1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Michel Polnareff : son affiche avec ses fesses, "le premier buzz en France"
2 min de lecture

Michel Polnareff : son affiche avec ses fesses, "le premier buzz en France"

Le 2 octobre 1972, Michel Polnareff montre ses fesses sur l’affiche qui annonce ses concerts à l’Olympia. Avant tout le monde et malgré lui, Polnareff a créé le buzz.

Michel Polnareff devant le 36 quai des Orfèves à Paris, le 13 octobre 1972, pour être entendu par la Police Judiciaire au sujet de l'affiche de son spectacle à l'Olympia en 1972
Michel Polnareff devant le 36 quai des Orfèves à Paris, le 13 octobre 1972, pour être entendu par la Police Judiciaire au sujet de l'affiche de son spectacle à l'Olympia en 1972
Crédit : AFP
Michel Polnareff : le jour où il a posé cul-nu sur les affiches de ses concerts
41:54
Capucine Trollion & Flavie Flament

Le 2 octobre 1972, Paris est en émoi devant une paire de fesses qui deviendra culte. Dans la nuit, 6.000 affiches grand format ont été placardés dans les rues de la capitale pour annoncer une série de concerts à l’Olympia. On y reconnaît le chanteur Michel Polnareff, de dos, travesti et postérieur à l’air.

Dans une société corsetée et conservatrice, où l’avortement est un crime, l’homosexualité une maladie mentale, un an après la première grande manifestation féministe en France, cette paire de fesses vient froisser la bien-pensance et donne des sueurs froides aux adeptes du politiquement correct qui règne encore sur le milieu artistique. Cette affiche qui nous fait sourire aujourd'hui est "le premier buzz, en tout cas en France", explique le journaliste spécialiste de la chanson française et écrivain Benoît Cachin. "Certes 1968 est passé par là. La libération sexuelle commence tout doucement, mais les Français ne sont pas encore prêts à voir un nu masculin", ajoute-t-il.

Pour ce portrait, Michel Polnareff collabore avec Tony Frank, grand photographe des années 70-80. "Ils ont cette idée un peu de sale gosse en fait, parce que pendant la séance, il s'amuse à se déguiser en mariée et puis il se retourne, il n'a pas de slip et il montre son cul. Et Tony Frank photographie. Mais, c'est un peu une photographie prise au hasard", détaille Benoît Cachin.

Polnareff se défend du scandale

"Je trouvais que montrer son cul, c’était une pantalonnade si j’ose dire, une rigolade, et puis finalement ça prend des proportions plus énormes. Un petit cul peut amener de grandes choses", expliquait à l'époque Polnareff, comme le raconte Flavie Flament dans Jour J. "Après quand il décide d'en faire son affiche, il est loin d'être bête et il savait que ça allait faire beaucoup parler", poursuit Benoît Cachin. La sanction tombe : le tribunal correctionnel le condamne à 60.000 francs d’amende pour attentat à la pudeur. La maison de disques se chargera de la douloureuse. 

À lire aussi

Tous les jours dans Jour J , de 20h à 21h sur RTL, Flavie Flament vous fait découvrir les grands moments d’actualité qui ont marqué la mémoire collective.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/