1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Rage Against The Machine : le message choc de "Killing in the name"

Rage Against The Machine : le message choc de "Killing in the name"

"Bonus Track" se branche en mode rap-métal américain, et revient sur l'histoire d'un titre du groupe Rage Against The Machine qui avait beaucoup fait parlé de lui à l'époque...

Tim Tim Commerford et Zack de la Rocha
Tim Tim Commerford et Zack de la Rocha
Crédit : Ethan Miller / Getty Images North America / Getty Images via AFP
Rage Against The Machine : le message choc de "Killing in the name"
53:38
Thibaud Chaboche

Premier single du groupe de rap-métal américain Rage Against The Machine sorti en 1992, Killing in the name est écrit après les émeutes qui ont eu lieu à Los Angeles, en mars 1991, suite à  l’acquittement de quatre policiers blancs dans l’affaire Rodney King. Ce jeune noir américain de 25 ans arrêté pour un excès de vitesse avait été roué de coups par ces 4 policiers. La scène avait été filmée par les caméras de surveillance et avait choqué l’Amérique.

Le groupe, lui-même originaire de Los Angeles, fait directement référence à cette histoire dans les premiers vers de la chanson : "Certains de ceux qui travaillent pour les forces, sont les mêmes qui brûlent des croix", mais aussi, "leur mort est excusée par le port d'un badge, ils sont les Blancs élus". À l'époque, Rage Against The Machine, formé en 1991 par Zack de la Rocha (chanteur), Tom Morello (guitare) ainsi que Tim Commerford (basse) et Brad Wilk (batterie) est un groupe très engagé qui propagent dans leurs chansons un message politique révolutionnaire, contre l’impérialisme américain, contre le fascisme et contre la censure. 

Par ailleurs, pour la pochette de leur premier album, dont est extrait cette chanson, ils ont choisi une image choc qui avait bouleversé le monde : la photo d’un bonze vietnamien qui s’était immolé en 1963, pour protester contre la répression anti bouddhiste ordonnée par le président vietnamien...

Au sommaire de l'émission

L'histoire des chansons : 
Le petit jardin, Jacques Dutronc (Green Week)
Relax, Frankie Goes To Hollywood
Killing in the name, Rage Against The Machine

À lire aussi

Focus : Les chats en chanson

Journal de la musique 

Invité :
Bénabar nous raconte l’histoire de ses plus grands tubes

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/