1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Aya Nakamura "réinvente" des "expressions françaises", salue un député LaREM
1 min de lecture

Aya Nakamura "réinvente" des "expressions françaises", salue un député LaREM

Alors que la commission des lois échangeait sur la "proposition de loi visant à promouvoir la France des accents", Rémy Rebeyrotte, député LaREM, a jugé "remarquable" Aya Nakamura, avant de citer Gilbert Bécaud.

Aya Nakamura, le 24 septembre 2019
Aya Nakamura, le 24 septembre 2019
Crédit : Bertrand GUAY / AFP
signature paul turban
Paul Turban
Journaliste

Ce mercredi 18 novembre, la commission des Lois de l'Assemblée nationale examinait la "proposition de loi visant à promouvoir la France des accents", un texte déposé par le groupe Agir dans le cadre de sa niche pour rendre illégale les discriminations sur l'accent. Intervenant à ce sujet, le député de La République en Marche Rémy Rebeyrotte a cité en exemple Aya Nakamura, comme l'a repéré BFMTV

Le député de la 3e circonscription de Saône-et-Loire voulait défendre "un texte d'un profond humanisme". "La richesse de la langue est son évolution permanente, selon Rémy Rebeyrotte. Ce qui rend le français vivant, c'est sa créativité. Face aux anglicismes, nous avons intérêt à réinventer sans cesse notre langue". 

Pour illustrer ce propos, l'élu s'est réjoui que "des jeunes comme Aya... - comment s'appelle-t-elle - Nakamura qui par sa chanson est en train de réinventer un certain nombre d'expressions françaises, ça me parait absolument remarquable. Elle est en train de porter au niveau international de nouvelles expressions et évolutions de la langue".

Dans ces chansons, Aya Nakamura multiplie les expressions employées par les jeunes ou tout simplement inventées par ses soins comme "djadja" (menteur), "tu dead ça" (tu fais bien quelque chose), "je suis dans mon comportement" (je suis bien dans ma peau) ou encore "pookie" (dénonciateur). 

À lire aussi

L'intervention est à retrouver ici, sur le site de l'Assemblée nationale, à partir de 59:49. 

Pour l'anecdote, Rémy Rebeyrotte a fini son intervention en citant Gilbert Bécaud : "Et par dessus tout ça, on vous donne en étrennes, l'accent qui se promène et qui n'en finit pas." Un extrait de la chanson Les marchés de Provence, sorti en 1957, 38 ans avant la naissance d'Aya Nakamura

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/