4 min de lecture Interview

Jack Parker : " Je conçois mal les luttes sans empathie"

HAPPY NEW GIRLS 4/14 - L'auteure du "Grand mystère des règles" revient sur son année où elle a fait rimer "patience" et "silence" dans un contexte de polémiques et de bouleversements de la société.

Jack Parker est l'auteure du blog "Passion Menstrues" et d'un livre sur "Le grand mystère des règles"
Jack Parker est l'auteure du blog "Passion Menstrues" et d'un livre sur "Le grand mystère des règles" Crédit : Astrid di Crollalanza © Flammarion
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

Les règles, c'est un peu son sujet de prédilection. Jack Parker, journaliste indépendante, a commencé à écrire sur le sujet en 2015 dans son blog, Passion Menstrues, avant d'être contactée par la maison d'édition Flammarion. Un rêve de publication devenu réalité en mai dernier.

Dans un ouvrage intitulé Le grand mystère des règles, l'auteure revient sur les mythes autour de ce phénomène fascinant, un sujet qui n'est "pas exclusivement féminin", comme elle nous le confiait au moment de la sortie du livre. 

Depuis, Jack Parker a fait le tour des radios et plateaux télévisés, elle a plaidé pour le congé menstruel devant Jean-Jacques Bourdin et a entrepris de répondre via son compte Twitter à celles et ceux qui l'attaquaient sur le sujet des règles... sans vraiment le maîtriser. Après une année aussi chargée, il nous fallait bien reprendre contact avec cette spécialiste. L'heure du bilan a sonné. 

À lire aussi
Des membres du groupe féministes des Femen, lors d'une manifestation à Paris, le 8 mars 2018. féminisme
#NousToutes : le mouvement qui veut rassembler les femmes contre les violences

Chaque nouveau débat engendre une nouvelle vague de violences

Jack Parker, journaliste et auteure
Partager la citation

Girls : Tu as publié ton premier livre cette année, tu as fait des signatures, des plateaux télé… Comment l'as-tu vécue et qu'en retiens-tu ?
Jack Parker : Une immense fierté, évidemment. Comme beaucoup de gens j'ai toujours rêvé d'écrire un livre, d'être publiée, et j'espère continuer à faire ça toute ma vie. Mais celui-ci c'est le premier et il n'y aura plus jamais d'expérience comme celle-ci. Après sa publication, il n'y a eu que des retours positifs, énormément de remerciements, d'échanges, de discussions ouvertes sur le sujet, de rencontres qui se poursuivent encore aujourd'hui. Le fait d'avoir pu écrire et publier ce livre chez Flammarion est bien la preuve que les choses bougent, d'autant que mon livre n'est pas le seul à avoir été publié cette année sur le sujet. C'est extrêmement encourageant et gratifiant.

La parole des femmes était au cœur de l’actualité cette année, en tant que femme et féministe quel regard portes-tu sur cette libération ?
Cela fait du bien et donne de l'espoir. Mais c'est aussi difficile parce que chaque nouveau débat, chaque nouvelle question soulevée, engendre une nouvelle vague de violences. Rien ne se fait dans la douceur. Il faut d'abord refuser, bloquer, insulter, se sentir attaquée, avant de se dire que oui, il y a peut-être un peu de vrai là-dedans. Il faut faire face à l'armée des "c'était mieux avant" et des "on peut plus rien dire "... Tenter d'ébranler un système de valeurs qui tient debout depuis des siècles, évidemment que des merdes vont tomber. Mais si on peut faire gagner du temps aux générations suivantes, cela en vaut la peine.

Il faut qu'on arrête de voir les choses uniquement à l'échelle de notre espace-temps à nous, qu'on cesse de vouloir s'accrocher à des trucs archaïques parce que cela nous rassure. Parce qu'on est juste de passage. Heureusement qu'on avance et qu'on évolue, et les gens qui se battaient hier pour certaines causes sont ceux qui nous accusent d'en faire trop aujourd'hui. C'est facile d'oublier et de se reposer sur ses victoires, mais il faut que le monde reste en mouvement constant. 

D’un point de vue personnel, est-ce qu’il y a un apprentissage que tu aimerais partager en bilan de cette année ?
La patience et le silence, peut-être. On a appris à gueuler nos opinions, on s'exprime, on a plein de plateformes pour le faire et je l'encourage, évidemment. Mais face à l'incompréhension, notre réflexe est de se braquer et de hurler, au lieu de se poser deux secondes, d'écouter ce que ceux qu'on ne comprend pas encore ont à dire, et de voir ce que cela donne quand on laisse mûrir un nouveau concept dans son esprit.

La colère efface souvent la patience de l'échange, ce que je peux parfaitement comprendre : on n'a pas toujours envie de faire les profs et de se lancer dans des grandes leçons pédagogiques quand on a un crétin en face de soi. Mais du coup on met tout le monde dans le même panier et on s'insulte sans arrêt... Ce qui ne fait pas vraiment avancer le monde. Je ne dis pas qu'il faut lâcher sa colère et ses revendications, loin de là, mais quand je vois que chaque débat pousse à l'incitation au suicide, aux menaces de violence et aux insultes sales, cela me fout un peu les boules.

Cela m'est arrivé plusieurs fois dans ma carrière d'écrire des articles pour réagir à une polémique naissante et de revenir dessus plusieurs semaines plus tard en me disant que "finalement, si j'avais attendu de mûrir mon opinion, j'aurais pas dit ça comme ça".

Un souhait personnel pour 2018 ?
Plus de sérénité, des projets excitants, et de l'argent. Beaucoup d'argent. 

Un autre souhait pour l’évolution positive de la société ?Compassion et empathie ? Ça fait Bisounours et comme je le disais plus haut, cela ne veut pas dire qu'on doit effacer sa colère et caresser tout le monde dans le sens du poil, mais je conçois mal les luttes sans empathie. C'est le cœur même de nos revendications. Quand on parle sexisme, racisme, homophobie, transphobie, grossophobie, validisme, on fait bien appel à l'empathie. On se pousse à se mettre à la place de l'autre, à entendre son humanité, à la respecter, à l'aimer... Ça devrait être un réflexe pour tout le monde, de se projeter dans un autre rôle.

Pourquoi l'autre ressent-il ça ? Pourquoi est-il en colère ? Pourquoi est-ce qu'il se braque ? Pourquoi il m'interdit de tenir ces propos ? Pourquoi j'ai tant de mal à entendre ce qu'il me dit, pourquoi ça m'irrite autant ?


Ce sont des questions qu'on devrait toujours garder en tête, à chaque débat, à chaque polémique. C'est facile à dire mais c'est quelque chose que ma mère m'a toujours appris et pour lequel je lui en ai voulu pendant des années. Parce que ma colère était trop grande, j'ai mis beaucoup de temps à en saisir les aspects positifs. Évidemment, il m'arrive encore de partir au quart de tour... parce que bon, faut pas déconner, je ne suis pas une sainte non plus et je n'ai pas la vérité absolue. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Interview Fêtes Bilan
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791446773
Jack Parker : " Je conçois mal les luttes sans empathie"
Jack Parker : " Je conçois mal les luttes sans empathie"
HAPPY NEW GIRLS 4/14 - L'auteure du "Grand mystère des règles" revient sur son année où elle a fait rimer "patience" et "silence" dans un contexte de polémiques et de bouleversements de la société.
https://www.rtl.fr/girls/identites/jack-parker-je-concois-mal-les-luttes-sans-empathie-7791446773
2017-12-26 09:10:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/e54JU6GJ-2tHuLesGhX4Wg/330v220-2/online/image/2017/0517/7788580224_jack-parker-est-l-auteure-du-blog-passion-menstrues-et-d-un-livre-sur-le-grand-mystere-des-regles.jpg