1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. The Doors : pourquoi Jim Morrison aurait été enterré dans la précipitation à Paris
1 min de lecture

The Doors : pourquoi Jim Morrison aurait été enterré dans la précipitation à Paris

Invité de "Bonus Track", Patrick Coutin auteur d'un livre sur le chanteur, revient sur l'histoire de son groupe emblématique, et sur les nombreuses spéculations sur sa mort en 1971, à l'âge de 27 ans.

Jim Morrison
Jim Morrison
Crédit : Anonymous / AP / SIPA
Jim Morrison : pourquoi le chanteur des Doors est-il enterré à Paris ?
52:54
Thibaud Chaboche

Nous sommes le 3 juillet 1971. Dans la baignoire de son domicile parisien, le célèbre chanteur des Doors, Jim Morrison, est retrouvé mort. Condamné aux Etats-Unis pour "exhibition indécente", l'artiste s'était réfugié à Paris, rejoignant par la même occasion sa petite amie, avec qui il souhaitait se consacrer à la poésie. 

Encore aujourd'hui, la version officielle de sa mort, selon laquelle l'artiste serait bel et bien mort dans d'une crise cardiaque, reste contredite par certains. De plus, né aux Etats-Unis, à Melbourne, c'est pourtant bien dans la capitale française, au cimetière du Père-Lachaise, qu'il sera enterré, quelques jours plus tard. Si beaucoup mettent en avant le respect de ses dernières volontés, d'autres acteurs et faits auraient pu précipiter l'enterrement loin de son pays d'origine. 

Pour Patrick Coutin, invité de Bonus Track et auteur du livre Jim Morrison et les Doors, l'une des raisons de cet enterrement à la hâte, devant seulement quelques personnes, provient d'une volonté du gouvernement français de faire le moins de bruit possible autour de cette tragique disparition. "Jimi Hendrix et Jonis Joplin sont morts quelque temps avant, et il y a eu de nombreuses émeutes. Le ministre de l'Intérieur de l'époque, Raymond Marcellin, n'a aucune envie de nouvelles manifestations Rock N'Roll en plein Paris", explique-t-il. 

L'incertitude concernant la mort de Jim Morrison reste entière. Aucune autopsie ni examen n'ont été pratiqués sur le cadavre. Quant à son manager, Bill Siddons, à son arrivée à Paris, il n'a pas vu le corps du chanteur, mais seulement le cercueil censé le contenir. De quoi alimenter là encore, les plus grandes spéculations sur la véracité de l'annonce de la mort du "Roi Lézard".

Au sommaire de l'émission :

À lire aussi

L'histoire des chansons : 

Chandelier, SIA
Adelaïde, Arnold Turboust & Zabou
Géant, Alain Chamfort

Focus : 

Acid Jazz

Le journal de la musique

Invité : 
Patrick Coutin parle des Doors 

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/