3 min de lecture Cinéma

Décès d'Agnès Varda : une cinéaste engagée pour les femmes

ÉCLAIRAGE - La cinéaste française, décédée à l'âge de 90 ans, laisse derrière elle une carrière ponctuée de films engagés pour les droits des femmes.

Agnès Varda le 2 décembre 2018 à Marrajech, au Maroc
Agnès Varda le 2 décembre 2018 à Marrajech, au Maroc Crédit : FADEL SENNA / AFP
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

C'est une grande figure du cinéma français qui s'est éteinte à l'âge de 90 ans. Agnès Varda est décédée chez elle dans la nuit de ce jeudi 28 au vendredi 29 mars des suites d'un cancer, ont annoncé ces proches.

Réalisatrice d'une dizaine de longs-métrages et de près d'une vingtaine de documentairesAgnès Varda a marqué son époque depuis ses premiers pas dans le cinéma français dans les années 50 jusqu'aux récompenses acquises ces dernières années (Palme d’honneur, Oscar d'honneur, Caméra de la Berlinale...) saluant l'ensemble de son travail. 

Également photographe et plasticienne, Agnès Varda est l'une des rares réalisatrices françaises bénéficiant d'un rayonnement international. Saluée pour son talent, elle fait aussi partie d'une génération de femmes ayant fait avancer la cause des droits des femmes grâce à son art et à ses prises de positions. 

L'unique femme de la Nouvelle Vague

À lire aussi
Beanie Feldstein et Kaitlyn Dever Cinéma
Netflix, OCS, Amazon : 5 films à voir absolument pendant l'été

Mouvement cinématographique éminemment masculin, la Nouvelle Vague rassemble les plus grands réalisateurs français des années 50. Agnès Varda est la seule femme à avoir tiré son épingle du jeu à cette époque. Les historiens considèrent même que c'est son premier film, La Pointe courte, qui constitue la toute première oeuvre cinématographique de ce mouvement, rapporte Télérama.

Depuis ses débuts derrière la caméra, la réalisatrice n'a pas cessé de travailler et fait aujourd'hui partie des cinéastes les plus reconnues en France et à travers le monde.

Des films engagés pour les droits des femmes

Dès Cléo de 5 à 7, sorti en 1962, Agnès Varda s'impose comme une cinéaste féministe. Elle filme un personnage féminin libre dans les rues de Paris et tiendra durant toute sa carrière ce regard si particulier sur les femmes.

Exemples avec L'une chante, l'autre pas, sorti en 1977, l'histoire d'une amitié entre Pauline et Suzanne, en pleine lutte pour le droit à l'avortement, le court-métrage Réponses de femmes : Notre corps, notre sexe (1975), ou encore Sans toit ni loi, le récit tragique d'une jeune femme sans-abri, retrouvée morte de froid. 

>
Cléo de 5 à 7 - Agnès Varda: Florence Avenue

Des prises de positions féministes

Engagée derrière la caméra, Agnès Varda était aussi une personnalité qui n'hésitait pas à prendre la parole publiquement sur les questions d'égalité entre les femmes et les hommes. Signataire du manifeste des 343 en 1971 (pour demander la légalisation du droit à l'avortement en France), elle s'est battue pendant toute sa carrière pour faire entendre la voix des femmes. "C’était un acte politique, qui avait du sens, qui a fait bouger les choses", confiait-elle au Monde en novembre 2017 à propos du manifeste. 

En 1977, elle expliquait par exemple sur un plateau de télévision qu'il fallait "redonner aux hommes la place qu'ils ont dans la vie des femmes, c'est-à-dire pas la première place (..). La vie des femmes est faite de beaucoup d'autres choses que l'amour des hommes".

Quelques années plus tard, elle dénonçait déjà les rôles genrés sur les plateaux de cinéma et mettait en valeur les talents des femmes dans des "métiers d'homme". "Cela ne veut rien dire", disait-elle. 

Encore récemment, en interview sur le plateau de Quotidien, elle n'hésitait pas à rappeler que le combat féministe n'est pas "contre les hommes" mais bien avec eux. Féministe depuis sa naissance, assurait-elle encore, Agnès Varda racontait avoir vu de beaux changements concernant la lutte pour l'égalité entre les femmes et les hommes. "Mais ça va doucement", soulignait-elle enfin, consciente du chemin qu'il reste à parcourir.

Le regard de cinéaste et la sensibilité féministe d'Agnès Varda ont fortement contribué à l'éveil de la société, puisse la postérité ne jamais l'oublier. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Féminisme Portrait
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797319709
Décès d'Agnès Varda : une cinéaste engagée pour les femmes
Décès d'Agnès Varda : une cinéaste engagée pour les femmes
ÉCLAIRAGE - La cinéaste française, décédée à l'âge de 90 ans, laisse derrière elle une carrière ponctuée de films engagés pour les droits des femmes.
https://www.rtl.fr/girls/identites/deces-d-agnes-varda-une-cineaste-engagee-pour-les-femmes-7797319709
2019-03-29 16:32:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/RfzIfY1Y6aQid4wTbgmcmg/330v220-2/online/image/2019/0329/7797319937_agnes-varda-le-2-decembre-2018-a-marrajech-au-maroc.jpg