1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. John Lennon : l'incroyable histoire derrière sa reprise de "Sweet Little Sixteen"
2 min de lecture

John Lennon : l'incroyable histoire derrière sa reprise de "Sweet Little Sixteen"

Sur l'album "Rock’n’Roll", John Lennon reprend les grands standards des pionniers de son enfance dont "Sweet Little Sixteen" de Chuck Berry.

John Lennon à Cannes en 1971
John Lennon à Cannes en 1971
Crédit : AFP
John Lennon : l'incroyable histoire derrière sa reprise de "Sweet Little Sixteen"
02:38
Anthony Martin

Il y a pile 40 ans, John Lennon était assassiné à l’âge de 40 ans. Le 8 décembre 1980, à 22h52, un fan psychopathe lui tirait 4 balles de revolver dans le dos et l’épaule gauche sous le porche d’entrée de son immeuble, le Dakota Building, à New York. John Lennon rentrait d’une journée passée à travailler en studio, au Record Plant studio, là-même où 6 ans plus tôt, il avait terminé un album intitulé Rock’n’Roll.

Un disque né après une menace de procès pour plagiat. L’éditeur de Chuck Berry reprochait à Lennon d’avoir piqué une phrase pour le morceau des Beatles, Come Together, et lui avait proposé un marché pour éviter le tribunal : reprendre des morceaux de son catalogue, ce qui générerait des droits et reviendrait à un dédommagement.

Voilà pourquoi de 1973 à 1974, Lennon a enregistré tout un album hommage aux pionniers de son enfance : Gene Vincent, Buddy Holly, Little Richard, Ben E. King. Et pour ce qui est de Chuck Berry, John Lennon avait choisi de reprendre Sweet Little Sixteen, morceau sorti l’année de ses 18 ans, morceau que les Beatles avaient joué sur la BBC à leurs débuts.

4 ans après Imagine John Lennon chantait du Chuck Berry, morceau sorti en 1975 sur son album Rock’n’Roll. Les premières sessions d’enregistrement de ce disque ont vraiment été rock’n’roll : John Lennon travaillait avec le producteur Phil Spector, complètement alcoolisé (Lennon aussi d’ailleurs) et drogué, Phil Spector arrivait en studio un jour déguisé en chirurgien, le lendemain en karatéka, le jour d’après en cowboy. Il était même venu avec un flingue, il avait tiré dans le plafond et puis il avait disparu un temps en emportant les bandes avec lui.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/