1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. "Alice Nevers" : 4 raisons qui expliquent la longévité de la série de TF1
3 min de lecture

"Alice Nevers" : 4 raisons qui expliquent la longévité de la série de TF1

La série de TF1 bat des records d'audience et connaît toujours le succès après quinze saisons à l'écran. Explications.

"Alice Nevers" est une série phare du petit écran depuis quinze ans
"Alice Nevers" est une série phare du petit écran depuis quinze ans
Crédit : Christophe Charzat / TF1
Laure-Hélène de Vriendt
Laure-Hélène de Vriendt

Quinze ans, pour une série française, c'est long. C'est pourtant le record de longévité détenu par la série Alice Nevers, doyenne des séries françaises diffusées sur TF1. Lorsqu'elle arrive en 2002 sur le petit écran, Alice Nevers, le juge est une femme est une nouvelle version de sa grande sœur Florence Larrieu : le juge est une femme, créée en 1993. Si elle peut s'appuyer sur le succès déjà bien établi de la première version, la série réussit tout de même à maintenir l'intérêt des spectateurs pendant quatorze saisons. 

Un succès qui ne faiblit pas en 2017, puisque les épisodes cinq et six de la quinzième saison, diffusés le 25 mai, ont rassemblé 4,9 millions de téléspectateurs. Un score semblable aux audiences précédentes, la saison 13 ayant attiré en moyenne 5,7 millions de personnes. Les scénaristes d'Alice Nevers ont su ancrer la fiction dans son époque et prendre des risques pour ne pas lasser les téléspectateurs.

1. Un renouveau du genre policier

Lors de la première année de diffusion, Alice Nevers est une série policière d'un nouveau genre. Elle ne se concentre pas sur la vie d'un commissariat, comme c'est le cas de PJ, ni sur les enquêtes d'une policière, comme le fait la série Julie Lescaut. Comme l'indique le nom originel du feuilleton, Le Juge est une femme, Alice Nevers a pour personnage principal un juge d'instruction, qui travaille étroitement avec des officiers de police.

En suivant une magistrate, Alice Nevers se rapproche des fictions judiciaires françaises, mais ne peut pas être rangée dans la même catégorie : Avocats et Associés, grand succès du début des années 2000, suit les différents membres d'un cabinet d'avocats. La série dont elle se rapproche le plus est Boulevard du Palais, qui met en scène le juge d'instruction Nadia Lintz, en charge des affaires criminelles, mais son intrigue est moins sombre et ses protagonistes plus légers. En naviguant entre les séries policières et les séries judiciaires, elle impose son propre genre.

2. Des personnages attachants

À écouter aussi

La force principale d'Alice Nevers tient dans ses protagonistes. Le personnage éponyme, incarné par Marine Delterme, est une femme forte et déterminée, qui place sa vie professionnelle avant sa vie personnelle. Elle est amenée à travailler sur des affaires difficiles, dans un milieu masculin au sein duquel elle a su s'imposer. Femme de loi pétillante et obsessionnelle, elle est aussi franche que têtue mais sait se montrer humaine. Un mélange qui en fait un personnage attachant, dont on suit les déboires sentimentaux et familiaux.

L'histoire d'amour entre Alice Nevers et le commandant Marquand
L'histoire d'amour entre Alice Nevers et le commandant Marquand
Crédit : TF1/Christophe Charzat

La série s'appuie aussi sur des personnages masculins qui gravitent autour de la juge d'instruction. Ils ont souvent varié au cours des quinze saisons mais le commandant Marquand, interprété par Jean-Michel Tinivelli depuis la saison 6, est un des plus importants. La relation ambiguë qu'il développe avec la juge, son caractère un peu bourru et ses difficultés de père d'adolescente en font un personnage ancré dans la réalité et auquel il est facile de s'identifier.  

3. Une série qui sait se renouveler

Les intrigues d'"Alice Nevers" sont ancrées dans leur époque
Les intrigues d'"Alice Nevers" sont ancrées dans leur époque
Crédit : Christophe Charzat/TF1

Si Alice Nevers ne s'est pas essoufflée en quinze saisons, c'est parce qu'elle a su se renouveler. En 2007, la série change de format, passant de 90 à 52 minutes. Ce qui donne plus d'épisodes par saison et un rythme plus rapide. Elle s'adapte ainsi aux formats plus courts apparus sur le petit écran les années précédentes : les enquêtes sont moins longues et plus nombreuses.

Elle n'a pas peur de se séparer de personnages phares pour en introduire de nouveaux, comme ce fut le cas avec les lieutenants Guérand et Romance, incarnés respectivement par Arnaud Binard et Alexandre Brasseur. Présents des saisons 2 à 5, ils sont remplacés par le commandant Marquand, devenu le principal protagoniste masculin. Les scénaristes prennent des risques, comme lorsqu'ils remplacent le fidèle greffier d'Alice Nevers après neuf saisons, pour un personnage plus jeune. 

4. Des intrigues simples et parlantes

La série plaît autant car elle a su s'accorder à son époque. Depuis 2002, Alice Nevers a toujours cherché à aborder des sujets de société, comme la transsexualité, l'euthanasie ou le djihad. Ces choix lui permettent de trouver un écho auprès des téléspectateurs, tout comme la simplicité de ses intrigues. 

Elle ne cherche pas à faire compliqué, ne s'encombre pas de rebondissements inattendus et ne perd pas ses fans dans des dénouements douteux. Alice Nevers est une série populaire car elle cherche à rassembler un public large, elle ne se prend pas au sérieux et n'a aucune prétention artistique. C'est typiquement le genre de série qu'on peut attraper en cours de route, sans avoir vu les saisons précédentes. Une spécificité de plus en plus rare sur le petit écran.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/