3 min de lecture Cinéma

Joaquin Phoenix parle de "Joker" sur RTL : "Ça me plaît ce genre de challenge

RENCONTRES - "Joker" se place en première place au box-office américain et ne cesse de déchaîner les passions. À l'occasion de sa sortie en France, mercredi 9 octobre, Joaquin Phoenix et Todd Phillips se confient sur RTL.

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Joaquin Phoenix parle de "Joker" sur RTL : "Ça me plaît ce genre de challenge Crédit Image : capture d'écran YouTube | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
stephane-boudsocq
Stéphane Boudsocq édité par Maria Aït Ouariane

Cela faisait longtemps qu'un film n'avait pas été entouré d'une telle réputation, tout à la fois flatteuse et sulfureuse. Joker, de l'Américain Todd Phillips avec Joaquin Phoenix, sort ce mercredi 9 octobre au cinéma et nous avons pu le voir en avant-première au festival de Toronto.

Un mois pile après sa diffusion, ce sentiment ne s'est toujours pas dissipé : "Joker" est un immense moment de cinéma, intense, rugueux, violent et dérangeant. Ce film si controversé raconte l'histoire d'Arthur Fleck, comédien de stand-up raté, se déguisant en clown pour vendre de la pub dans les rues de Gotham City, méprisé et moqué de tous. Un célibataire vivant chez sa mère, garçon fragile, chétif, qui va peu à peu sombrer dans la folie et laisser le démon qui est en lui prendre toute la place. 

Ce démon, c'est Joker, double maléfique qui rêve de gloire et de pouvoir, futur adversaire de Batman. Joker est un clown dangereux et sans limites, en qui les oubliés de la société vont trouver un porte-parole, un emblème, un modèle : celui de la révolte contre un monde sans pitié. Todd Phillips signe une oeuvre sombre et désespérée, époustouflante et visionnaire. Un film dont on sort marqué pour longtemps.

>
JOKER Bande Annonce VF (2019)

Le "Joker" : un challenge plus qu'une performance

Ce personnage est porté par Joaquin Phoenix, un acteur surdoué et torturé, parfois lui-même au bord de la rupture qui, de Gladiator à Signes en passant par La nuit nous appartient ou Walk the line, a déjà croisé des personnages hors-normes. Pour Joker, il s'est physiquement métamorphosé, perdant 25 kilos pour apparaître tel un insecte fascinant et vénéneux. 

À lire aussi
Rey et Kylo Ren dans "Les Derniers Jedi" Cinéma
"Star Wars 9" : Daisy Ridley assure que le lien entre Rey et Kylo Ren sera abordé

Mais l'acteur refuse de parler complètement de performance : "En tant qu'acteur, si vous commencez à vous imaginer en train de performer, c'est que vous allez dans la mauvaise direction", estime Joaquin Phoenix. "Parfois ça arrive et c'est toujours raté, mais il y a des aspects du Joker qui relèvent de la performance. Une partie de lui veut être vue alors qu'Arthur est introverti, tout lui semble menaçant, il voudrait se faire tout petit, invisible. Le Joker est tout l'opposé." 

Reste tout de même ce travail insensé sur un personnage qui l'est tout autant, à tel point que l'Oscar du meilleur acteur semble promis à Joaquin Phoenix en mars prochain. Le comédien y voit avant tout un challenge qu'il a adoré relever. "J'aime les défis quand je travaille", se confie-t-il. "Pour moi, l'idée de tourner une comédie romantique au Bahamas c'est le pire des putains de trucs qui existent. Donc ça me plaît ce genre de challenge, mais j'avoue qu'il y avait des moments où je disais 'sortez-moi de ce plateau, je me barre, j'en ai marre'. Mais en fait, sur le fond, avec ce genre de personnage, plus vous vous investissez, plus il vous inspire et vous donne la pêche." 

C'est un film descriptif, non prescriptif

Todd Phillips, (réalisateur de Very bad trip), signe une mise en scène somptueuse notamment dans les nombreuses scènes nocturnes. Sur le fond, il montre un anti-héros populiste sans aucune conviction qui va devenir le leader d'une foule méprisée en attente d'un meneur de meute. Comment ne pas faire le parallèle avec la montée actuelle des partis extrémistes dans le monde entier ? 

Todd Phillips refuse toutefois de parler d'un film politique et nous raconte : "Notre idée était de nous amuser avec le postulat des films des super-héros en partant sur une histoire dans laquelle le méchant serait le héros. Vous avez envie de le soutenir jusqu'au moment où ça n'est plus possible. Dans les films, il y a souvent le bon et le méchant, c'est tranché. Dans le nôtre, le bon gars devient le méchant et il est les deux. C'était ça notre ambition. " 

"Pour moi, ce n'est pas un film politique, mais plutôt humaniste, conclut-il. "Comme tout film, il reflète ce que nous vivons tous actuellement et c'est très bien comme ça. Je dirais que c'est un film de témoignage, pas d'engagement.Joker a été récompensé par le Lion d'Or au dernier festival de Venise, il sortira au cinéma mercredi 9 octobre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Fil Super
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants