1 min de lecture Notre-Dame de Paris

Notre-Dame de Paris : la restauration de la Cathédrale entre dans une nouvelle phase

21 mois après l'incendie de Notre-Dame de Paris, la restauration entre dans une nouvelle phase. C'est l'intérieur de la cathédrale qui va être étayé au niveau des voûtes les plus abîmées par la chute de la flèche en flammes.

Stephane Carpentier RTL Evenement Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
Notre-Dame de Paris : la restauration de la Cathédrale entre dans une nouvelle phase Crédit Image : Samuel Goldschmidt | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier et Samuel Goldschmidt

21 mois après l'incendie de Notre-Dame de Paris, la restauration entre dans une nouvelle phase. C'est l'intérieur de la cathédrale qui va être étayé au niveau des voûtes les plus abîmées par la chute de la flèche en flammes. C'est un chantier exceptionnel.
Pour la restauration de Notre-Dame, direction le bureau d’études de Le Bras Frères où les cintres en bois qui vont soutenir les voûtes sont dessinés sur mesure d’après les dimensions précises de la cathédrale qui a été scannée dans les moindres détails après l’incendie.


Les pièces de bois une fois dessinées sont transmises à l’atelier de sciage où des scies à commandes numériques taillent les pièces dans du lamellé-collé d’épicéa venu des Vosges. Les pièces sont ensuite assemblées par les charpentiers pour former les cintres aux formes des voûtes. Il y a une quinzaine de pièces de bois par cintre, chaque cintre pèse environ 1,5 tonnes. Il y a 52 cintres pour soutenir 5 voûtes ; pas un n’a la même dimension que son voisin. 1500 m3 de bois vont être installés en tout pour soutenir la cathédrale. Les cintres sont expédiés par camion jusqu’à Paris.

Les cintres sont expédiés par camion jusqu’à Paris. Crédits : Samuel Goldschmidt |
5 >
Les cintres sont expédiés par camion jusqu’à Paris. Crédits : Samuel Goldschmidt |
Les pièces sont ensuite assemblées par les charpentiers pour former les cintres aux formes des voûtes Crédits : Samuel Goldschmidt |
Les pièces de bois une fois dessinées sont transmises à l’atelier de sciage où des scies à commandes numériques taillent les pièces Crédits : Samuel Goldschmidt |
Les dimensions précises de la cathédrale qui ont été scannées dans les moindres détails Crédits : Samuel Goldschmidt |
Le bureau d’études de Le Bras Frères où les cintres en bois qui vont soutenir les voûtes sont dessinés sur mesure Crédits : Samuel Goldschmidt |
1/1

Un chantier de février à juillet 2021

Avant de partir pour Paris, toutes les structures sont montées "à blanc" sur place à l’usine de Jarny, pour vérifier les ajustements et s’entraîner à la pose. Les cintres seront hissées sur une plate-forme extérieure, puis glissés à l’intérieur de la Cathédrale à travers l’oculus d’une des fenêtres libérée de ses vitraux, sur une gigantesque plate-forme intérieure en cours de finition à 30 m de hauteur dans la Cathédrale. 

Puis les cintres seront poussés un par un par des vérins, chacun sous sa voûte, avant d’être fixés aux clés. Ce chantier durera de février à juillet 2021. Toute cette charpente restera un place pendant plusieurs années, pour soutenir d’abord les voûtes détruites puis servir d’appui aux pierres de la reconstruction. Et le tout sera complètement invisible du grand public.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Notre-Dame de Paris
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants