "ministère plein et entier" des Droits des femmes, promesse qu'il n'a pas tenue. "Cela signifie deux fois moins de moyens humains et financiers", déclare à RTL Girls Pauline Spinazze, porte-parole de de l'association Osez le féminisme.

Marlène Schiappa, une ministre ambitieuse sous l'œil des caméras de France 2
Marlène Schiappa, une ministre ambitieuse sous l'œil des caméras de France 2 Crédit : CHAMUSSY/SIPA

Dès les premières semaines de sa mission, l'ancienne blogueuse et créatrice du réseau Maman travaille ne s'est cependant pas laissée écraser pour son statut de secrétaire d'État. Elle s'est imposée afin de présenter les grands axes de sa politique : le travail et la lutte contre les violences faites aux femmes, labellisée "grande cause nationale" en 2018. "Je suis à 50% corse et à 50% italienne", raconte-t-elle au quotidien Midi Libre. "J'ai du tempérament. Je me bats pour convaincre de la pertinence de mon action et de mes idées. Il faut parfois le faire avec force !". 

Quitte à déplaire à certains. Très vite, Marlène Schiappa s'attire des critiques de l'opposition, même parmi les défenseurs et défenseuses de la cause féministe. La secrétaire d'État est souvent remarquée pour ses prises de positions ou pour les coups de gueule qu'elle n'hésite pas à publier sur Twitter. Plusieurs bourdes, ou erreurs de débutante, ont marqué le début de sa mission gouvernementale. C'est le cas de son commentaire sur l'affaire Daval, qui lui a valu un recadrage de la part de Christophe Castaner, ou encore sa balade nocturne dans le quartier de La Chapelle-Pajol pour alerter sur le harcèlement.

Elle m'apparaissait comme une femme de convictions, mais qui n'avait pas les moyens de ses ambitions. Aujourd'hui, elle me déçoit

Clémentine Autain, députée La France insoumise, dans une interview au "Parisien"
Partager la citation

Son soutien à ses collègues ministres Nicolas Hulot et Gérald Darmanin a également du mal à passer dans l'opposition. "Jusqu'à ces deux cas, Marlène Schiappa m'apparaissait comme une femme de convictions qui suscitait le respect, mais n'avait pas les moyens de ses ambitions. Aujourd'hui, elle me déçoit. Elle a une façon de protéger Hulot et Darmanin, sans avoir un mot de compassion pour les victimes présumées", regrette Clémentine Autain, militante féministe et députée La France insoumise, dans Le Parisien.

Pour Fatima El Ouasdi, fondatrice de l'association Politiqu'elles, "Marlène Schiappa a commis quelques impairs au départ, mais elle s'améliore". La militante explique à RTL Girls qu'elle note "une volonté de mieux faire" et aimerait voir une augmentation du budget. "Toute le monde commente sa vie, ses cheveux, ses livres, et on oublie que c'est l'une des politiques les mieux préparées", estime de son côté Jérémie Peltier, directeur d'études de la fondation Jean Jaurès, proche de la secrétaire d'État, dans un article du Parisien.

Dès sa nomination, la secrétaire d'État lance plusieurs gros chantiers. D'abord le "Tour de France de l'égalité", qu'elle porte avec le Premier ministre. "C'était une large consultation qui a permis de faire ressortir de nombreux sujets, comme le harcèlement dans la rue ou au travail", estime Fatima El Ouasdi, qui considère cette initiative comme "un très bon point" d'un "bilan plutôt positif" pour une première année au secrétariat d'État.

Ce n'est pas suffisant. On veut traiter les conséquences, mais pas les causes

Pauline Spinazze, porte-parole d'Osez le féminisme
Partager la citation

Pauline Spinazze est plus nuancée. "C'est une bonne idée. Mais avec quels moyens ?", souligne-t-elle. Comme Osez le féminisme, plusieurs associations dénoncent le manque de budget du secrétariat d'État. "Quand on fait le bilan de cette année, on s'inquiète pour les quatre prochaines", ajoute-t-elle.

"Les mesures proposées répondent à des besoins d'actualité. On veut traiter les conséquences, mais pas les causes", déplore la militante d'Osez le féminisme. Plusieurs organisations défendant les droits des femmes demandent par exemple une meilleure formation des policiers pour accompagner les femmes victimes de violences. 

Marlène Schiappa, la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes
Marlène Schiappa, la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes Crédit : AFP / Alain Jocard

Une méthode qui divise

La méthode Schiappa ne séduit pas tout le monde. Depuis sa nomination, la secrétaire d'État a montré que sa façon d'agir était différente de ses prédécesseuses. Elle entretient une relation tendue avec les militantes féministes.

"Laurence Rossignol, à qui elle a succédé, réunissait toutes les associations une fois par mois. C'était une main tendue et l'occasion de nous faire entendre", se souvient Pauline Spinazze. "Avec Marlène Schiappa, c'est terminé. Notre dernier rendez-vous avec elle remonte au mois de juillet".

Je ne suis pas la secrétaire d'État des militantes féministes

Marlène Schiappa, dans une interview à "Elle"
Partager la citation

Même son de cloche du côté de Caroline de Haas, fondatrice du collectif Groupe F. Selon elle, l'actuelle secrétaire d'État "considère que la plupart des associations sont dépassées, appartiennent à l'ancien temps et que c'est à travers des associations de blogueuses, de femmes cheffes d'entreprises, qu'on réussira à faire bouger la société", explique-t-elle dans le portrait d'Envoyé spécial consacré à Marlène Schiappa.

Les critiques n'ébranlent pas la benjamine du gouvernement, qui n'hésitent pas à répondre aux associations. "Je ne suis pas la secrétaire d'État des militantes féministes, je suis chargée de l'égalité entre toutes les femmes et tous les hommes, y compris les femmes qui ne se disent pas féministes, y compris celles qui habitent au fin fond de la Sarthe, de la Creuse ou de la Seine-Saint-Denis", déclare-t-elle dans une interview au magazine Elle.

Marlène Schiappa à l'Assemblée nationale, le 10 octobre 2017
Marlène Schiappa à l'Assemblée nationale, le 10 octobre 2017 Crédit : Bertrand GUAY / AFP

"La relation avec les associations est compliquée, parce que historiquement, elles ont toujours eu une relation très proche avec le ministère", explique Fatima El Ouasdi. "Mais les choses ont changé. Marlène Schiappa n'a pas une méthode différente, c'est le contexte qui est différent. Si le scandale Weinstein avait éclaté alors que Laurence Rossignol était au gouvernement, elle aurait fait la même chose". 

Omniprésence médiatique

Émissions télé, matinales radio, tweets à longueur de journée, Une de Paris-Match,  et même sur les planches de théâtre de Bobino : depuis un an, Marlène Schiappa multiplie les apparitions médiatiques. "Beaucoup d'annonces et de coups de communication, mais peu de moyens déployés", selon Pauline Spinazze, d'Osez le féminisme.

Mais l'attitude de la secrétaire d'État ne déplaît pas à sa prédécesseure Laurence Rossignol, même si elle est en désaccord sur certaines de ses prises de positions, comme son soutien à Nicolas Hulot et à Gérald Darmanin. "Elle est active, audible, porte le sujet. Et c'est important, car c'est aussi un ministère de la parole", raconte-t-elle au journal Libération

Même constat pour la fondatrice de l'association Politiqu'elles qui estime qu'il est important d'être une personnalité médiatique" pour exercer ce poste. "Oui, on l'entend beaucoup, mais c'est son rôle de ministre, il faut porter le sujet dans les médias, et elle le fait très bien", conclut-elle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Marlène Schiappa Droits des femmes
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793346716
Schiappa : quel bilan un an après sa nomination au gouvernement ?
Schiappa : quel bilan un an après sa nomination au gouvernement ?
ÉCLAIRAGE - Nommée au secrétariat d'État à l'égalité femmes-hommes il y a un an, Marlène Schiappa porte aujourd'hui le projet de loi sur les violences sexistes et sexuelles. On fait le bilan de sa première année au gouvernement.
https://www.rtl.fr/girls/societe/schiappa-quel-bilan-un-an-apres-sa-nomination-au-gouvernement-7793346716
2018-05-21 08:05:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/gGywvSGq8m9Fr5VLbxxNGA/330v220-2/online/image/2017/0705/7789230232_marlene-schiappa-secretaire-d-etat-a-l-egalite-femmes-hommes-a-l-assemblee-nationale-le-5-juillet-2017.jpg