12 min de lecture Voyage

Backpack, wwoofing, city-trip : 5 bonnes raisons de voyager en solo

HORS DES SENTIERS BATTUS 2/3 - Cet automne, personne ne peut vous accompagner en vacances ? Et si vous partiez à l'aventure en solo ? RTL Girls vous dit pourquoi vous devriez sauter le pas.

Vacances d'été : les astuces à connaître pour (bien) voyager seule
Vacances d'été : les astuces à connaître pour (bien) voyager seule Crédit : iStock
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Depuis 2015, Paula part tous les ans en solo pour visiter les pays scandinaves. Ce rendez-vous annuel a en fait un peu commencé malgré elle. "Je voulais aller dans ces pays-là, mais comme ce sont des pays froids personne ne voulait venir avec moi", raconte-t-elle. "Finalement, j'ai trouvé cela très cool la première fois, alors je l'ai fait une deuxième." En trois ans, Paula a parcouru l'Islande en voiture, visité les fjords de Bergen (Norvège) et flâné dans les rues de Copenhague (Danemark). Le tout, seule.

Voyager en solo est une pratique de plus en plus courante, note Vinciane Bouder, fondatrice du site We Love Backpack. "Aujourd'hui c'est devenu très facile de s'organiser un voyage quand on est seul-e. En Europe, il est facile de voyager plus ou moins en sécurité. C’est plus simple qu'il y a peut-être 20 ans parce qu'il y a un réseau de voyageurs et de voyageuses", explique-t-elle.

En voyage en solo à Stockholm en 2013, Marion s'est retrouvée seule dans la capitale suédoise, désertée par les habitants partis fêter la Midsommar (célébration de l'arrivée de l'été) dans leur maison de vacances. "Même le MacDo était fermé !" rit-elle. "J’ai finalement sympathisé avec quelqu’un à l’auberge de jeunesse. On s’est bien marrés tous les deux." Aujourd'hui, elle ne regrette pas de s'être laissée emporter. Et si c'était votre tour ? RTL Girls vous donne 5 bonnes raisons de vous lancer.

1. Aller où vous voulez, quand vous voulez

Marion et Paula sont aujourd’hui unanimes : partir en solo est une expérience qui vaut la peine d’être vécue. Ne serait-ce que pour la possibilité de visiter n’importe quel pays à n’importe quel moment de l’année. Pour une première fois, Marion préconise néanmoins de visiter "un endroit où l'on a très envie d’aller, pas trop loin et pas trop longtemps. Un week-end de trois jours c’est l’idéal." Elle ajoute : "Peut-être même sur un coup de tête !"

À lire aussi
Voyager en solo est une aventure qui se prépare vacances
Voyager seule quand on est une femme : 9 applis à télécharger avant de partir

Après son premier séjour en solo à Stockholm, Marion a visité plusieurs villes comme Madrid ou Londres. "Je partais une fois tous les deux mois pour un week-end, je posais mon vendredi ou mon lundi et je partais." Parfois, il suffit aussi d’un prétexte "comme un concert ou un événement qui nous fait envie". Marion est par exemple allée cette année à Amsterdam, spécialement pour visiter l’exposition Game of Thrones. "Comme je savais que j’étais la plus fan de la série dans mon groupe d’amis, j’ai juste pris mes billets, et je leur ai dit que je partais."

Je partais une fois tous les deux mois pour un week-end

Marion, 28 ans
Partager la citation

Les capitales européennes offrent de belles opportunités de voyage en solo, confirme Vinciane Bouder de We Love Backpack. "Il y a aussi pas mal de destinations de randonnées, comme dans le Pays-Basque espagnol. Autour de Bilbao, il y a beaucoup de lieux de tournage de Game of Thrones à visiter." De l’autre côté de la France, la Bavière offre également de très beaux paysages avec lacs et montagnes. "J’ai fait beaucoup de randonnées là-bas."

En France ou en Europe, il est possible de partir seul-e en backpack pour quelques jours.
En France ou en Europe, il est possible de partir seul-e en backpack pour quelques jours. Crédit : Unsplash/Micah Hallahan

En France, les montagnes des Pyrénées ou des Alpes sont parfaites pour des "mini-séjours backpacks" avec nuit en refuge. "C’est complètement faisable tout seul ou toute seule", assure Vinciane Bouder. "Après, quand on s'aventure en solo en montagne, il faut quand même avoir un peu d’expérience, pour partir avec les bonnes doses d’eau, les bonnes chaussures, un bon portable. Mais souvent, c’est bien balisé et il y a d’autres randonneurs et randonneuses."

2. Être vous-même

Partir en solo peut prendre des allures de retraite, et laisser place à l’introspection. Après la mort du père de son fils, Eva est partie quelques jours à Londres, seule. "J’avais besoin de faire quelque chose pour moi, rien que pour moi", explique-t-elle. "C’était vraiment violent au début. Je ne suis pas habituée à faire des choses seulement pour moi. Chaque fois que je me suis retrouvée toute seule, c’était un peu la claque dans la gueule. C’est après que je réalise que cela m’a fait du bien."

Voyager seul-e permet de mieux se connaître.
Voyager seul-e permet de mieux se connaître. Crédit : Unsplash/Takahiro Taguchi

Depuis, Eva part régulièrement seule en vacances avec son fils de 8 ans et se réjouit d’avoir sauté le pas. "En groupe, on doit se suivre, on met en commun. Être seule me permet d’avoir mon rythme à moi, de voir ce que j’ai envie, rester le temps que j’ai envie, et suivre ma propre horloge."

Voyager seule est la façon la plus marquante de se reconnecter à soi

Fanny, créatrice du blog "Les Exploratrices"
Partager la citation

Fanny Ricard, qui a créé le blog de voyage Les Exploratrices en 2016, partage ce constat. "Pour moi voyager seule est la façon la plus marquante de se reconnecter à soi : tu n’as pas la pression de la société, tu peux être complètement qui tu es. Et plus le voyage dure longtemps, plus l’introspection aussi."

Voir cette publication sur Instagram

Cette photo aurait juste pu être une belle photo de notre Exploratrice Aurélie à La Réunion. Mais elle veut dire autre chose : une amitié s’est créée lors de notre Meet & drink Les Exploratrices organise à Saint-Gilles. À tel point que les filles se revoient régulièrement pour des apéros, des randos et des moments entre filles bien sympathiques ! Alors merci à toi @cardamome_ d’avoir organisé cette soirée de rencontres et à vous @lan_anh3 et @run_wild_the_island de vous être prêtées au jeu ! ¿¿¿¿ On aime nos Exploratrices ¿ . ¿ @cardamome_ . . ______________________ #lesexploratrices #exploringlife #aurelielexploratrice #lareunion #reunion #reuniontourisme #hiking #randonnee #girls #womenempowerment #womencommunity

Une publication partagée par Les Exploratrices (@lesexploratrices) le

À Stockholm, en 2013, Marion a ainsi découvert une part d’elle-même qu’elle ne soupçonnait pas. "Personne n’attendait rien de moi parce que personne ne me connaissait. J’allais aborder les gens de manière hyper confiante. Ça m’a vraiment permis de m’ouvrir et de réaliser que j’en étais capable." 

3. Sortir de sa zone de confort

En Islande, Paula a loué une voiture pour un road-trip jusqu’au nord du pays. "Il y avait cette idée de ‘est-ce que je vais réussir ?’ C’était un peu Man vs. The Wild en moins dangereux". Ce challenge lui a permis de réaliser qu’elle était capable de se débrouiller entièrement seule et de "faire un truc aussi fou". Avant ce voyage, "je me voyais comme quelqu'un de peureux", se souvient-elle. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas.

Voyager seul-e oblige à sortir de sa zone de confort.
Voyager seul-e oblige à sortir de sa zone de confort. Crédit : Annie Theby

Marion a également le sentiment de s’être lancée un défi qui porte ses fruits aujourd’hui. Depuis quelques mois, elle a déménagé à Marseille, ville qui lui était inconnue. "Sans avoir voyagé seule, je pense que je ne l’aurais pas forcément osé."

4. Se plonger dans un autre mode de vie

Pour une parenthèse loin de la vie citadine sans être livrée entièrement à soi-même, il est possible de s'essayer au "Wwoofing". Le principe ? En France et dans le monde entier, des agriculteurs et agricultrices proposent à des voyageurs et voyageuses de les aider pendant quelques jours, à semer, planter, cueillir, s’occuper des animaux ou encore cuisiner. Tout cela, en échange du gîte et du couvert.

Il y a deux ans, Clément Chanut s’est rendu dans les Cévennes à deux reprises pour travailler dans le maraîchage bio. "C’est intéressant de voir comment vivent les gens, et d’avoir un retour d’expérience. On apprend des techniques, on découvre", explique-t-il. Son expérience l’a tellement marqué, qu’il s’est lui aussi lancé dans l’agriculture l’année dernière. En attendant de s’inscrire sur la plateforme WWOOF France, il accueille aujourd’hui "des ami-es ou des ami-es d’ami-es".

Le wwoofing apprend beaucoup sur l’humain.

Clément, agroculteur et wwoofeur
Partager la citation

La plupart viennent par simple curiosité. "Ils ont envie d’apprendre, de se renseigner sur comment ça se passe. Il y en a qui ont un travail et qui veulent juste avoir une expérience agricole." Lui, en profite pour partager son savoir et ses connaissances. "On apprend à déléguer des tâches, à gérer une équipe. Le wwoofing apprend beaucoup sur l’humain."

S'occuper d'animaux, cueillir, semer... Pour une première expérience de wwoofing, il vaut mieux bien choisir l'activité que l'on souhaite faire.
S'occuper d'animaux, cueillir, semer... Pour une première expérience de wwoofing, il vaut mieux bien choisir l'activité que l'on souhaite faire. Crédit : Unsplash/Nikoline Arns

Pour une première expérience de Wwoofing, Clément préconise de bien choisir l’exploitation agricole où l’on a envie de se rendre, car il y a beaucoup d’activités différentes, du maraîchage à l’élevage d’animaux. "Il faut profiter, prendre cela comme une expérience et s’enrichir de l'expérience des autres. C’est de l’échange, du partage, des connaissances et des savoirs."

5. Faire des rencontres

Voyager en solo, ne veut pas forcément dire voyager tout seul ou toute seule. En 2015, Sarah Lopez a créé l’agence de voyage "Covoyageurs" pour permettre à des personnes seules de profiter de voyages organisés. "En partant avec des agences traditionnelles, il est facile pour quelqu’un-e de seul-e de se retrouver au milieu de couples. L’agence a été créée spécifiquement pour que les voyageurs et voyageuses en solo n’aient pas l’inquiétude de se retrouver isolées", raconte-t-elle.

L’agence Covoyageurs compte aujourd’hui 40.000 membres. "On pensait avoir des jeunes divorcé-es, mais on a beaucoup de jeunes aussi qui ont la trentaine", explique Sarah Lopez. Les clientes et les clients recherchent deux aspects : faire de nouvelles connaissances, et profiter d’un voyage organisé et tout compris à moindre prix. "On partage les chambres, c'est donc moins cher".

Voyager solo, ne veut pas dire voyager tout-e seul-e.
Voyager solo, ne veut pas dire voyager tout-e seul-e. Crédit : Unsplash/Helena Lopes

Après plusieurs voyages seul en backpack, Vincent s’est inscrit à un séjour des Covoyageurs en 2015. "J’avais envie de partir avec mes amis mais aucun n’était libre, alors je suis parti le temps d’un week-end, pour souffler et passer un bon moment", se souvient-il. L’ensemble du groupe était composé de trentenaires célibataires, mais "il n’y  avait pas du tout le délire de trouver l’amour en vacances".

Au programme : randonnée à la Montagne Noire (Tarn) et deux nuits en refuge, pour 500 euros. Même s’il n’a gardé contact avec aucun de ses covoyageurs et covoyageuses, Vincent conserve un bon souvenir de ce séjour. "C’était une super expérience, c'était vraiment très rigolo d’être avec des gens qui ont un peu le même esprit que moi".

Sur le même principe, Fanny Ricard, fondatrice des Exploratrices, crée actuellement son agence de voyage destinée aux femmes seules, Wander Women. "L’idée est d’offrir une expérience à des femmes qui ont envie de sortir de leur quotidien mais qui ne veulent pas partir seules", explique-t-elle.

L’objectif est également de voyager dans un esprit de sororité. "Il y a de très belles choses qui naissent de groupes de femmes, elles partent avec un véritable désir commun de partage, il y a une sorte de cohésion de groupe et une facilité de découvrir de nouvelles choses", conclut-elle. Wander Women devrait voir le jour au printemps 2019. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Voyage Tourisme Féminisme
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795030762
Backpack, wwoofing, city-trip : 5 bonnes raisons de voyager en solo
Backpack, wwoofing, city-trip : 5 bonnes raisons de voyager en solo
HORS DES SENTIERS BATTUS 2/3 - Cet automne, personne ne peut vous accompagner en vacances ? Et si vous partiez à l'aventure en solo ? RTL Girls vous dit pourquoi vous devriez sauter le pas.
https://www.rtl.fr/girls/societe/backpack-wwoofing-city-trip-5-bonnes-raisons-de-voyager-en-solo-7795030762
2018-10-06 11:34:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/TJ0IzzRdYWUOOPldgMoMmQ/330v220-2/online/image/2015/0724/7779204197_istock-000039083542-medium.jpg