1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Coronavirus : pourquoi le passe sanitaire prend un E
2 min de lecture

Coronavirus : pourquoi le passe sanitaire prend un E

Muriel Gilbert explique pourquoi la bonne écriture est "passe sanitaire" et non "pass sanitaire", comme ce qu'on a pu lire auparavant.

Un passe sanitaire (illustration)
Un passe sanitaire (illustration)
Crédit : Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP
Muriel Gilbert

Depuis plusieurs semaines, le passe sanitaire est le nouveau mot de notre quotidien, après les confinement, couvre-feu et test PCR. 

Dans n’importe quel dictionnaire, à la lettre "P", le mot pass sans "E" final n’existe pas. Vous trouvez deux entrées pour le mot passe. Passe : nom féminin, avec une bonne dizaine de significations, de la passe d’un ballon entre Mbappé et Benzema, jusqu’à la passe du toréro, sans oublier l’étroit passage en montagne et même la rencontre tarifée synonyme familier de prostitution.

Et puis il y a passe : nom masculin, une abréviation que les dictionnaires jugent familière du passe-partout, cette clé qui ouvre plusieurs serrures. En ce sens le mot existe depuis 1850, nous apprend le Dictionnaire historique de la langue française. Et dans tous les cas, féminin ou masculin, le mot s’écrit "passe". Vous pouvez aussi vérifier dans le Dictionnaire de l’Académie française à l’adresse Dictionnaire-academie.fr. Pas de pass sans e final !

À écouter

Coronavirus : le passe sanitaire s'écrit avec un E
03:10

Bon, vous avez compris, c’est le "pass sanitaire" qui m’agace. Enfin, pas le passe sanitaire, son orthographe ! Pourquoi les gouvernements français, s’obstinent-ils à nous créer des pass sans E ? Le dernier en date, dont on parle partout depuis quelques semaines, c’est en effet le passe sanitaire, papier ou numérique, qui centralisera nos certificats de vaccination ou de test Covid négatif, et qui sera le sésame pour accéder à certains endroits. 

Un attrait idiot et béat pour tout ce qui est anglo-saxophone

À lire aussi

Le Monde, où comme vous le savez je corrige les fantaisies orthographiques des journalistes quand je ne suis pas au micro de RTL, écrit bien (l’honneur est sauf) "passe" avec un E final. C’est d’ailleurs la graphie qui s’impose à tous les services publics depuis le 10 juin 2007, date à laquelle, sur proposition de la Commission d’enrichissement de la langue française, après validation de l’Académie française, cette recommandation a été publiée au Journal officiel, qui écrit noir sur blanc qu’un passe (PASSE) est une "Carte permettant à son détenteur de franchir un contrôle". C’est bien la fonction du passe sanitaire.

Alors qu’est-ce qui explique tous ces "pass" sans E final ? Un attrait idiot et béat pour tout ce qui est anglo-saxophone. Parce que, avant le "pass" sanitaire, on a eu le Pass culture, une chouette idée de portefeuille culturel de 300 euros pour chaque jeune de 18 ans, mais également écrit à l’anglaise, "pass". Promouvoir la culture dans l’Hexagone avec une carte qui porte un nom anglais… on marche on ze tête, isn’t it ? A noter quand même que le mot anglais pass est un emprunt médiéval… au français ! C’est une consolation.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/