1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Roger Moore et les 4 visages d'un James Bond inoubliable
4 min de lecture

Roger Moore et les 4 visages d'un James Bond inoubliable

PORTRAIT - L'acteur, qui a incarné James Bond pendant 12 ans et 7 films de la saga, est décédé ce mardi 23 mai en Suisse, à l'âge de 89 ans.

Roger Moore dans "James Bond : Moonraker", sorti en 1979
Roger Moore dans "James Bond : Moonraker", sorti en 1979
Lucie Valais & Sylvain Zimmermann

Son nom était Bond, James Bond. Roger Moore s'est éteint dans la nuit du lundi au mardi 23 mai, à 89 ans. Une grande perte pour le monde du cinéma, qui pleure l'un des acteurs les plus emblématiques des années 70-80. "C'est avec le cœur lourd que nous devons partager la terrible nouvelle que notre père bien-aimé, Sir Roger Moore, est décédé aujourd'hui en Suisse, après un court mais courageux combat contre un cancer", est-il indiqué dans le communiqué de presse signé de ses trois enfants et publié ce mardi 23 mai.

Le Britannique, visage incontournable du cinéma populaire, avait débuté sa carrière sur le petit écran, dans plusieurs séries télévisées. Il a d'abord fait ses armes dans Ivanhoé en 1958, avant de décrocher le rôle de Simon Templar, personnage principal de la série Le Saint, dès 1962. Il est ensuite devenu le mythique Brett Sinclair dans Amicalement vôtre, en 1971 et 1972.

Mais c'est le rôle de James Bond qui rendra le gentleman britannique inoubliable aux yeux du cinéma mondial. Il succède en 1973 à George Lazenby (1969) et Sean Connery (1962-1967 puis en 1971), devenant ainsi le troisième acteur à incarner le plus célèbre des espions anglais. Il restera le visage de 007 pendant douze ans, sept films durant, égalant ainsi le record de son prédécesseur, Sean Connery.

1. James Bond avant l'heure

Roger Moore a été envisagé comme potentiel James Bond dès 1962 par Ian Fleming, à qui l'on doit les romans d'espionnage qui ont initié la série. Jugé "trop beau" et empêché par le succès qu'il rencontre avec la série Le Saint, il ne revêt pas tout de suite le costume de James Bond.

À écouter aussi

Son casting n'a pas été évident, les producteurs s'acharnant à considérer d'autres alternatives, comme le retour de Sean Connery (ce que l'intéressé a refusé), voire le recours à l'acteur Jeremy Brett (plusieurs fois auditionné), qui allait ultérieurement incarner Sherlock Holmes à la télévision britannique. 

C'est finalement le non-renouvellement de la série Amicalement vôtre, en 1972, qui a libéré Roger Moore pour le rôle. Il jouera sept fois James Bond, Vivre et laisser mourir (1973), L'Homme au pistolet d'or (1974), L'Espion qui m'aimait (1977), Moonraker (1979), Rien que pour vos yeux (1981), Octopussy (1983) et Dangereusement vôtre (1985).

2. Un James Bond élégant et sensuel

Véritable tournant dans la saga James Bond, Roger Moore reste le plus gentleman de toutes les versions de 007. Il est l'incarnation même du charme et de l'élégance à l'anglaise, ce qui lui vaut un succès immédiat dans le smoking de l'agent secret au service de Sa majesté.

Roger Moore a également campé le James Bond le moins macho et le plus raffiné de la saga. Il se distingue ainsi de son prédécesseur Sean Connery et ses nombreuses conquêtes, et marque un réel tournant dans cette série de longs-métrages d’espionnage.

D'ailleurs, l'acteur britannique avait, dans une interview accordée au quotidien britannique The Telegraph en 2008, déploré que les James Bond "devenaient trop violents". Il avait notamment cité Quantum of Solace, le film porté par Daniel Craig sorti cette année-là.

3. Le 007 de la légèreté et de l'humour

Outre l'élégance du James Bond incarnée par Roger Moore, les sept films dans lesquels il a joué marquent également par leur décalage, flirtant parfois même avec le burlesque. Bien différent de la version de Sean Connery, le personnage qu'il incarne se démarque par son caractère et ses habitudes. Contrairement à son prédécesseur, le 007 de Roger Moore ne boit pas de vodka martini, mais du whisky. Il ne porte pas de chapeau et ne fume pas de cigarettes, mais des cigares. 

Son contrat lui permettait un accès illimité à des Montecristo roulés à la main, ce qui coûta par ailleurs une fortune à la production de l'époque. Au niveau scénaristique, avec Roger Moore, James Bond a dû affronter bien des situations invraisemblables. Notamment dans Moonraker (1979), où l'agent secret, incarné pour la quatrième fois par le Britannique, affronte le Requin dans l'espace lors d'une scène totalement kitsch. 

Il faut dire que même aujourd'hui, son incarnation de James Bond divise les fans. Surtout depuis l'arrivée dans la saga de Daniel Craig, qui à l'inverse, est toujours très réaliste. Mais les films avec Roger Moore comptent tout de même parmi les meilleurs films de 007.

4. James Bond face à des méchants de légende

Un autre des ingrédients clés des James Bond incarnés par Roger Moore, les ennemis qu'il doit affronter à chaque volet. Dans L'Homme au pistolet d'or (1974), où 007 est opposé à Scaramanga, un terrible tueur à gage prêt à tout pour le tuer, incarné par Christopher Lee (qui a notamment joué le tyrannique Saroumane dans la saga du Seigneur des Anneaux).

L'un des autres méchants les plus marquants des sept James Bond avec Roger Moore reste sans conteste le terrible Requin, joué par Richard Kiel (Pale Rider), un ennemi doté de dents d'acier, qui affronte 007 à deux reprises, dans L'espion qui m'aimait (1977) et Moonraker (1979).

On se souvient également de Zorin, un psychopathe joué par Christopher Walken (Voyage au bout de l'enfer, Sleepy Hollow), qui met Bond en difficulté dans Dangereusement vôtre (1985). À l'époque, il est d'ailleurs le premier acteur oscarisé à avoir tourné dans un James Bond. Christopher Walken avait obtenu l'Oscar du Meilleur acteur grâce à sa prestation dans Voyage au bout de l'enfer de Michael Cimino en 1978.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/