2 min de lecture MeToo

#MeToo : 22% des hommes ont déjà agressé sexuellement une femme, selon une étude

Selon un étude de l'IFOP pour le magazine "Elle" datant du 8 novembre, 22% des hommes interrogés avouent avoir commis des actes qualifiables d'agression sexuelle.

Les hashtags #metoo et #balancetonporc écrits sur une main lors d'un rassemblement place de la République à Paris, en octobre 2017 (illustration)
Les hashtags #metoo et #balancetonporc écrits sur une main lors d'un rassemblement place de la République à Paris, en octobre 2017 (illustration) Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Deux ans après #MeToo, les hommes ont-ils pris conscience du fléau des violences sexuelles et sexistes ? C'est ce qu'a tenté de mesurer une enquête réalisée par l'institut de sondage IFOP pour le magazine Elle publiée vendredi 8 novembre. Parmi l'échantillon représentatif d'hommes hétérosexuels et bisexuels interrogés, 22% admettent ainsi avoir commis au moins un acte d'agression sexuelle au cours de leur vie. 

Un chiffre "qui fait froid dans le dos", écrit à juste titre le magazine féminin. Les participants à l'enquête sont ainsi 12% à dire s'être déjà engagés dans un rapport sexuel avec une femme sans s'être assurés de son consentement, des faits qualifiables de viol.

Ce chiffre monte à 15% pour les hommes ayant déclaré avoir tenté d'embrasser une femme "qui a pu se laisser faire alors qu’elle ne le souhaitait pas vraiment" ou "qui avait pourtant clairement indiqué qu’elle ne le souhaitait pas".

"C'était mieux avant"

Même si les hommes interrogés sont 66% à reconnaître qu'ils bénéficient d'un privilège masculin dans la société qui leur permet d'évoluer plus sereinement que les femmes, ils semblent être une majorité à adhérer à un discours selon lequel "c'était mieux avant"

À lire aussi
Rose McGowan à la Convention des femmes à Detroit, le 27 octobre 2017 MeToo
Affaire Weinstein : Rose McGowan l'attaque en justice pour avoir essayé de la faire taire

Ils sont ainsi 69% à estimer que "les hommes ne peuvent plus draguer les femmes aussi facilement qu’avant", un chiffre qui s'élève à 74% chez les hommes célibataires. À noter : les 18-24 ans sont les moins nombreux (56%) à adhérer à cette idée, mais sont tout de même 24% à considérer que lorsqu'une femme dit non, elle peut vouloir dire oui.

Par ailleurs, 39% des hommes interrogés disent penser que le mouvement #MeToo a dégradé les relations femmes-hommes contre 37% qui pensent au contraire, qu'il les a améliorées. Dans le même temps, 25% admettent avoir déjà tenté de séduire une femme d'une manière "ayant pu être perçue comme déplacée", dont 5% au cours de l'année passée.

Vers de nouvelles masculinités ?

D'un autre côté, les hommes interrogés semblent plutôt progressistes dans leur vision de la masculinité. Parmi eux, une large majorité considère qu'on peut être un "vrai homme" en étant un homme sensible (92%), un homme au foyer (82%) et en assumant sa part de féminité (70%). Par ailleurs, 83% d'entre eux disent ne pas avoir été "déstabilisés" par le mouvement #MeToo.

En 2018, un sondage Harris Interactive pour RTL montrait que 70% des personnes interrogées estimait que le mouvement #MeToo, n'avait ni amélioré ni dégradé la lutte contre les violences faites aux femmes en France. Un résultat qui ne variait pas selon le genre des personnes ayant participé à l'enquête.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
MeToo Violences Agression sexuelle
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants