3 min de lecture Télévision

Isabelle Morini-Bosc : "Quand l'attention devient addiction, c'est un drame"

ÉDITO - La journaliste s'alarme de l'impact d'une consommation excessive d'écrans sur la santé et du déclin de la réflexion qu'induit le visionnage frénétique des séries auxquels s'adonnent certains jeunes aujourd'hui.

La redevance TV pourrait être élargie aux nouveaux écrans
La redevance TV pourrait être élargie aux nouveaux écrans Crédit : AFP
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Merci Michel Cymès ! Vraiment, merci ! Grâce à mon camarade carabin, j'ai eu une sorte de Complément d'enquête entre sa chronique RTL du jour, et le dossier du Parisien que j'étais en train de lire quand il a pris l'antenne. De quoi parlait-il ? Des gamins de 9 à 16 ans qui vont "moins vite, moins haut, moins fort" que ceux du même âge en 1971.

Notre docteur préféré est en effet partie d'une étude australienne qui a comparé quelques performances. Et notez, par exemple, que les enfants de 1971 couraient le 800 mètres en 3 minutes, contre 4 pour ceux d'aujourd'hui (qui ont pourtant globalement de plus longues jambes !). Soit une majoration de 30%. Ça semble peu, c'est pourtant énorme aux yeux des médecins du monde entier, et des cardiologues français qui en font un sujet de débat à très haut-débit. 

Quelle conclusion tirent-ils de ce malus ? La triste certitude que la capacité cardiovasculaire des très jeunes s'est sacrément dégradée en 46 ans. Cette première constatation étant suivie d'une seconde : tous nos enfants "vivront moins longtemps en bonne santé". Et Michel Cymès de détailler sans justement faire de détails. Selon lui, c'était un bien que les jeunes devaient jadis monter plusieurs étages à pieds faute d'ascenseurs partout. Et c'en était un autre qu'ils aient alors plusieurs kilomètres à marcher pour se rendre en classe. Voilà qui s'appelait être à bonne école ! Ce n'est plus le cas. 

La dépendance aux écrans

À cette paresse s'ajoute une "dépendance aux écrans" qui affole Michel Cymès. Une dépendance à tous les écrans avec, "par ordre d'apparition dans notre vie, la télé, la console, l'ordi, la tablette et le portable". D'autant que, en fonction de leur emploi du temps, il arrive aux juniors de quitter un support pour, littéralement, entrer dans un autre, la tête "encore farcie" de l'activité antérieure. 

À lire aussi
Sauron représenté dans le jeu vidéo "Shadow of Mordor" Séries
"Le Seigneur des Anneaux" (Amazon) : que se passe-t-il lors du Deuxième Âge ?

Oui, quand l'attention devient addiction, c'est un drame, que les spécialistes décrivent avec une précision "clinique", forcément clinique : "C'est une génération d'enfants programmés pour nous faire du diabète, du surpoids, de la pression artérielle à gogo". D'autant que, à bien y réfléchir, nos adolescents marchent-ils seulement vraiment quand ils mettent un pied devant l'autre ? Sont-ils à ce qu'ils font ? Evidemment non, puisque (comme leurs aînés, en fait), ils textotent, lisent, se photographient, déconnectés des petits événements de la rue, les épaules et la cage thoracique comme "en dedans".

C'est si vrai que, la semaine dernière, une petite mémé a chuté durement sur les Champs-Élysées, laissant tomber son sac-à-main, aussitôt emporté par un voyou. Si la scène a été brève, elle a été violente mais qui s'en est rendu compte ? Si on excepte un quadra parti aux trousses du voleur, et moi-même ? Les autres, tous les autres, n'avaient rien vu. Pas vu, pas pris, pas surpris, puisque ne s'étant pas déprit !

Où est le plaisir philosophique de l'attente ?

Isabelle Morini-Bosc
Partager la citation

Mais la petite phrase qui m'amuserait si la situation n'était pas si triste, c'est celle d'une jeune fille retranscrite dans Le Parisien, journal que j'étais donc en train de survoler à la minute où Michel Cymès a "officié" sur notre antenne. Le quotidien a fait vendredi 3 novembre sa Une sur la plate-forme américaine de vidéos à la demande Netflix, cette sorte de porte-avion ciné-télévisuel qui, s'il n'est pas parfait, permet aux abonnés de se goinfrer d'excellentes fictions. 

Les enquêteurs Benoit Daragon et Marie Poussel faisant bien leur travail, ils ont interrogé des Netflixophiles, par ailleurs sériphages. Comme Myla, Alma, Yael, Iris et Rose, 14 ans au compteur : "Nous avons crée, ont-elle dit, un groupe de discussion sur Instagram. On a regardé les deux épisodes de la saison 2 de Stranger Things dès sa mise en ligne le matin. Et en moins de deux jours, nous avions fini la saison 2, comme ça on est sûres de ne pas se faire raconter la fin. On y partage même des vidéos, des moments qui nous marquent le plus". 

C'est donc, on est d'accord, un boulot à plein temps. D'autant qu'elles avouent pratiquer le "binge racing", le "visionnage frénétique". Il est où, le plaisir philosophique de l'attente ? Où, l'ennui souvent générateur de création ? Où, le temps de pause cérébrale de cervelles en constante surchauffe ? Inutile, évidemment, de leur parler des "post-ados" sud-coréens sur-connectés aux cerveaux littéralement cramés, aux neurones grillés. Mais laissons plutôt Michel Cymès en parler le moment voulu, le moment venu. Moi, je vous quitte, j'ai piscine...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Isabelle Morini-Bosc Editos
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790792826
Isabelle Morini-Bosc : "Quand l'attention devient addiction, c'est un drame"
Isabelle Morini-Bosc : "Quand l'attention devient addiction, c'est un drame"
ÉDITO - La journaliste s'alarme de l'impact d'une consommation excessive d'écrans sur la santé et du déclin de la réflexion qu'induit le visionnage frénétique des séries auxquels s'adonnent certains jeunes aujourd'hui.
https://www.rtl.fr/culture/medias-people/isabelle-morini-bosc-quand-l-attention-devient-addiction-c-est-un-drame-7790792826
2017-11-03 18:21:40
https://cdn-media.rtl.fr/cache/RrFmJ1K8_uhc6MLzJbUyiQ/330v220-2/online/image/2016/0612/7783633954_tv-notes-2016-nouvelle-edition-de-la-grande-enquete-sur-la-television.jpg