3 min de lecture Reportage

Notre-Dame de Paris : l'orgue démonté tuyau par tuyau, un chantier titanesque

REPORTAGE - Une nouvelle étape dans le chantier de restauration de Notre-Dame de Paris a été franchie mercredi avec le démontage de l'orgue magistral.

Yves Calvi_ 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Immersion exceptionnelle dans la Cathédrale Notre-Dame-de-Paris Crédit Image : ©Christian Lutz/Établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Sophie Aurenche édité par Maeliss Innocenti

RTL vous invite ce jeudi 10 décembre au cœur de la cathédrale Notre-Dame. L'échafaudage au-dessus du trou de la nef a été retiré, les voutes sont en train d'être consolidées et 8.000 tuyaux de l'orgue ont fini d'être démontés mercredi.

Pour visiter Notre-Dame, les conditions de sécurité sont très strictes, notamment à cause de la présence de plomb. Formation obligatoire d'une demi-heure dans la salle Esmeralda des bâtiments de chantier. Combinaison jetable, sous-vêtements jetables… rien n'est laissé au hasard. C'est uniquement dans cette tenue qu'il est possible d'entrer dans la cathédrale et d'aller admirer le trou béant laissé par la flèche, qui s'est effondrée lors de l'incendie. Partout, des filets de protection gigantesques. Au-dessus, le ciel de Paris.

Christian Lutz, le maître d'œuvre, nous emmène au niveau de l'orgue. "Il faut imaginer que cet orgue, c'est comme un immeuble qui aurait trois étages de tuyauterie au-dessus", explique-t-il. Si l'on monte au dernier étage de l'orgue, on se retrouve derrière la rosace de Notre-Dame de Paris, que l'on peut admirer du parvis.

L'orgue démonté avec deux mois et demi d'avance

Un seul tuyau a été abîmé par l'eau. Tous les autres ont été recouverts de poussière, d'oxyde de plomb, très toxique. Un chantier dirigé par Mario d’Amico. "Il y a 8.000 tuyaux que l'on a démontés très soigneusement, comme des sculptures du musée du Louvre. On a rempli quatre containers et un camion. C'est l'orgue le plus grand de France", raconte le chef de chantier.

L'orgue a été démonté tuyau par tuyau. Il y en avait 8.000 !
L'orgue a été démonté tuyau par tuyau. Il y en avait 8.000 ! Crédit : ©Patrick Zachmann/Magnum Photos
À lire aussi
société
Notre-Dame : "On aurait tous à grandir, à savoir ce qu'il s'est passé", juge une architecte

Mais alors quand retentiront les premières notes ? Réponse avec le Général Georgelin, le président de l’établissement public chargé de la restauration de la cathédrale, que l'on retrouve à 30 mètres de hauteur, sous la voûte de Notre-Dame. "Aujourd'hui, nous assurons le démontage de cet orgue avec deux mois et demi d'avance. Les tuyaux iront chez les facteurs d'orgue pour être nettoyés".

Fin des travaux prévue en avril 2024

Et en octobre 2023, l'orgue sera remonté. "Il nous restera six mois pour harmoniser l'instrument, vérifier que leur timbre, leur couleur sonore, sera bien celle d'avant. Il faut vérifier qu'il n'y en ait pas un qui sonne plus fort ou moins fort. Ça demande une oreille très exercée. Ce qui veut dire que ce travail sera effectué entièrement de nuit, dans un silence absolu. C'est ce 1% qui fait toute la différence entre un orgue quelconque et un chef-d'œuvre." L'objectif est que l'orgue puisse à nouveau retentir dans Notre-Dame de Paris en avril 2024.

Les ouvriers ont rempli quatre containers et un camion de chantier avec les 8.000 tuyaux.
Les ouvriers ont rempli quatre containers et un camion de chantier avec les 8.000 tuyaux. Crédit : ©Patrick Zachmann/Magnum Photos

À la fin de la visite, il faut récupérer ses affaires, jeter la combinaison jetable, nettoyer la polaire, les bottes et le casque. La douche est obligatoire. Cheveux compris et brossage des ongles. Il faut éliminer toute trace de plomb avant de gagner la sortie.

Au-delà de l’orgue, démonté avec deux mois d’avance, où en est le chantier ? Depuis quelques mois, il avance à grande vitesse, mais il est toujours dans une phase de sécurisation et de diagnostic. Notamment les voûtes de part et d’autre du transept. Extérieurement, elles ont l’air d’être bon état mais il faudra des mois pour s’en assurer pierre par pierre.

Un seul ouvrier a été touché par le coronavirus

Le Général Georgelin, qui pilote le chantier, reste optimiste. "Normalement, on devrait pouvoir les premiers travaux de restauration proprement dite à partir de l'été 2021. Notre objectif, et nous le tiendrons, c'est de rendre la cathédrale au culte le 16 avril 2024."

Un chantier colossal avec environ 200 ouvriers masqués et en combinaison. Contrairement au printemps dernier, pendant ce deuxième confinement ils ont continué à inspecter, nettoyer, enlever les gravats et monter des échafaudages. Il n'y a eu qu'un seul cas positif au coronavirus parmi les compagnons et une vingtaine de cas contact. Des équipes ont donc dû travailler la nuit. C'est une course contre la montre suivie dans le monde entier par les milliers de donateurs. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Reportage Religions Chantier
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants