1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Faut-il écrire "vive" les mariés ou "vivent" les mariés ?
2 min de lecture

Faut-il écrire "vive" les mariés ou "vivent" les mariés ?

Accorder ou ne pas accorder "vive", là est la question ! La réponse, c’est la correctrice de RTL qui nous la donne…

Mariés (image d'illustration)
Mariés (image d'illustration)
Crédit : chino-rocha/unsplash
L'INTÉGRALE - Faut-il écrire "vive" les mariés ou "vivent" les mariés ?
00:02:46
L'INTÉGRALE - Faut-il écrire "vive" les mariés ou "vivent" les mariés ?
00:02:46
Muriel Gilbert

Le mois de septembre fait partie de la haute saison des mariages en France, avec avril, et les trois mois d’été qui viennent de s’écouler, juin, juillet et août. D’ailleurs, ce week-end, c’est le Salon du mariage, à Paris. Et Olivier m’écrit sur Twitter : "Petite question, ma chère Muriel : écrit-on 'vive les mariés' ou 'vivent les mariés' ?". Peut-être Olivier est-il invité à un mariage et chargé d’écrire les textes des banderoles ? Il serait dommage, en effet, d’y faire une grosse faute !

C’est surprenant, quand on y pense, cette utilisation du verbe vivre (puisque c’est bien lui, naturellement, au subjonctif ("Que vivent les mariés !") : on souhaite ainsi longue vie aux mariés. En réalité, c’est très ancien, ça remonte au XIIe siècle, l’emploi de ce mot, vive, comme formule d’acclamation… Et y compris pour des idées ou des choses qui ne "vivent" pas à proprement parler. 

Le mot vive marque "une approbation enthousiaste à l’égard d’une personne [et même, depuis le XVe siècle], d’une idée, d’une pratique", confirme le Dictionnaire historique de la langue française. C’est pour cette raison qu’on peut dire "vive les vacances" ou "vive la rentrée", ou "vive les bons petits plats de mamie" bien que les vacances, la rentrée ou les bons petits plats ne soient pas à proprement parler "vivants".

"Vive" est plus moderne

En fait, c’est ce qu’on appelle une interjection – comme chut ! bof ! youpi ! ou ouf !, ces mots qui sont toujours suivis d’un point d’exclamation et qui ont le point commun d’être invariables. En fait, vive/nt a pris la place d’une autre exclamation, Vivat !, que l’on entend encore parfois dans certaines régions, mais surtout qu’on lit dans des écrits un peu littéraires ou anciens : comme dans "La Castafiore salue sous les vivats du public…" Vivat, c’est du latin, le subjonctif du verbe vivere (celui qui a donné vivre, bien sûr).

À écouter aussi

Attention : je viens de dire que les interjections sont invariables, mais vive est une interjection un peu différente des autres – rassurez-vous, ça n’en est que plus simple : vous avez le choix. Comme l’explique Larousse.fr : "Devant un nom pluriel, l'accord peut se faire ou non, selon que l'on considère [vive/nt] comme une interjection ou comme la forme conjuguée du verbe" vivre. Néanmoins, la version invariable, vive, est plus fréquente aujourd’hui, et considérée comme plus moderne. Le dictionnaire du regretté Alain Rey va jusqu’à affirmer que l’accord au pluriel "marque un certain pédantisme". Alors, cher Olivier, autant ne pas se montrer pédant, et rester sur "Vive les mariés !" (Vous repartirez ainsi sous les vivats des invités !).

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/