1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Braquage de Kim Kardashian : "7 millions d’euros dans la nature", selon le braqueur
1 min de lecture

Braquage de Kim Kardashian : "7 millions d’euros dans la nature", selon le braqueur

VU DANS LA PRESSE - Dans une interview à "Paris Match", Yunice Abbas soutient que tout le butin n'a pas été retrouvé par les policiers.

Yunice Abbas, l'un des braqueurs de Kim Kardashian
Yunice Abbas, l'un des braqueurs de Kim Kardashian
Crédit : JOEL SAGET / AFP
Coline Daclin

Yunice Abbas est l'un des "papys braqueurs" à l'origine de la séquestration et du vol de bijoux de la star américaine Kim Kardashian à Paris en octobre 2016. Prochainement jugé, il raconte sa version des faits dans un livre paru mercredi 3 février : J'ai séquestré Kim Kardashian (éditions L'Archipel).

Le 3 octobre 2016, en pleine Fashion week, une équipe de cinq hommes, âgés de 60 à 72 ans, avait pénétré dans l'appartement loué par Kim Kardashian à Paris, et dérobé pour 9 millions d'euros de bijoux. 

À l'occasion de la sortie de son livre, Yunice Abbas enchaîne les interviews. Dans l'une d'elles, accordée à Paris Match, il soutient que 7 millions d'euros issus du braquage n'ont pas été retrouvés. "Les policiers ont retrouvé de l’argent liquide et quelques bijoux mais selon moi il y a encore 7 millions d’euros dans la nature", indique-t-il à l'hebdomadaire. On ne saura pas néanmoins où peut bien se cacher le butin, ni qui le détiendrait.

Pour autant, le braqueur soutient que le braquage ne lui a "jamais" permis de devenir riche. "Le casse, c’est un dépannage immédiat, on paye ses factures, on change de voiture, on part en vacances, mais quand on revient tout est à refaire", affirme-t-il à la journaliste Pauline Delassus.

À lire aussi

Au total, Yunice Abbas a surtout passé 21 années de sa vie en prison. Il soutient qu'il aurait pu être "sauvé" s'il avait été aidé à se réinsérer. Après le braquage de Kim Kardashian, il a passé vingt-deux mois en détention provisoire à la prison de Fresnes (Val-de-Marne), avant d'être placé sous contrôle judiciaire à cause de ses problèmes de santé. "Ma crainte, c'est de retourner en prison, je n'ai plus la santé", a-t-il déclaré à l'AFP. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/