1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Mort de Bernard Tapie : "Il a entretenu son corps jusqu'au bout", confie Giesbert
2 min de lecture

Mort de Bernard Tapie : "Il a entretenu son corps jusqu'au bout", confie Giesbert

Dans "Jour J", Franz-Olivier Giesbert revient sur le combat de Bernard Tapie contre la maladie et son désir d'entretenir son corps, malgré la douleur et le poids perdu.

Pour des raisons sécuritaires, le défilé d'hommage à Bernard Tapie n'aura finalement pas lieu.
Pour des raisons sécuritaires, le défilé d'hommage à Bernard Tapie n'aura finalement pas lieu.
Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Emission hommage à Bernard Tapie
40:27
Flavie Flament
Flavie Flament - édité par Capucine Trollion

Le 24 septembre 2017, Dominique Tapie confirme la rumeur à l’Agence France-Presse :" Bernard souffre d’un cancer de l’estomac avec extension sur le bas de l’œsophage. Sa nature de battant et l’affection de sa famille, de ses proches mais aussi les formidables témoignages d’encouragement qu’il reçoit nous rendent optimistes".

Le 3 octobre 2021, Dominique Tapie annonce avec tristesse la mort de son époux à La Provence. Un amour qui aura duré 52 ans, jusqu’à la dernière révérence de celui dont on ne cesse de dire depuis qu’il a eu mille vies. Homme d’affaires, artiste, entrepreneur, personnalité politique, malade humble et courageux, il aura, son existence durant, relevé tous les défis et mené tous les combats, dont celui contre son cancer.

"Il faisait tous les sports possibles et inimaginables. Tapie a eu un langage très sportif, et même sur le tard, et même encore je vais vous dire, malade. Quand il faisait une quarantaine de kilos, c'était horrible, il était tout souffrant, mais il montait et descendait des escaliers chez lui pour tenir face à la maladie", raconte le journaliste et éditorialiste Franz-Olivier Giesbert dans Jour J

Il a entretenu son corps jusqu'au bout

Franz-Olivier Giesbert.

"On l'a appris, pour lutter, par exemple, contre une forte dépression, il faut faire du sport, il faut marcher, il faut faire du vélo (...) et lui-même face à la maladie, il pense que ça va l'en sortir. D'ailleurs, je pense qu'il a tenu longtemps car il a entretenu son corps jusqu'au bout. Il faisait 100 kilomètres pour aller jusqu'à Combs-la-ville, sa résidence secondaire, en vélo, chaque semaine. Et il a fait ça je dirais, jusqu'en 2019, peut-être même 2020", ajoute Franz-Olivier Giesbert.

À lire aussi

Tous les jours dans Jour J , de 20h à 21h sur RTL, Flavie Flament vous fait découvrir les grands moments d’actualité qui ont marqué la mémoire collective.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/