2 min de lecture Pollution

Pollution : les calanques, victimes de la crise sanitaire

Embouteillages monstres, stationnement anarchique, piétinement de milieux naturels fragiles, plages bondés, déchets laissés ça et là... Le parc national des Calanques est victime de son succès.

Stephane Carpentier RTL Evenement Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
Pollution : les calanques, victimes de la crise sanitaire Crédit Image : Etienne Baudu | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Agnès Bonfillon
Agnès Bonfillon édité par Sarah Belien

Depuis sa création en 2012, la beauté du parc national des Calanques ne cessent d'être vantée. Mais la situation y est devenue très tendue. La crise sanitaire et le confinement n'ont rien arrangé. L'année dernière, le parc a accueilli 3 millions de visiteurs sur ses sentiers et ses plages, contre un peu plus de 2 millions l'année d'avant. Une fréquentation exponentielle due en grande partie à la situation sanitaire puisque les Français ont majoritairement passé leur été dans l'Hexagone.

Ces derniers y ont pris goût, à l'image de Nicolas, arrivé à Marseille vendredi 19 mars au matin, juste avant les annonces de confinement. "Je suis venu de Paris pour le week-end. La renommée est tellement forte qu'on a envie de venir. Il y a forcément une dimension égoïste de se dire, on y va, on sera nombreux. C'est tellement populaire que tout le monde veut venir. Avec le confinement, les possibilités de bouger sont restreintes donc on se retourne tous vers des endroits extrêmement connus. C'est paradisiaque, la mer bleue, le contraste avec la roche, le côté idyllique qui nous entoure, c'est presque un mythe", raconte Nicolas.

Un mythe malheureusement qui souffre. L'association "Clean my calanque", qui organise de grandes opérations citoyennes de ramassage de déchets le sait plus que quiconque. À chaque ramassage, ce sont des centaines de kilos, voire des tonnes de déchets qui sont collectés.

Et le confinement n'a rien arrangé explique le président de l'association Eric Akopian. "Il y avait des meubles etc, car les déchetteries étaient fermées pendant le confinement donc tout le monde a jeté des meubles dans les calanques. Des lits, des meubles, des télés... Et ensuite l'augmentation des produits plastiques et emballages puisque maintenant tout le monde prend à emporter et ça fait une augmentation des touristes et de la consommation. Il y aussi des masques qui s'envolent, mais on ne peut pas savoir s’ils ont été laissés là parce que c'est tellement léger. Les mégots est l'un des déchets qu'on retrouve le plus, par milliers", énumère-t-il. L'association qui organise aussi toutes les semaines des séances de sensibilisation auprès des scolaires.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pollution Provence-Alpes-Côte d'Azur Marseille
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants