4 min de lecture Télévision

"Juste un regard" : 4 bonnes raisons de regarder la nouvelle série de TF1

TF1 diffuse jeudi 15 juin une nouvelle série, adaptée d'un roman du maître du thriller Harlan Coben. Voici les quatre raisons pour lesquelles ils ne faut pas rater ce feuilleton inédit.

Virginie Ledoyen interprète le personnage principal de "Juste un regard"
Virginie Ledoyen interprète le personnage principal de "Juste un regard" Crédit : Philippe Leroux/TF1
Manon Bricard
Manon Bricard
Journaliste

L'été arrive, et avec lui de nouveaux feuilletons. TF1 propose Juste un regard une série inédite adaptée du roman à succès écrit par le roi du thriller Harlan Coben. Les deux premiers épisodes seront diffusés mercredi 15 juin, à 21 heures, et verront la réunion à l'écran de Thierry Neuvic avec la comédienne Virginie Ledoyen, aperçue auparavant sur le petit écran dans la série XIII, ou au cours d'un épisode de Scènes de Ménages.

Chaque jeudi soir, les fidèles de la Une pourront retrouver deux épisodes inédits de cette mini-série. Ce polar en six épisodes s'annonce comme le succès de ce début d'été. C'est la seconde fois que TF1 se lance dans l'adaptation d'un livre du maître du suspens, après Une chance de trop en 2015 regardé par 7,7 millions de fidèles.

Si Juste un regard devrait marcher dans les pas de cette première adaptation, c'est à la fois par la mise en scène d'une enquête policière haletante, d'une histoire familiale complexe, mais aussi grâce à son actrice principale, l'excellente Virginie Ledoyen, aperçue de nombreuses fois au cinéma mais encore trop rare à la télévision.

1. Une enquête policière complexe

Et si l'homme que vous aviez épousé n'est pas celui que vous croyez ? Cette question rythmera toute la mini-série de TF1. Eva Beaufils est une épouse et mère de famille au quotidien paisible. Mais une simple photo envoyée par un anonyme va retourner son monde tranquille. Elle y reconnaît son mari, plus jeune, entouré d'inconnus, dont l'un a le visage barré. Le lendemain, Bastien, son époux, disparaît. Eva va se lancer à sa recherche et va découvrir au cours de son enquête le passé trouble de l'homme qu'elle aime.

À lire aussi
dussart795x530 Eric Dussart
Les Collectors de "On Refait La Télé" du 12 juillet 2020

Juste un regard réunit ainsi deux ingrédients dont raffolent les téléspectateurs : le polar, genre qui fonctionne le mieux sur le petit écran, mais aussi les histoires de familles lourdes et complexes, pleines de mystères et de secrets à dévoiler. De nombreux flashbacks rythment cette intrigue, et plusieurs intrigues sont imbriquées les unes dans les autres.

Harlan Coben décrit d'ailleurs ce feuilleton en six épisodes avec ces mots : "Je pense que nous avons une intrigue très dense qui distille une vraie angoisse. J’ai hâte de connaître les réactions du public français."

2. Une adaptation d'un roman d'Harlan Coben

Cette série est surtout l'adaptation du livre éponyme du maître des polars et des enquêtes policières. Au cours de ses 27 ans de carrière, l'auteur américain a écrit 29 romans policiers, dont 15 sont des œuvres indépendantes les unes des autres (comme Juste un Regard), et 11 qui retracent les aventures de l'ancien agent du FBI Myron Bolitar, personnage récurrent de son univers. Son douzième polar, Juste un regard est sorti en 2004. Et cet écrivain est une vraie poule aux œufs d'or pour les éditeurs du monde entier : il a vendu près de 70 millions de livres à l'international

"Juste un regard" est sorti en France en 2005, aux éditions Belfond
"Juste un regard" est sorti en France en 2005, aux éditions Belfond Crédit : Belfond

Ceux qui s'inquiètent de voir l'un de leur bouquin préféré revu et corrigé par la télévision peuvent être rassurés. C'est la seconde fois qu'un best-seller d'Harlan Coben est adapté par TF1, après Une chance de trop en 2015. Second gage de réussite : l'auteur a aussi porté la casquette de scénariste de la série et a pensé cette version comme une adaptation : "Il faut surtout penser au visuel, garder l'âme du roman mais ne pas être dans le copier-coller" a-t-il confié à TF1. "Les meilleures adaptations sont celles qui ne collent pas totalement au roman initial."

Si le public n'aime pas la série, c'est donc entièrement de ma faute.

Harlan Coben
Partager la citation

Dans une interview accordée à Allociné, l'écrivain affirme d'ailleurs : "Je me suis impliqué tous les jours. À chaque nouvelle prise, je demandais à voir le résultat afin de réécrire et approuver chaque script. Je m'occupais de tous les acteurs et de toute l'équipe technique sur le tournage. Si le public n'aime pas la série, c'est donc entièrement de ma faute." Le romancier fera d'ailleurs une apparition dans le sixième et ultime épisode de la série.

3. Virginie Ledoyen dans le rôle d'une épouse en quête de vérité

On l'a peu vue sur le petit écran, mais ses nombreuses apparitions en salle de cinéma ont confirmé son statut d'actrice française incontournable. Virginie Ledoyen est à la tête de ce thriller, incarnant une femme forte et attirante. Pour l'écrivain, qui s'est confié à TF1, c'était d'ailleurs important d'adapter ce livre avec cette héroïne maintenant : "La plupart du temps, les thrillers mettent en scène une jolie femme en danger qu’un homme va secourir. Nous changeons un peu le schéma". 

Virginie Ledoyen incarne une femme en quête de vérité dans "Juste un regard"
Virginie Ledoyen incarne une femme en quête de vérité dans "Juste un regard" Crédit : TF1

C'est d'ailleurs ce qui a fait accepter ce rôle à la comédienne, comme elle l'avoue à Télé-Loisirs : "Dans les polars d'Harlan Coben il y a très souvent des personnages féminins, qui sont toujours riches et complexes. En l'occurrence, le personnage d'Eva, plus complexe je crois que c'est difficile à trouver."

Le maître du polar déclare d'ailleurs à Allociné : "J'ai été très heureux et chanceux d'avoir obtenu Virginie Ledoyen pour le rôle principal, car quand j'ai commencé à réfléchir au personnage d'Eva dans la série, c'est la première personne qui m'est venue à l'esprit."  

La comédienne se fait pourtant rare à la télévision. Si au cinéma, elle s'est fait remarquer en 30 ans de carrière pour de nombreux long-métrages comme Huit Femmes, La Fille seule ou Les Adieux à la reine, on a seulement pu l'apercevoir de temps en temps sur le petit écran, dans quelques épisodes de série ou de rares téléfilms. Mais la comédienne n'est pas anti-télévision, comme elle l'explique d'ailleurs à Télé-Loisirs "quand il y a un beau personnage et une belle histoire, peu importe que ça soit du cinéma ou de la télévision".

4. Une transposition en France

Harlan Coben a pensé la série non pas comme une copie de son polar, mais comme un produit télévisé à adapter à son public. C'est donc tout naturellement que l'intrigue de Juste un regard se transpose en France, et non pas aux États-Unis. Dans l'œuvre originale, l'héroïne se prénomme Grace Lawson et vit outre-Atlantique, alors que l'héroïne de la série se prénomme Eva et habite dans l'Hexagone.

Les téléspectateurs ne seront pas dépaysés et n'auront pas l'impression de regarder une énième série policière, mais pourront davantage s'impliquer et s'investir dans cette histoire intense.

On suit une mère de famille, dont l'époux disparaît mystérieusement
On suit une mère de famille, dont l'époux disparaît mystérieusement Crédit : Philippe Leroux / VAB production
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Séries TF1
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants