4 min de lecture Cinéma

"The Square" : 3 informations sur la Palme d'or du Festival de Cannes

ÉCLAIRAGE - Palme d'Or du dernier Festival de Cannes, le drame suédo-danois réalisé par Ruben Östlund sort dans les salles françaises ce mercredi 18 octobre.

Claes Bang est Christian dans "The Square"
Claes Bang est Christian dans "The Square" Crédit : Bac Films
Laure-Hélène de Vriendt
Laure-Hélène de Vriendt
Journaliste

La surprise de la Croisette. Le film The Square, qui a obtenu la Palme d'Or lors du dernier Festival de Cannes, en mai 2017, sort dans les salles françaises ce mercredi 18 octobre. Le long-métrage de Ruben Östlund dérange autant qu'il étonne. Le drame suédo-danois a divisé la critique et les spectateurs lors de sa projection en mai dernier.

Le réalisateur n'en est pas à son coup d'essai. Il faisait déjà partie de la sélection Un certain regard en 2008 et 2014 avec ses films Happy Sweden et Snow Therapy. Avec des scènes étirées au maximum et pourtant une impression d'enchaînement à grande vitesse, The Square est un ovni dans le paysage cinématographique de ces derniers mois.

Vous laisserez-vous tenter par ce voyage dans l'univers de Ruben Östlund ? Voici trois informations que vous devez connaître sur ce long-métrage qui ne laisse personne indifférent.

>
THE SQUARE Official Trailer (2017) Elisabeth Moss, Comedy, Thriller Movie HD

1. Un conservateur de musée en pleine crise

Le scénario de The Square est centré sur Christian, conservateur d'un musée d'art contemporain installé dans le palais royal de Stockholm. Ce père de deux petites filles est drôle, intelligent, séducteur et cultivé. Un citadin bourgeois qui roule en voiture électrique et milite pour des causes humanitaires. Une vie parfaite... en apparence seulement. Christian va vite se retrouver dépassé par certains événements de sa vie privée et de sa vie professionnelle.

À lire aussi
Le célèbre porté du film "Dirty Dancing" Cinéma
"Dirty Dancing" : un nouveau film avec Jennifer Grey confirmé

Il prépare sa prochaine exposition, intitulée The Square, avec une installation qui veut inciter les visiteurs à être plus altruistes, à faire preuve de solidarité et de tolérance. Des valeurs qu'il est persuadé de mettre en avant dans son quotidien. Le vol de son portefeuille va toutefois lui montrer une toute autre facette de sa personnalité.

Plutôt que de laisser passer l'incident, Christian va se mettre en tête de retrouver à tout prix son voleur. Pour couronner le tout, la direction du musée a décidé de lancer une nouvelle campagne de communication, qui détonne avec le style qu'il a donné à l'établissement. 

>
The Square – New clip (3/3) official from Cannes – Palme d'Or 2017

Ruben Östlund a un faible pour les scénarios efficaces et les scènes marquantes. Le film a d'ailleurs dévoilé quelques-unes de ses scènes lors du Festival de Cannes, dont celle de l'homme-singe, complètement surréaliste. Un dîner mondain est organisé par le musée afin de récolter des donations de la part de riches mécènes et un acteur prénommé Oleg (Terry Notary) se met dans la peau d'un gorille...

2. Un réalisateur habitué au malaise

Ruben Östlund aime mettre ses spectateurs mal à l'aise. Dans son précédent long-métrage, Snow Therapy, il met en scène une famille qui passe ses vacances dans les Alpes françaises. Tout se passe pour le mieux jusqu'à ce qu'une avalanche arrive droit sur le restaurant. La mère de famille, Ebba, fait tout pour protéger ses enfants tandis que le père, Thomas, prend la fuite pour tenter de sauver sa vie. 

Seulement, l'avalanche s'arrête quelques mètres avant le restaurant. Si les vacanciers sont sauvés, le comportement de Thomas amène Ebba à s'interroger sur son couple et sur son mari. Le connait-elle réellement ? Peut-elle lui pardonner ? Un questionnement qui met chaque spectateur devant ses propres angoisses et sa propre lâcheté. Les nombreux silences et les plans fixes, qui figent le temps du long-métrage, facilitent la remise en question de chacun.

>
The Square – New clip (2/3) official from Cannes – Palme d'Or 2017

Le réalisateur ne déroge donc pas à sa propre règle dans The Square, où il joue de nouveau avec les silences, les plans fixes et les scènes à rallonge. Celle entre Elizabeth Moss, héroïne de The Handmaid's Taleet Claes Bang, qui joue Christian, en est un parfait exemple. La gêne entre les deux personnages, sur une histoire de prénom oublié, est étirée au point de toucher les téléspectateurs, qui hésitent entre rire et malaise.

3. Un prix surprise pour un film qui a divisé

The Square a divisé la Croisette lors de sa projection à Cannes. Alors que 120 battements par minute, de Robin Campillo, est donné grand favori, c'est finalement Ruben Östlund qui repart avec la Palme d'or.

De nombreuses critiques étaient pourtant sorties épuisées de la projection, qui aura duré 2h30. "Tout est prétexte à cracher sur le bourgeois, cible facile, avec une absence de nuances qui confine au délit de sale gueule", écrit par exemple Christophe Narbonne pour Première

La scène de l'homme-singe dans "The Square"
La scène de l'homme-singe dans "The Square" Crédit : Bac Films

Les critiques sont nombreuses à trouver le film trop long, avec une mise en scène tout aussi lourde. Si elles évoquent toutes un film audacieux et un regard acide, qui fait du bien, sur la société, elles regrettent que le réalisateur radote pendant autant de temps.

Mais rien ne peut prédire l'avis du jury et c'est un coup de cœur qui permet à Ruben Östlund d'obtenir le prix, devant des films peut-être plus consensuels mais qui avaient séduit une plus large partie des spectateurs. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Festival de Cannes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants