1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Britney Spears maintenue sous la tutelle de son père, malgré sa requête
3 min de lecture

Britney Spears maintenue sous la tutelle de son père, malgré sa requête

VU DANS LA PRESSE - Comme le rapporte le média américain "ET", la star de 38 ans reste sous la tutelle de son père.

Britney Spears en avril 2018
Britney Spears en avril 2018
Crédit : VALERIE MACON / AFP
Capucine Trollion
Capucine Trollion

Britney Spears reste sous la tutelle de son père Jamie Spears. La star de 38 ans avait pourtant demandé à ce que cette tutelle soit confiée à une tutrice professionnelle, comme le rapporte le média américain ET.

Lors d'une audience mercredi dernier, le rôle de Jamie Spears en tant que tuteur de sa fille reste "inchangé" et a été prolongé jusqu'au 1er février 2021. L'audience est prévue samedi 22 août pour connaître la décision définitive de la justice. 

Dans les autres documents officiels qu'a pu se procurer le média américain, Britney Spears, sous la tutelle permanente de son père depuis 2008, souhaite que Jodi Montgomery, sa manager, devienne sa tutrice légale et qu'elle s'occupe de ses finances. Cela fait un an que Jodi Montgomery a ce rôle de tutrice, après les problèmes de santé de Jamie Spears. "Britney préfère ardemment que Mme Montgomery prenne le rôle de tuteur de son père et qu'elle le devienne de manière permanente", peut-on lire dans un extrait du document.

Une mise sous tutelle depuis plus de 10 ans

Il faut d'abord remonter en 2007. Le début de la descente aux enfers pour la star qui se sépare de son conjoint Kevin Federline et perd la garde de ses enfants. Elle passe ensuite en cure de désintoxication et se rase le crâne (comment oublier ces images) devant des paparazzis. Son père, James Spears, demande alors "une tutelle temporaire", avant qu'elle ne devienne permanente à la fin de 2008. "BritBrit" ne peut alors plus sortir de sa maison, conduire sa voiture, dépenser son argent ou encore prendre ses propres décisions professionnelles sans l'accord de son père. 12 ans après cette mise sous tutelle, elle n'a donc aucun contrôle sur sa vie, sa carrière et sa fortune, comme le précise le média Yahoo !

En 2008, le magazine Rolling Stone publie un article où Britney Spears confie par téléphone : "Concrètement, je veux retrouver ma vie... Je veux pouvoir conduire ma voiture, vivre chez moi et trouver mon propre chef de la sécurité". En 2009, le #FreeBritney naît en écho à la création du site FreeBritney qui remet en question la durée de la mise sous tutelle de la chanteuse. 

Son clan cherche à calmer les fans

À lire aussi

Cependant, Stanton Stein, l'avocat de Britney Spears rassure ses fans, choqués de voir que leur star est toujours sous tutelle. "Elle a toujours été impliquée dans sa carrière et ses décisions professionnelles", explique-t-il au Los Angeles Times en 2019. Même son de cloche de la part de son manager Larry Rudolph, qui a travaillé avec elle de 1998 et 2004 et qui confiait en 2008 au Washington Post : "La tutelle n'est pas la prison. Cela aide Britney à prendre des décisions professionnelles et à gérer sa vie comme elle ne peut pas le faire [seule] en ce moment".

Début août 2020, son père a tenu à s'exprimer dans le média américain Page Six, afin de mettre les points sur les i. "Toutes ces complotistes ne savent rien. Personne n'a aucun indice. C'est à la Cour californienne de décider ce qu'il y a de mieux pour ma fille et à personne d'autre. Ce n'est l'affaire de personne d'autre", commence-t-il. "Chaque année devant la Cour je dois montrer chaque centime dépensé, comment pourrais-je voler quelque chose ?", poursuit-il en balayant les accusations des fans, pensant qu'il profite de la fortune colossale de sa fille, à laquelle elle n'a pas accès puisqu'elle est sous tutelle.

Dans la suite de son entretien, Jamie Spears écorche les personnes mobilisées avec le #FreeBritney, les qualifiant de "blague" : "Des gens sont harcelés et menacés de mort. C'est horrible, nous ne voulons pas de ce genre de fans. J'aime ma fille. J'aime tous mes enfants, mais c'est notre affaire et c'est privé". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/