3 min de lecture Santé

Imany : "Soigner l'endométriose, c'est soigner une société malade"

INTERVIEW - La marraine de l'association EndoMind explique en quoi financer la recherche autour de l'endométriose est un besoin crucial pour les malades, mais aussi pour l'ensemble de la société.

Imany lors de la marche mondiale de l'endométriose le 25 mars 2017 à Paris
Imany lors de la marche mondiale de l'endométriose le 25 mars 2017 à Paris Crédit : ANDRIEU ARNAUD/SIPA
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

"Le problème de l'endométriose en général, c'est la qualité de vie". La chanteuse française Imany se mobilise toujours plus dans la lutte contre cette maladie qui toucherait environ une femme sur dix et qui peut précariser la vie de celles qui en souffrent.

Pour continuer à sensibiliser sur le sujet, l'association EndoMind, dont Imany est marraine depuis 2014, organise sa première course le dimanche 18 novembre. Objectifs de ces dix kilomètres à parcourir dans le Bois de Vincennes  : rassembler les gens autour de cette cause et récolter des fonds destinés à des projets de recherche.

La chanteuse, elle-même atteinte d'endométriose et diagnostiquée à l'âge de 23 ans seulement, a vu l'évolution du regard porté par la société autour de cette pathologie. De maladie inconnue de tous et de toutes, elle est aujourd'hui beaucoup mieux médiatisée. Mais il reste tant à faire pour améliorer la vie des malades.

À lire aussi
Le livre "Comment guérir de l'endométriose" est sorti le 17 janvier 2019 santé
Endométriose : est-il possible de guérir de cette maladie ?
Le mois de mars est dédié à la lutte contre l'endométriose
Le mois de mars est dédié à la lutte contre l'endométriose Crédit : ANDRIEU ARNAUD/SIPA

La lutte contre l'endométriose, un enjeu de société

"On peine encore à faire entendre et comprendre la maladie", assure Imany qui voudrait alors voir les professionnels formés sur ces questions afin d'éradiquer l'errance médicale des patientes ("9 ans en moyenne"). "Le nerf du problème est là : le manque de considération de la douleur de la femme en général. Comme la plupart des médecins ne sont pas formés, ils pensent que souffrir pendant les règles est normal". Or, c'est faux. 

Le nerf du problème est là : le manque de considération de la douleur de la femme

Imany, chanteuse et marraine de l'association EndoMond
Partager la citation

Pour Imany, il y a alors là un véritable enjeu de société, mis sur le devant de la scène par l'endométriose : "La misogynie ordinaire avec laquelle la société se satisfait. Les hommes haussent les épaules et les femmes acceptent la douleur", estime Imany, avant d'ajouter : "On ne soigne pas une maladie, on soigne une société un peu malade d'accepter que la douleur féminine est normale"

Son ambition avec cette course et son engagement auprès d'EndoMind ? "Faire changer les mentalités du côté des hommes comme des femmes". Grâce à cela, Imany estime "qu'on réglerait déjà pas mal de problèmes. On arriverait alors naturellement à se dire qu’il faut mieux former les gens, écouter les femmes, faire de la recherche etc."

Imany porte le ruban jaune, symbole de la lutte contre l'endométriose
Imany porte le ruban jaune, symbole de la lutte contre l'endométriose Crédit : IBO/SIPA

Un besoin crucial de financer la recherche

Or, pour l'instant, aucun remède n'existe pour soigner l'endométriose. "Les malades doivent bricoler dans leur coin entre acupuncture, alimentation et autres soins qui ne sont pas toujours remboursés et peuvent revenir très chers", détaille Imany.

La chanteuse affirme alors qu'il y a un besoin crucial de "financer la recherche". Environ 4 millions de femmes sont touchées en France mais il n'y a aucune étude environnementale faite sur le sujet.

Tant que l'on n'avancera pas dans la recherche et la mise en relation de la maladie, on va tourner en rond

Imany, chanteuse et marraine de l'association EndoMind
Partager la citation

"L'endométriose n'est pourtant pas une maladie récente, mais tant que l'on n'avancera pas dans la recherche et la mise en relation de la maladie, on tournera en rond", poursuit l'artiste qui est en contact constant avec des femmes souffrant de cette pathologie. 

"Beaucoup ont besoin d'être écoutées, conseillées, elles en ont marre d'être baladées de service en service et finissent par douter d'elles-mêmes", rapporte Imany. "Elles ont besoin d'avoir confiance en elles, envie d'arrêter de souffrir et souhaitent une vie à la hauteur de ce qu'elles ont rêvé". 

Pour retrouver toutes les informations sur la course, RDV sur le site de l'association EndoMind.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Intimité Société
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795539928
Imany : "Soigner l'endométriose, c'est soigner une société malade"
Imany : "Soigner l'endométriose, c'est soigner une société malade"
INTERVIEW - La marraine de l'association EndoMind explique en quoi financer la recherche autour de l'endométriose est un besoin crucial pour les malades, mais aussi pour l'ensemble de la société.
https://www.rtl.fr/girls/societe/imany-soigner-l-endometriose-c-est-soigner-une-societe-malade-7795539928
2018-11-13 09:54:43
https://cdn-media.rtl.fr/cache/rk1AgTBy8_FC8Q1cFtAJRQ/330v220-2/online/image/2018/1113/7795555041_imany-lors-de-la-marche-mondiale-de-l-endometriose-le-25-mars-2017-a-paris.jpg