1 min de lecture Sexisme

Greta Thunberg : Bernard Pivot assume son tweet jugé sexiste

Le président de l'Académie Goncourt revient sur ses propos, qualifiés de sexistes, concernant Greta Thunberg. Il ne compte pas supprimer son tweet et explique pourquoi.

Bernard Pivot.
Bernard Pivot. Crédit : AFP/JEAN-PIERRE MULLER
Nicolas Barreiro

Les critiques envers Greta Thunberg défilent sur les réseaux sociaux, à l'instar de Donald Trump qui ironise sur son cas en écrivant qu'elle a l'air "d'une jeune femme très heureuse" ou encore Guillaume Larrivé qui la comparait à "un gourou apocalyptique".

Cette fois-ci, c'est Bernard Pivot, le président de l'Académie Goncourt, qui s'est fait remarquer sur Twitter. Il est l'auteur d'un tweet qualifié de sexiste par les internautes, contre la jeune activiste suédoise. "Dans ma génération, les garçons recherchaient les petites Suédoises qui avaient la réputation d'être moins coincées que les petites Françaises. J'imagine notre étonnement, notre trouille, si nous avions approché une Greta Thunberg..."

L'octogénaire, interrogé par les journalistes de Libération, confirme être l'auteur de ce message et l'assume complètement, "je ne vais pas le supprimer. Il y a des gens qui ne l’aiment pas, mais il y a aussi beaucoup de gens qui l’aiment", dit-il.

Bernard Pivot en profite d'ailleurs pour expliquer le fond de sa pensée : "simplement, dans ma génération, on courait plutôt les petites Anglaises ou les petites Suédoises, à tort ou à raison." Il poursuit, "j’imaginais l’adolescent que j’étais se retrouver en face de cette jeune fille. J’aurais été déboussolé, j’aurais eu la trouille."

À lire aussi
Veronika Didusenko, Miss Ukraine 2018, disqualifiée car mère et divorcée sexisme
Miss Monde : une candidate disqualifiée car elle est mère célibataire

Il assure tout de même que ses propos n'ont aucun rapport avec son origine, "elle aurait été française, allemande ou australienne, ç’aurait été la même chose". Le président de l'Académie Goncourt avoue même une certaine admiration, "cette jeune de 16 ans est d’une maturité, d’une violence étonnante. Dans ma génération, il n’y avait pas de jeunes filles, ou même de jeunes garçons, comme ça."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexisme Greta Thunberg Bernard Pivot
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants