1 min de lecture Cinéma

"Mektoub My Love: Intermezzo" : quand Kechiche régurgite ses obsessions

NOUS L'AVONS VU - Après un premier volet réussi, le réalisateur de "La Vie d'Adèle" s'enlise dans un film long et ennuyeux. 3h30 de boîte de nuit et de courbes féminines...

Une scène de "Mektoub My Love: Intermezzo"
Une scène de "Mektoub My Love: Intermezzo" Crédit : Pathé Distribution
stephane-boudsocq
Stéphane Boudsocq et Aymeric Parthonnaud

Mektoub My Love : Intermezzo, le nouveau film d'Abdellatif Kechiche (Palme d'Or pour La Vie d'Adèle en 2013), a réussi l'exploit de vider une partie de la salle en pleine projection. C'est sans doute le naufrage de ce Festival de Cannes 2019. Pourquoi personne n'a tiré le signal d'alarme quand il était encore temps ?

Résultat  ? Un film interminable de 3h28 dont trois heures passées dans une boîte de nuit où l'essentiel se résume à filmer complaisamment le postérieur et les danses supposées sexy des jeunes comédiennes. Il ne faut pas non plus oublier les 13 minutes de scène de sexe dans les toilettes. Un cunnilingus interminable qui a eu raison de beaucoup de spectateurs. 

Abdellatif Kechiche bégaye son cinéma et régurgite ses obsessions, offrant au public navré le spectacle de corps moites et des dialogues au vide abyssal. Où sont la grâce, l’innocence, le charme et la sensualité du premier volet Mektoub my Love : canto uno ? Qu'est devenue la passionnante étude des doutes d'une jeunesse insouciante en quête d'identité ? Disparue. Diluée dans un affligeant spectacle qui, au final, ne diffuse même pas le parfum du scandale, juste celui de l'ennui. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Festival de Cannes Abdellatif Kechiche
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants