3 min de lecture Isabelle Morini-Bosc

Isabelle Morini-Bosc est "atterrée par les tweets odieux" sur Dupont-Aignan

ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc revient sur les tweets de certaines célébrités qui ont critiqué Nicolas Dupont-Aignan après son avoir annoncé son alliance avec Marine Le Pen.

Nicolas Dupont-Aignan
Nicolas Dupont-Aignan Crédit : Martin BUREAU / POOL / AFP
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Il est temps que ça s'arrête ! Arrive un moment où les clameurs font penser aux coups répétés d'une lame en inox sur un tuyau rouillé. C'est d'abord déplaisant, ensuite exaspérant, enfin lancinant. Cette trop longue période électorale nous fait le même effet. Elle joue sur nos nerfs, et nous allons tous finir par vraiment battre la campagne, une nouvelle campagne de France. Après celle de 1814, puis celle du printemps 1940, voici la plus pitoyable, la plus exécrable. la plus lamentable. Surtout, la plus interminable. Et la plus minable. Combattre des idées et battre ceux qui les incarnent est une chose, insulter en est une autre. 

Et quand on a grandi comme moi dans une famille authentiquement libre et libérale qui, en "temps utiles", s'est montrée "résistante" au froid et au reste, on a la sale habitude de ne pas confondre la température et la fièvre, l'infiniment grand et l'infiniment petit, les grandes manœuvres et les petites magouilles, les formules qui grandissent l'individu et celles qui le rabaissent. Faire une bouillabaisse en confondant tout, c'est justement confondant. Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Marine Le Pen et les autres, ils sont dans leur rôle, à nous d'être dans le nôtre. Ils se battent, se combattent,à nous de les jauger, de les juger. 

Rappelons simplement que le vote extrême de nombreux "oubliés du système" s'explique moins par l'espoir que par le désespoir. Les insulter est nouveau, unique et inique. C'est à chacun d'entre nous de distinguer par son vote celui qu'il veut suivre de celui qu'il voudrait poursuivre. Mais là aussi, les règles de vie en communauté devraient prévaloir. 

Quand les "stars" comprendront que chaque fois qu'elles l'ouvrent, les gens se ferment ?

Isabelle Morini-Bosc
Partager la citation

C'était ainsi passionnant d'entendre, d'écouter l'ex-compagnon de route de Nicolas Dupont-Aignan avouer hier, sur RTL, à Elisabeth Martichoux et Yves Calvi sa tristesse et sa colère devant l'"alliance" de son "chef" avec Marine Le Pen. Instructif également de mesurer la colère de certains des habitants de Yerres, la ville dont le patron de "Debout la France" est le maire. Oui, étant intéressants, ils m'ont intéressée. Sur le même sujet, j'ai en revanche été atterrée par la lecture de plusieurs tweets odieux qui se voulaient tendance et qui n'étaient que tendancieux : "Espèce de grosse merde" (Gilles Lellouche), "Espèce de trou du cul" (Mathieu Kassovitz), "À tes risques et périls petite teupu (pute). Tu vas le payer cher" (Benjamin Biolay).

À lire aussi
Élice Lucet présent "Cash Investigation" depuis 2012. Laissez-vous tenter
Élise Lucet à propos de "Cash Investigation" : "C'est notre rôle à nous d'enlever les faux nez"

Nicolas Dupont-Aignan ayant logiquement décidé de contre-attaquer juridiquement, cela nous a valu une autre salve d'artistes désireux "d'en être",  avec parfois des réactions faisant dans l'effort et dans l'effet, de style forcément : "Pas sympa pour le trou du cul. Lui au moins il est utile" (Willy Rovelli), "Dupont-Aignan a été traité de trou du cul. C'est impropre. Il n'en a ni la chaleur ni la profondeur" (François Morel). Et le plus sobre dans l’opprobre "Il y a des condamnations qui ressemblent à des hommages" (Philippe Lellouche, l'excellent spécialiste des "écarts de conduite"...dans Top Gear). 

Je me contrefous moi-même des pseudo pensées bruyamment publiques.

Isabelle Morini-Bosc
Partager la citation

C'est sûr que je me sens plus proche d'un Thierry Lhermitte surpris par la dangereuse banalisation des idées (comme des mots pour le dire) et appelant à voter. Alors pardon, mais quand diable les "stars" (ou supposées telles) comprendront-elles que chaque fois qu'elles l'ouvrent, les gens se ferment ? Seul le microcosme est impressionné. Je me contrefous moi-même des pseudo pensées, bruyamment publiques de ceux que j'aime (ou pas) à titre privé. 

Le summum du scandale ? Il est, selon moi, atteint par Stéphane Guillon disant à propos du même Dupont-Aignan, qui a perdu sa mère il y a 3 jours : "Ma mère aurait fait la même chose si je m'étais engagé aux côtés de Marine Le Pen. Je pense qu'elle se serait aussi laissée mourir comme madame Dupont-Aignan". Faut-il vraiment réagir ? Je terminerai simplement en rappelant cette phrase de Voltaire que m'ont autrefois martelée mes parents : "Je ne partage pas vos idées, mais je me battrai pour que vous puissiez les exprimer". Sans aller jusque-là, on peut au moins se dispenser d'invectiver, non ?  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Isabelle Morini-Bosc Benjamin Biolay Mathieu Kassovitz
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants